Canton d'Argovie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Canton d'Argovie
Blason de Canton d'Argovie
Héraldique
Localisation du canton en Suisse
Localisation du canton en Suisse
Noms
Nom allemand Kanton Aargau
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Entrée dans la Confédération 1803
Abréviation AG
Chef-lieu Aarau
Communes 220[1]
Districts 11[1]
Exécutif Regierungsrat (5 sièges)[2]
Législatif Grosser Rat (140 sièges)[3]
Conseil des États 2 sièges[4]
Conseil national 15 sièges[5]
Démographie
Population 621 398 hab. (31 décembre 2011)
Densité 443 hab./km2
Rang démographique 4e[6]
Langue officielle allemand
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 00″ N 8° 00′ 00″ E / 47.083333333333, 8 ()47° 05′ 00″ Nord 8° 00′ 00″ Est / 47.083333333333, 8 ()  
Altitude Min. Rhin à Kaiseraugst 260 m – Max. Geissfluegrat[7] 908 m
Superficie 140 373 ha = 1 403,73 km2
Rang 10e[8]

Le canton d'Argovie (AG - en allemand Aargau) est un canton de Suisse.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom allemand du canton, « Aargau », composé du terme politico-géographique médiéval Gau, signifie « pays de l'Aar ». Le nom français d'« Argovie » et le nom à la fois italien et romanche d'« Argovia » en sont dérivés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Empire romain, la région du canton d'Argovie fait partie d'une zone frontalière de l'Empire, peu à peu abandonnée sous la pression des Alamans à partir du IIIe siècle. La région est d'ailleurs colonisée par les Alamans au Ve siècle. Au VIe siècle, elle appartient au Royaume franc ; le nom d'Argovie est employé pour la première fois en 763.

Au Moyen Âge, l'Argovie est une région frontalière entre l'Alémanie et la Bourgogne, disputée par les deux duchés. Les membres d'une branche de la maison de Vettéravie (Conradiens, renommés ensuite comtes de Tegerfelden), deviennent comtes d'Argovie à partir de 750 et par intermittence jusqu'en 1030. Depuis la fin de la dynastie Hohenstaufen jusqu'à 1415, l'Argovie est dirigée par les Habsbourg. Au Haut Moyen Âge, la région fait partie de la Haute-Bourgogne.

En 1415, la région est conquise sur les Habsbourg par la Confédération suisse. La partie sud-ouest (Zofingue, Aarburg, Aarau, Lenzburg et Brugg) est annexée par la République bernoise et devient l'Argovie bernoise ; certains districts, les Freie Ämter et le comté de Baden, deviennent territoires sujets de certains ou tous les membres de la Confédération.

Ainsi, en 1798, l'actuel territoire du canton d'Argovie recouvre :

  • la Basse-Argovie ou Argovie inférieure (en allemand : Unteraargau), divisé en sept bailliages — dont Aarbourg, Biberstein, Kasteln, Lenzbourg, Schenkenberg — et quatre villes municipales (en allemand : Munizipalstädten) — Aarau, Zofingue, Lenzbourg et Brugg ;
  • l'ancien Comté de Baden, bailliage commun, divisé en onze bailliages (en allemand : Ämter) : huit dits « intérieurs » (en allemand : Innere Ämter) — Rohrdorf, Birmenstorf, Gebenstorf, Dietikon, Wettingen, Siggenthal, Ehrendingen et Leuggern — et trois dits « extérieurs » (en allemand : Äussere Ämter) — Klingnau, Zurzach et Kaiserstuhl — dont dépendaient, sur la rive droite du Rhin, les paroisses de Kadelburg (aujourd'hui, quartier de Küssaberg), Lienheim (aujourd'hui, quartier de Hohentengen am Hochrhein) et Hohentengen ;
  • les bailliages libres (en allemand : Freie Ämter), sauf celui de Richensee (Hitzkirch) ;
  • le Kelleramt, bailliage du canton de Zurich ;
  • le Fricktal, divisé en deux seigneuries — celle de Rheinfelden, avec les pays (en allemand : Landschaften) de Möhlinbach, du Rheintal et du Fricktal, et de Laufenburg — et quatre « villes forestières » (en allemand : Waldstädte) — Rheinfelden, Säckingen, Laufenburg et Waldshut.

En 1798, la Confédération est occupée par les troupes françaises, conduisant à la création de la République helvétique.

Le canton d'Argovie est créé par la constitution de la République helvétique du 12 avril 1798[9].

Son territoire ne recouvre que la partie de la Basse-Argovie située à l'est de la Wigger : dès le 22 mars 1798, sa frontière occidentale est fixée sur la Wigger, de sorte que la majeure part du bailliage d'Aarbourg reste bernoise, bien qu'elle dépende d'Aarbourg et de Zofingue sur les plans fiscal et, en partie, paroissial.

Son chef-lieu est Aarau, capitale de la République helvétique de mai à septembre 1798. Il est divisé en cinq districts : Aarau, Brugg, Kulm, Lenzbourg et Zofingue.

Il s'y ajouta, officiellement en 1802, en fait en 1803, la partie occidentale de l'ancien bailliage d'Aarbourg.

Le 11 avril 1798, les bailliages libres, le comté de Baden et le Kelleramt, affranchis de leur sujétion depuis la fin du mois de mars 1798, se constitue en un canton de Baden.

Par le traité de paix signé à Campo-Formio, le 17 octobre 1797 (26 vendémiaire an VI), François II du Saint-Empire s'engage à céder à la République française, « la souveraineté et propriété du Fricktal et de tout ce qui appartient à la Maison d'Autriche sur la rive gauche du Rhin, entre Zurzach et Bâle », à condition d'obtenir, au Congrès de Rastadt, « une compensation [territoriale] proportionnelle en Allemagne » et à charge, pour la République française, de « réuni[r] lesdits territoires à la République helvétique »[10]. Puis, par le traité de paix signé à Lunéville, le 9 février 1801 (20 pluviôse an IX), François II du Saint-Empire cède à la République française « le Fricktal et tout ce qui appartient à la Maison d'Autriche sur la rive gauche du Rhin, entre Zurzach et Bâle », la République française se réservant de céder celui-ci à la République helvétique[11].

Le 9 février 1802, le Fricktal se constitue en un canton (chef-lieu : Rheinfelden). Le 13 août 1802, il est rattaché à la République helvétique.

En 1803, après l'acte de médiation, les deux cantons sont réunis sous l'unique canton d'Argovie.

L'ancien bailliage de Hitzkirch est incorporé au canton de Lucerne, en échange de celui de Merenschwand ; les communes de Schlieren, Dietikon, Hüttikon et Oetwil an der Limmat sont incorporées au canton de Zurich.

Après la Restauration, en 1815, le canton d'Argovie conserve son existence.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte topographique du canton d'Argovie.

Le canton d'Argovie est situé dans le nord de la Suisse, sur le plateau suisse, sur les contreforts orientaux du Jura. Il est bordé par l'Allemagne au nord et par les cantons de Zoug et Zurich à l'est, de Lucerne au sud et de Bâle-Campagne, Soleure et Berne à l'ouest. Avec 1 404 km2, l'Argovie est le 10e canton de la Confédération en termes de superficie.

L'Argovie est l'un des cantons suisses les moins montagneux, situé sur un territoire vallonné par de nombreuses collines au nord des Alpes suisses et à l'est du Jura. Le paysage alterne des collines boisées avec des vallées fertiles parcourues par l'Aar et ses affluents. L'Argovie est un carrefour important entre les autres cantons de la Suisse, traversé par des autoroutes d'est en ouest et du nord au sud. La densité de population (environ 400 hab./km2) est l'une des plus élevées de Suisse. La capitale du canton est Aarau.

L'Argovie culmine sur le Geissflue, à 908 m d'altitude.

Le tableau suivant récapitule les différents types de paysages du canton (données de 1994) :

Type Superficie (km2)  %
Terres cultivables 635,6 45,3
Forêts et surfaces boisées 517,9 37,0
Zones habitées 216,7 15,4
Terres improductives 33,5 2,4
Total 1 403,7 100,0

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Le canton d'Argovie compte 581 562 habitants en 2007, soit 7,7 % de la population totale de la Suisse ; parmi eux, 118 407 (20,4 %) sont étrangers[12]. Seuls trois cantons sont plus peuplés (Berne, Vaud et Zurich). La densité de population atteint 414 habitants au km2, nettement supérieure à la moyenne suisse.

Religion[modifier | modifier le code]

Les catholiques romains sont légèrement majoritaires et forment 40 % de la population du canton. 37 % des habitants revendiquent l'appartenance au protestantisme[13].

