Cantharellaceae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

 

La famille des Cantharellacées (Cantharellaceae) est une famille de champignons de l'ordre des Cantharellales, constituée des cinq genres, et un sous-genre, dont deux fort connus : les Chanterelles du genre Cantharellus et les Craterelles (genre Craterellus).

Description[modifier | modifier le code]

Les Cantharellacées se caractérisent par leur forme en coupe à boire (grec Kantharos) et par un hyménium présentant non des lames mais de simples plis chez les Chanterelles et même une surface quasi lisse chez les Craterelles. Certaine sources[Lesquelles ?] propose un sous genre, les Pseudocraterelles[réf. nécessaire]. Toutes les espèces européennes de la famille des Cantharellacées sont comestibles[réf. nécessaire].

Trois autres genres[Lesquels ?] de Cantharellacées sont décrits en Afrique équatoriale, à Bornéo et en Asie équatoriale[réf. nécessaire].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

La famille des Cantharellaceae a été créée en 1888 par le mycologue allemand Joseph Schröter pour accueillir les chanterelles, que l'on pensait à l'époque être un lien évolutionnaire entre les «primitives» espèces du genre Thelephora qui présentent des hymenophores lisses (surfaces porteuses de spores) et le genre Agaricus, espèces plus "avancées" avec hyménophores à lames. En 1903, le mycologue français René Maire propose un nouveau système de classification qui est basé sur la possession de basides disposés longitudinalement, une caractéristique des Cantharellaceae qui les reliait la famille Hydnaceae et Clavulinaceae . Cela conduira Ernst Albert Gäumann pour à inclure le genre Hydnum (les champignons à piquots) dans les Cantharellaceae[1]. Dans son enquête de 1964 sur les familles fongiques, le mycologue néerlandais Marinus Anton Donk a limité les Cantharellaceae au seules espèces des genres Cantharellus et Craterellus, avec quelques espèces tropicales associés proches. Cette analyse a été largement acceptée[2].

La recherche moleculairer basée sur l'analyse cladistique de séquences d'ADN, a confirmé la circonscription des Cantharellaceae de Donk, bien que des genres plus petits n'ont pas encore été séquencé[3]. Selon un ouvrage de référence 2008, la famille contient 5 genres et plus de 90 espèces à travers le monde[2].

Modification de la taxinomie[modifier | modifier le code]

En 2002, une étude phylogénétique suggèrent de classer les variétés lutescens et tubaeformis dans le genre Craterellus[4].

Description des genres et sous-genre[modifier | modifier le code]

Cette famille est constituée des cinq genres et sous-genre suivants[2]:

Cantharellus ou Chanterelle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cantharellus (champignon).
Les Girolles sont dans la famille des Cantharellacées

Une bonne centaine d'espèces[réf. nécessaire] de chanterelles ont été décrites et publiées. On trouve en Europe une douzaine d'espèces dont deux méditerranéennes (Espagne) et quelques-unes spécifique (Norvège). En Amérique du nord on connait une douzaines d'espèces proche des espèces européennes mais morphogénétiquement différentes ainsi que quelques espèces originales sur la côte du pacifique. En Amérique centrale deux espèces et en Amérique du Sud une dizaine d'espèce sont connues. On trouve aussi espèce spécifique à la Nouvelle-Calédonie, à la Guyane anglaise et en Tanzanie ainsi que six espèces qui sont décrites en Nouvelle-Zélande. Enfin on trouve une douzaine d'espèce en Afrique équatoriale. Divers anciens taxons et synonymes ne sont plus utilisés.[réf. nécessaire]

Craterellus ou Craterelle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Craterellus.

Il y a 70 espèces de ce genre[2], dont trois fort connues dans l'hémisphère nord : les trompettes de la mort et les chanterelle jaune et grise. Certaines[Lesquelles ?] sont plus spécifique de certaines régions américaines comme la région des Grands-Lacs, les Montagnes rocheuses et la Caroline du Nord. La Craterelle dorée se trouve en Asie et dans le pacifique, d'autres espèces[Lesquelles ?] se trouvent en Guyane.[réf. nécessaire]

Exemple[modifier | modifier le code]

Pseudocraterellus ou Pseudo-craterelles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pseudocraterellus.
Pseudocraerellus sinuosus, Chanterelle sinueuse, peut se trouver dans les forêts d'Europe Nord

Le genre Pseudocraterellus comporte une dizaine d'espèce, dont une[Laquelle ?] en Europe.[réf. nécessaire]

Exemple[modifier | modifier le code]

Goossensia[modifier | modifier le code]

Le genre contient une seule espèce découverte en République du Congo.[réf. nécessaire]

Parastereopsis[modifier | modifier le code]

Le genre contient une espèce décritz en 1976 et découverte à Bornéo.[réf. nécessaire]

Pterygellus[modifier | modifier le code]

Le genre présente cinq espèces décrites en 1966 et vivant en Asie tropicale[réf. nécessaire]

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon NCBI (21 févr. 2012)[9] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gäumann, E. (1926). Vergleichende Morphologie der Pilze . Jena: Gustav Fischer
  2. a, b, c et d (en) P.M. Kirk, P.F. Cannon, D.W. Minter et J.A. Stalpers, Dictionary of the Fungi, Wallingford CABI,‎ 2008, 760 p. (ISBN 9780851998268, PDF lire en ligne), p. 346
  3. Moncalvo JM et al. (2006)
  4. (en) M. Dahlman, E. Danell et J.. Spatafora, « Molecular systematics of Craterellus: Cladistic analysis of nuclear LSU rDNA sequence data », Mycological Research, vol. 104, no 4,‎ avril 2000, p. 388–394
  5. In: Bull. Jard. Bot. État 28: p. 424 1958
  6. In: Nova Hedwigia 27: p.331, 1976
  7. In: Monogr. Cantharelloid Fungi: p.168, 1966
  8. In: Trans. Br. mycol. Soc. 41(1):p.131, 1958
  9. NCBI, consulté le 21 févr. 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :