Canons transmanches durant la Seconde Guerre mondiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un des canons de 38 cm de la batterie Todt.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les canons transmanches étaient des pièces d'artillerie côtière à longue portée, placées sur les côtes de la Manche dans le Kent, en Angleterre et dans le Pas-de-Calais, en France, aux endroits où l'Angleterre est la plus proche de l'Europe continentale. Ils avaient pour objectif de bombarder les navires ennemis dans la Manche ainsi que les villes et les installations militaires.

Historique[modifier | modifier le code]

Canons allemands[modifier | modifier le code]

Le premier de ces canons à avoir été installé a été un canon allemand de la Wehrmacht mis en place sur la côte française fin 1940. C'était la batterie Siegfried au sud du Cap Gris-Nez, avec son canon de 38 cm, suivie peu après par :

  • Trois canons de 30,5 cm de la batterie Friedrich August, au nord de Boulogne-sur-Mer ;
  • Quatre canons de 28 cm de la batterie Grosser Kurfürst au Cap Gris-Nez ;
  • Deux canons de 21 cm de la batterie Prinz Heinrich, juste à l'extérieur de Calais ;
  • Deux canons de 21 cm de la batterie Oldenburg à Calais ;
  • Trois canons de 40,6 cm (dont les soi-disant canons Adolf) de la batterie Lindemann entre Calais et le Cap Blanc-Nez. La batterie a été nommée d'après le commandant du cuirassé Bismarck tombé au combat, le Kapitän zur See Ernst Lindemann.
  • Quatre canons de 38 cm de la batterie Todt à Audinghen à l'extérieur de Cap-Gris-Nez.

Tous pouvaient pilonner au-delà de la Manche, mais ils ne pouvaient pas faire feu sur les navires faisant route dans la Manche. Cette lacune a par la suite été corrigée par l'ajout de trois canons Krupp K5 de 28 cm montés sur rails, qui pouvaient tirer avec précision sur les bâtiments britanniques jusqu'à 86 km de distance[1].

Réponse britannique[modifier | modifier le code]

Winnie, un canon de 14 pouces à St Margaret-at-Cliffe près de Douvres, en mars 1941.
Pooh en mars 1941.

À la suite de l'évacuation de Dunkerque et de la bataille d'Angleterre, les Britanniques n'avaient pas de réponse immédiate à offrir à cette menace, mais les hauteurs de chaque côté du port de Douvres avaient été fortifiées sur l'ordre personnel du premier ministre (qui avait visité le site pour se rendre compte de la situation en personne), et des canons de gros calibre enterrés avaient été installés. Les seules armes britanniques transmanches déjà en place étaient alors Winnie et, plus tard en 1940, Pooh. (Winnie the pooh est le nom britannique de l'ours de fiction Winnie l'ourson, et Winnie est en outre le diminutif de Winston, prénom du Premier ministre Winston Churchill[2].) Il s'agissait de deux canons de 14 pouces (35,6 cm) positionnés derrière St Margaret. C'étaient des pièces prélevées sur le stock de canons du cuirassé King George V. Le premier utilisait un support issu du HMS Furious et l'autre un support d'un montage expérimental sans tourelle. Ils étaient opérés depuis des salles de contrôle et de mise à feu distinctes, et mis en œuvre par 25 hommes du Royal Marine Siege Regiment. Ces canons ont remonté le moral des Britanniques en tirant le premier obus depuis la Grande-Bretagne sur l'Europe continentale en août 1940, mais ils étaient lents et inefficaces par rapport aux canons allemands. Ils ont attaqué les canons allemands (ils étaient trop imprécis et trop lents à faire feu sur les navires), et étaient protégés contre les attaques aériennes allemandes par de la DCA. Leurs magasins de cordite et d'obus étaient séparés et bien camouflés. Ils étaient profondément enterrés et reliés aux canons par rails.

Exaspéré par leur inefficacité dans le ciblage des navires, Churchill a commandé trois nouvelles batteries d'artillerie lourde qui furent construites à Douvres et manœuvrés par la Royal Artillery :

  • Trois canons de 6 pouces (152 mm) d'une portée de 25 000 yards (22 800 m), constituant la batterie Fan Bay ;
  • Quatre canons de 9,2 pouces (234 mm) d'une portée de 42 000 yards (28 300 m) formant la batterie South Foreland ;
  • Deux canons de 15 pouces dans (381 mm) d'une portée de 42 000 yards (38 400 m) de la batterie Wanstone, connus sous les noms de Clem (d'après Clementine Churchill) et Jane (d'après la pin-up de bande dessinée).