Le tableau suivant détaille la population du canton suivant la religion, en 2000[13] :

Religion Population  %
Catholiques romains 219 800 40,1
Protestants 203 949 37,3
Communautés islamiques 30 072 5,5
Chrétiens-orthodoxes 11 523 2,1
Catholiques chrétiens 3 418 0,6
Communauté de confession juive 342 0,1
Aucune appartenance 57 573 10,5
Autres 20 816 3,8
Total 547 493 100,0

Note : les intitulés des religions sont ceux donnés par l'Office fédéral de la statistique ; les protestants comprennent les communautés néo-apostoliques et les témoins de Jéhovah ; la catégorie "Autres" inclut les personnes ne se prononçant pas.

Langues[modifier | modifier le code]

La langue officielle du canton est l'allemand.

Le tableau suivant détaille la langue principale des habitants du canton en 2000[14] :

Langue Locuteurs  %
Allemand 477 093 87,1
Italien 17 847 3,3
Langues slaves de l'ex-Yougoslavie 11 586 2,1
Albanais 9 823 1,8
Turc 5 709 1,0
Portugais 3 615 0,7
Espagnol 3 287 0,6
Romanche 618 0,1
Français 151 0,8
Autres 13 764 2,5
Total 547 493 100,0

Administration[modifier | modifier le code]

Communes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Communes du canton d'Argovie.
Carte du canton d'Argovie indiquant sa subdivision en communes.

En 2011, le canton d'Argovie est subdivisé en 220 communes.

Au 31 décembre 2011[6], huit communes dépassent les 10 000 habitants :

Districts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Districts du canton d'Argovie.
Carte des districts du canton d'Argovie.

Le canton d'Argovie est composé de onze districts (chef-lieu entre parenthèses) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 8 décembre 2008)
  2. (de) « Der Aargauer Regierungsrat », sur ag.ch (consulté le 6 décembre 2008)
  3. (de) « Grosser Rat - Portrait », sur ag.ch (consulté le 6 décembre 2008)
  4. « Liste des conseillers aux Etats par canton », sur parlement.ch (consulté le 8 décembre 2008)
  5. « Liste des conseillers nationaux par canton », sur parlement.ch (consulté le 8 décembre 2008)
  6. a et b « Bilan de la population résidante permanente (total) selon les districts et les communes, en 2011 », sur Office de la Statistique du Canton d'Argovie (consulté le 30 mars 2012)
  7. [xls] « Les points culminants des cantons suisses », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 8 décembre 2008)
  8. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  9. Constitution de la République helvétique du 12 avril 1798, article 18 : « Les Ligues-Grises sont invitées à devenir partie intégrante de la Suisse ; & si elles répondent favorablement à cette invitation, les cantons seront provisoirement au nombre de vingt-deux ; savoir : — Le canton du Valais ; chef-lieu, Sion. — Celui de Léman, ou Pays-de-Vaud ; chef-lieu, Lausanne ; — De Fribourg, y compris les bailliages de Payerne, d'Avenche[s], jusqu'à la Broye, & de Morat ; chef-lieu, Fribourg ; — De Berne, sans le Pays-de-Vaud & l'Argovie ; chef-lieu, Berne ; [...] — D'Argovie, à commencer par Arbourg [Aarburg] & Zofingue [Zofingen] ; chef-lieu, A[ar]au ; [...] ».
  10. Traité de Campo-Formio du 17 octobre 1797, articles secrets, article 6 : « S. M. I. et. R. cédera, à la paix de l'Empire, à la République Française la souveraineté et propriété du Fricktal et de tout ce qui appartient à la Maison d'Autriche sur la rive gauche du Rhin, entre Zurzach et Bâle, moyennant qu'à la paix susdite, S. M. obtienne une compensation proportionnelle en Allemagne qui soit à sa convenance. La République Française réunira lesdits pays à la République Helvétique, moyennant les arrangements qu'elles pourront prendre entr'elles sans porter préjudice à S. M. l'Empereur et Roi, ni à l'Empire ».
  11. Traité de Lunéville du 9 février 1801, article II, alinéa 2 : « Sont pareillement cédés à la République française, par Sadite Majesté Impériale et Royale et du consentement formel de l'Empire : [...] ; 2° Le Fricktal et tout ce qui appartient à la Maison d'Autriche sur la rive gauche du Rhin, entre Zurzach et Bâle ; la République française se réservant de céder ce dernier pays à la République helvétique ».
  12. « Cantons, communes — état et structure de la population », Office fédéral de la statistique,‎ 2008 (consulté le 25 novembre 2008)
  13. a et b « Religions », Office fédéral de la statistique,‎ 2008 (consulté le 25/11/2008)
  14. « Langues », Office fédéral de la statistique,‎ 2008 (consulté le 25 novembre 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]