Cant de la Senyera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Cant de la Senyera (en français Chant de la Senyera, Chant du drapeau) est une œuvre pour chœur mixte sur une musique du maître Lluís Millet, et un poème de Joan Maragall, composée spécialement pour servir d'hymne à l'Orféo Català. Il a été chanté pour la première fois à Montserrat en 1896 lors de la cérémonie de la bénédiction de la senyera (drapeau de la Catalogne). Il a été interdit par le régime franquiste entre 1939 et 1960.

Il était utilisé de facto comme hymne national à l'égal du chant des segadors jusqu'à ce que ce dernier reçoive officiellement son statut d'hymne national.

Le 19 mai 1960, l'interprétation du Cant de la Senyera (alors qu'il avait été interdit) par le public au Palais de la musique catalane en présence de plusieurs ministres franquistes a été l'élément central des Événements du Palais de la musique (es) qui se soldèrent par la condamnation à 7 ans de prison du jeune militant nationaliste Jordi Pujol (qui fut président de la Généralité de Catalogne entre 1980 et 2003 après l’établissement de la démocratie)[1] .

Paroles[modifier | modifier le code]

Tornada:
Al damunt dels nostres cants
aixequem una Senyera
que els farà més triomfants.

Au, companys, enarborem-la
en senyal de germandat!
Au, germans, al vent desfem-la
en senyal de llibertat.
Que voleï! Contemplem-la
en sa dolça majestat!

Tornada

Oh bandera catalana!,
nostre cor t'és ben fidel:
volaràs com au galana
pel damunt del nostre anhel:
per mirar-te sobirana
alçarem els ulls al cel.

Tornada

I et durem arreu enlaire,
et durem, i tu ens duràs:
voleiant al grat de l'aire,
el camí assenyalaràs.
Dóna veu al teu cantaire,
llum als ulls i força al braç.

Tornada

Refrain:
Au dessus de nos chants
nous dressons un drapeau
qui les rendra plus triomphants.

Venez, compagnons, arborons-le
en signal de fraternité!
Venez, frères, au vent déployons-le
en signal de liberté.
Qu'il flotte! Contemplons-le
dans sa douce majesté!

Refrain

Oh drapeau catalan!,
nôtre cœur t'est bien fidèle:
tu voleras comme un oiseau brillant
par dessus nos aspirations:
pour te voir souverain
nous lèverons les yeux au ciel.

Refrain

Et nous te dresserons partout,
nous te lèverons, et toi tu nous soulèveras:
ondoyant à la volonté de l'air,
tu nous montreras le chemin.
Donne voix à ton chanteur,
lumière aux yeux et force au bras.

Refrain

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Francisco Campuzano, La transition espagnole : entre réforme et rupture (1975-1986), Paris, PUF,‎ 2011, 1e éd., 180 p. (ISBN 978-2-13-059119-1), p. 42

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]