Cantharellus (champignon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chanterelle

Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le genre de champignons. Pour le genre de coraux, voir Cantharellus (cnidaire).

Cantharellus est un genre de champignons (Fungi) basidiomycètes de la famille des Cantharellaceae, comprenant les chanterelles. Très populaire, le genre Cantharellus est d'une grande complexité taxinomique. Index Fungorum a dans sa liste de plusieurs centaines de taxons et près de 500 noms scientifiques qui ont été appliqués au genre, quoique le nombre de taxons en cours de validité soit inférieur à une centaine. Difficiles à cultiver, mais souvent récoltés et vendus frais, ils sont prisés par leur goût fruité mais peuvent être confondus avec quelques champignons toxiques. Les études moléculaires ont aussi divisé l'espèce Cantharellus cibarius en plusieurs espèces différentes, créant ainsi le nouveau clade des cantharelloïdes.

Description[modifier | modifier le code]

Les espèces du genre Cantharellus sont des champignons mycorhiziens, ce qui signifie qu'ils forment des associations symbiotiques avec les plantes, ce qui les rend très difficiles à cultiver. Il faut être prudent lors de l'identification des chanterelles destinées à la consommation en raison de champignons fort ressemblants, comme Omphalotus olearius ou Flamulla sapinea quasi mortel. Malgré cela, les chanterelles sont l'un des genres les plus faciles à reconnaitre et récoltés comme champignons comestibles.

De nombreuses espèces de chanterelles contiennent des antioxydants caroténoïdes, comme le bêta-carotène dans Cantharellus cibarius et Cantharellus mineur , ainsi que de la canthaxanthine dans Cantharellus cinnabarinus et Cantharellus friesii. Les Cantharellus contiennent également des quantités significatives de vitamine D[1].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom vient du grec kantharos (en grec ancien κάνθαρος / kàntharos, en latin cantharus) par ressemblance au canthare (vase), vase typique pour boire du vin utilisé dans la Grèce antique.

Historique[modifier | modifier le code]

Depuis 1821, toutes les chanterelles jaunes ou dorées de l'ouest de l'Amérique du Nord avaient été classés comme Cantarellus cibarius selon la description de Fries[2]. Cependant, les analyses de la phylogénétiques[3]ont depuis démontré qu'il s'agit d'un groupe d'espèces apparentées. En 1997, la chanterelle dorée du Pacifique Cantarellus formosus et Cantarellus cibarius var. roseocanus ont été identifiées[4], suivi par Cantarellus cascadensis en 2003[5] et Cantarellus californicus en 2008[6]. En 2004, une nouvelle chanterelle est découverte dans les maquis miniers nickélifères de Nouvelle-Calédonie Cantharellus garnierii [7]. En 2011, trois nouvelles espèces sont ajoutées: Cantarellus lewisii, Cantarellus altipes et Cantarellus tenuithrix[8]. Et si en Amérique du Nord, près d'une vingtaine d'espèces ont été créées, en Europe, les études moléculaires ont aussi divisé l'espèce Cantharellus cibarius en 25 espèces différentes, créant ainsi le nouveau clade des cantharelloïdes: ce clade cantharelloide représente une ancienne lignée d'hyménomycètes composée de champignons diversifiés tant par leur morphologique que leur écologique[9].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

  • Cantarellus altipes Dunham 2008[16]
Cantharellus cinnabarinus, Amérique du Nord

Côte pacifique Nord-Ouest[modifier | modifier le code]

Amérique centrale[modifier | modifier le code]

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Nouvelle-Calédonie[modifier | modifier le code]

Afrique centrale[modifier | modifier le code]

Les Cantharellus d'Afrique centrale et plus particulièrement du Katanga ont été étudiés par le Jardin botanique de Meise en Belgique [28]

Tanzanie[modifier | modifier le code]

En 1998 est publiée une liste annotée et une clé d'analyse des 13 espèces connues du genre Cantharellus en Tanzanie, recueillies pendant avril-mai 1998. Elle propose deux nouvelles espèces: Cantharellus isabellinus var. parvisporus et Cantharellus tomentosus. Cantharellus est l'un des plus importants genres de champignons comestibles pour les populations locales[34].

  • Cantharellus isabellinus var. parvisporus
  • Cantharellus tomentosus

Guyane[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Cantharellus guyanensis (Mont. 1854) > Merulius guyanensis (Mont.) Kuntze 1891
  • Cantharellus attenuatus (Cleland 1934)
  • Cantharellus atrolilacinus (Eyssart., Buyck & Halling 2003)
  • Cantharellus cinnabarinus ((Schwein.) Schwein. 1832)
  • Cantharellus conspicuus (Eyssart., Buyck & Verbeken 2002)
  • Cantharellus cyanescens (Buyck 1994)
    • Cantharellus platyphyllus f. cyanescens (Buyck) Eyssart. & Buyck 1999 (synonyme)
  • Cantharellus elsae ((G. Stev.) E. Horak 1971)
    • Hygrophorus elsae (G. Stev. 1963) (synonyme)
  • Cantharellus eucalyptorum (Ducousso, A.M. Ba & Thoen 2002)
  • Cantharellus ferruginascens (P.D. Orton 1969)
    • Cantharellus cibarius var. ferruginascens (P.D. Orton) Courtec. 1993 (synonyme)
    • Cantharellus pallens (synonyme)
  • Cantharellus friesii (Welw. & Curr. 1869)
    • Merulius friesii (Quél.) Kuntze 1891 (synonyme)
  • Cantharellus henricii (Eyssart. & Buyck 2000)[36][réf. incomplète]
  • Cantharellus ianthinoxanthus ((Maire 1911) Kühner 1947)[37][réf. incomplète]
  • Cantharellus insignis ((Cooke 1890) Corner 1966)[38][réf. incomplète]
  • Cantharellus lilacinopruinatus (Hermitte, Eyssart. & Poumarat 2005)[39]
  • Cantharellus luteocomus H.E. (Bigelow 1978)[40][réf. incomplète]
  • Cantharellus pusio (Berk. 1856[41])[réf. incomplète]
  • Cantharellus wellingtonensis (McNabb 1971)
  • Cantharellus queletii ((Ferry) Corner 1966[42][réf. incomplète])
  • Cantharellus subdenticulatus (Mont. 1860[43][réf. incomplète])
    • Cantharellus ignescens (Fayod 1889) (synonyme)
    • Cantharellus miniatus (Fayod 1893) (synonyme)

Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Genre champignon Cantharellus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Pilz D, L, Norvell, E, Danell et R. Molina, Ecology and management of commercially harvested chanterelle mushrooms. Gen. Tech. Rep. PNW-GTR-576month=March, Portland, OR, Department of Agriculture, Forest Service, Pacific Northwest Research Station,‎ 2003, PDF (lire en ligne)
  2. (la) Elias Magnus Fries, Systema mycologicum sistens fungorum ordines, genera et species, huc usque cognitas, quas ad normam methodi naturalis determinavit, disposuit atque descripsit, vol. Trois volumes, Lundæ, 1821-1823, Greifswald, 1829-1832, Palais des académies, Publications in-octavo, des lettres et des beaux-arts de Belgique Académie royale des sciences Commission royale d'histoire,‎ 1955
  3. (en) Jean-Marc Moncalvo et R. Henrik Nilsson Brenda Koster Susie M. Dunham Torsten Bernauer P. Brandon Matheny Teresita M. Porter Simona Margaritescu Michael Weiß et Sigisfredo Garnica Eric Danell Gitta Langer et Ewald Langer Ellen Larsson et Karl-Henrik Larsson Rytas Vilgalys, « The cantharelloid clade: dealing with incongruent gene trees and phylogenetic reconstruction methods », Mycologia, vol. 98, no 6,‎ 2006, p. 937–948 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  4. (en) E. Danell, « Cantharellus formosus and the Pacific Golden Chanterelle harvest in Western North America », Bulletin de l'Institut historique belge de Rome, vol. 65,‎ 1997, p. 285–322
  5. (en) R. Molina, « Analysis of nrDNA sequences and microsatellite allele frequencies reveals a cryptic chanterelle species Cantharellus cascadensis sp. nov. from the American Pacific Northwest », Mycological Research, vol. 107, no 10,‎ 2003, p. 1163–1177
  6. (en) S.M. Dunham, « A new, commercially valuable chanterelle species, Cantharellus californicus sp. nov., associated with live oak in California, USA », Economic Botany, vol. 62, no 3,‎ 2008, p. 376–931
  7. (en) M. Ducousso, C. Contesto, M. Cossegal, Y. Prin, F. Rigault et G. Eyssartier, « Cantharellus garnierii sp. nov., une nouvelle chanterelle des maquis miniers nickélifères de Nouvelle-Calédonie », Bulletin de l'Institut historique belge de Rome, vol. 25, no 2,‎ 2004, p. 115-125
  8. (en) B. Buyck et Valérie Hofstetter, « The contribution of tef-1 sequences to species delimitation in the Cantharellus cibarius complex in the southeastern USA », Fungal Diversity, vol. 49,‎ 2011, p. 35–46
  9. Moncalvo 2006
  10. Le genre Cantharellus en Europe. Nomenclature et taxonomie in : Bull. Soc. mycol. Fr. 116(2):91–137
  11. Fernández Sasia, R.; Pérez-De-Gregorio, M.À.; Eyssartier, G. Cantharellus parviluteus, une nouvelle espèce décrite de la péninsule Iberique, In: Bull. Soc. mycol. Fr. 119(3 & 4), 2004: p. 261–266
  12. Bot. Gall., Edn 2 (Paris) 2:799
  13. Bolets de Catalunya (Barcelona) 19 (901–950): làm. 908
  14. Etymology: ilicis, Latin, referring to the habitat under evergreen oaks (Quercus ilex and Quercus rotundifolia
  15. Cantharellus ilicis sp. nov., a new species from the Mediterranean Basin collected in evergreen Quercus forests, Revista Catalana de Micologia, vol. 30: 107-116; 2008.
  16. a, b et c Dunham 2008
  17. Arora, D. & Dunham S. M.; A new, commercially valuable chanterelle species, Cantharellus californicus sp. nov., associated with live oak in California, USA. Economic Botany 62, 2008; p. 376-391.
  18. Ann. Rep. Reg. St. N.Y. 23:122
  19. Revis. gen. pl. (Leipzig) 2: p. 862
  20. (en) T.P. Feibelman, « Cantharellus tabernensis: A new species from the southeastern United States », Mycologia, vol. 88,‎ 1996, p. 295-301
  21. Petersen, Ronald H.; Mueller, Gregory M. New South American taxa of Cantharellus, C. nothofagorum, C. xanthoscyphus and C. lateritius var. colombianus Boln Soc. argent. Bot. 28(1–4), 1992 :195–200
  22. ibidem 1992
  23. Beih. Nova Hedwigia 51: p. 183, 1975
  24. In: Nova Hedwigia 27: p.325
  25. In: Nova Hedwigia 31: p.7
  26. In: Nova Hedwigia 42(1): p.158
  27. Ducousso 2004
  28. P. P. Heinemann, « Cantharellineae du Katanga », Bulletin du Jardin botanique de l'État à Bruxelles, vol. 36,‎ 30 septembre 1966, p. 335-352 (lire en ligne)
  29. P. Heinemann, « Champignons récoltés au Congo belge par Madame M. Goossens-Fontana. III. Cantharellineae », Bulletin du Jardin botanique de l'État à Bruxelles, vol. 28, no Fasc. 4,‎ 31 décembre 1958, p. 385-438 (lire en ligne)
  30. a, b, c, d, e, f, g, h et i Heinemann 1958, p. 385-438
  31. Bull. Soc. R. Bot. Belg. 60, 1928:p.162
  32. Ubwoba: Les Champignons Comestibles de l'Ouest du Burundi, Publication Agricole no. 34 (Brussels), 1994:123 pp.
  33. Bull. Soc. R. Bot. Belg. 60, 1928: p.161
  34. (en) A. Kivaisi, « Addition to the inventory of the genus Cantharellus (Basidiomycota, Cantharellaceae) in Tanzania. », Nova Hedwigia, vol. 71, no 3/4,‎ 2000, p. 491-502 (ISSN 0029-5035)
  35. Henkel, T. W.; Aime, M. C.; Mehl, H.; Miller, S. L. Cantharellus pleurotoides, a new and unusual basidiomycete from Guyana. In: Mycol. Res. 110(12), 2006: p. 1409–1412
  36. Bulletin de la Société Mycologique du Limousin 116(2), p. 120 , 2000
  37. Ann. Sci. Franche-Comté 2: p.16 ; 1947
  38. Monogr. Cantharelloid Fungi: 72, 1966
  39. Cantharellus lilacinopruinatus sp. nov., une nouvelle chanterelle thermophile, in Bulletin Semestriel de la Fédération des Associations Mycologiques Méditerranéennes 28, 2005; p. 27–32
  40. Mycologia 70(4), 1978: p. 733
  41. Hooker's J. Bot. Kew Gard. Misc. 8: p.134
  42. Monogr. Cantharelloid Fungi, 1966: p.56
  43. Annls Sci. Nat., Bot., sér. 4 14:181
  44. Monograph of the New Zealand Hygrophoraceae (Agaricales) N.Z. Jl Bot. 28(3):255–306, 1990
  45. The Hygrocybeae (Fungi, Basidiomycota, Agaricales, Hygrophoraceae) of the Lane Cove Bushland Park, New South Wales Source in: Austrobaileya 5(3):535–564, 1999
  46. Grevillea 8(no. 46):54
  47. N.Z. Jl Bot. 7(4):360)