Ces canons ont été rejoints plus tard par la batterie Lydden Spout. Elle disposait de trois canons navals BL de 13,5 pouces Mk V (342,9 mm). Ces armes de la Première Guerre mondiale (des noms de Gladiator, Scene Shifter et Piece Maker) ont été sorties de leur retraite en 1939 et montées sur des châssis de chemin de fer[3],[4]. Ces canons montés sur rails ont été opérés par les Marines, mais leur déplacement était assuré par une équipe des Royal Engineers lorsqu'ils n'étaient pas utilisés. Ils étaient alors dissimulés dans le tunnel de chemin de fer de Guston, de la gare de chemin de fer d'Eythorne sur la East Kent Light Railway, et à d'autres endroits.

En septembre 1944, la 3e division d'infanterie canadienne a été chargée de capturer Calais et de réduire au silence les batteries lourdes allemandes situées à proximité. Ce qu'ils ont fait avec l'aide précise et efficace de Winnie et Pooh, les canons britanniques ayant mis hors de combat l'une des batteries allemandes.

Le « coin du feu de l'enfer »[modifier | modifier le code]

Ce duel d'artillerie, associé aux nombreux bombardements et tirs d'artillerie lourde allemands sur la zone urbaine et le pas de Calais, ont donné le surnom de Hellfire Corner (le « coin du feu de l'enfer ») à ce bras de la Manche. Au total, la zone a connu environ 2 200 tir d'obus[5], 3 059 alertes, 216 décès civils et 10 056 structures ont été endommagées. De même, de nombreuses cargaisons ont été endommagées ou perdues. Les infrastructures ferroviaires et routières britanniques n'étant pas suffisantes alors pour assurer la totalité du trafic de marchandises essentielles, et en particulier celui du charbon, de nombreux convois maritimes devaient emprunter le pas de Calais et ainsi s'exposer aux tirs ennemis.

Les canons britanniques ont tiré sur les navires allemands Scharnhorst, Gneisenau et Prinz Eugen lors du « Chanel Dash » de 1942, sans toutefois parvenir à les stopper.

Le duel ne cessa que lorsque les forces d'invasion alliées progressant à l'intérieur des terres dépassèrent les positions de tir allemandes basées sur la côte française, durant la seconde moitié de l'année 1944. Le 26 septembre 1944, dernier jour de tir de la part de canons allemands, 50 obus traversèrent la Manche et tuèrent cinq personnes en Angleterre. La dernière victime est une dénommée Patience Ransley, tuée à l'âge de 63 ans par un tir provenant de la batterie Lindemann alors qu'elle étaient abritée dans la Barwick's Cave, un tunnel renforcé long de 270 m[6].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Arrière d'un bunker de la batterie Todt, aujourd'hui ouverte aux visiteurs.

L'un des canons transmanches allemands est exposé au musée de la batterie Todt, aussi connu sous le nom de « musée du Mur de l'Atlantique », à Audinghen[1]. Depuis 1954, une section de blindage peint, pris comme trophée de guerre sur l'une des tourelles de la batterie Lindemann est exposé sur le front de mer à Douvres.

Entre Calais et Boulogne-sur-Mer subsistent de nombreuses structures de béton, marquant les emplacements des divers canons et bunkers associés, dans des états de conservation variables.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site du musée de la batterie Todt.
  2. Evans, Martin Marix (2004). Invasion! Operation Sealion 1940. Longman. ISBN 0-582-77294-X. Page 59.
  3. (en) Dale Clarke. British Artillery 1914-19. Heavy Artillery. Osprey Publishing, Londres, 2005. Pages 41-42.
  4. (en) The Big Guns At Dover WW2 World War Two.
  5. « Cross channel bombardments », sur Battlefields WW2 (consulté le 5 février 2013)
  6. (en) The unlikely death of Patience Ransley.

Liens externes[modifier | modifier le code]