Canonisation des Romanov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait officiel du tsar Nicolas II et de la tsarine Alexandra Fedorovna en 1894.

Cet article traite de la canonisation des Romanov, famille impériale russe.

Cette famille fut assassinée dans les caves de la villa Ipatiev, à Ekaterinbourg, dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, par les bolchéviques. À la suite de ces événements, elle fut considérée comme martyr par l’Église orthodoxe.

En 1981 (dès les années 1920 dans le martyrologe) ont été canonisés par le Saint-Synode de l’Église russe hors-frontières l’empereur Nicolas II de Russie, l’impératrice Alexandra Fedorovna et leurs cinq enfants :

Leurs suivants connurent le même sort :

Furent également canonisées deux servantes qui furent assassinées en septembre 1918, Anastasia Hendrikova et Catherine Adolphovna Schneider.

La sœur d’Alexandra, la grande-duchesse Élisabeth Fedorovna, qui se fit assassiner par les bolchéviques le 18 juillet 1918, fut canonisée également comme sainte-martyre Élisabeth, par le Saint-Synode de l’Église russe hors-frontières, avec le prince Ivan Constantinovitch de Russie, le prince Igor Constantinovitch de Russie, le prince Constantin Constantinovitch de Russie, le grand-duc Sergeï Mikhaïlovitch de Russie, le prince Vladimir Pavlovitch Paley, Fyodor Remez, le secrétaire du grand-duc Sergeï, et une amie de la grande-duchesse Élisabeth, sœur Barvara Yakovleva, qui ont été tués avec elle. Ils furent, tout comme la famille impériale, déclarés victimes de l’oppression soviétique.

En l’an 2000, après de nombreux débats, la famille impériale fut canonisée comme mort-martyr par le Patriarcat de Moscou (Église orthodoxe russe). À noter que deux des servants n’ont pas été canonisés à cette occasion : Alexei Trupp car il était catholique, et Adolphovna Schneider, qui faisait partie de l’Église luthérienne.

Controverses[modifier | modifier le code]

De gauche à droite : les grandes-duchesses Maria, Tatiana, Anastasia, Olga et le tsarévitch Alexeï en 1910.

Les canonisations étaient controversées par les deux églises. En 1981, les opposants à Nicolas II de Russie ont estimé que c’est sa faiblesse et son règne médiocre qui ont conduit à la révolution bolchevique de 1917. Un prêtre orthodoxe russe de l’étranger, a dit qu’un martyr de l’Église orthodoxe n’a rien à voir avec ses actions lors de son vivant, mais plutôt de la manière dont il ou elle a été tué(e). D’autres critiques ont affirmé que l’église orthodoxe en dehors de la Russie, critique les révolutionnaires juifs pour leurs morts, et comparent l’assassinat politique avec un meurtre rituel.

Il y avait ceux qui rejetaient la canonisation de la famille impériale comme mort-martyr car ils n’étaient pas morts à cause de leur foi religieuse. Il n’y avait pas de preuve que l’exécution était un meurtre rituel. Les chefs religieux des deux églises avaient également émis des objections à canoniser la famille du tsar, car selon eux, c’est la faiblesse du souverain et son incompétence qui avaient conduit à la révolution, et l’avaient donc rendu responsable, ou du moins partiellement, de son propre meurtre, mais aussi de celui de son épouse et de ses enfants. Pour les opposants, le fait que le tsar était, dans sa vie privée, un homme bon, un bon époux et un bon père, ne devait pas l’emporter sur sa médiocrité face à sa mauvaise gestion des affaires politiques.

Finalement, l’Église orthodoxe de Russie canonisa la famille comme martyrs, et comme des personnes qui rencontrèrent leur mort avec humilité chrétienne. Le tsar et le tsarévitch se firent canoniser comme morts-martyrs, tout comme le tsarévitch Dimitri, fils d’Ivan le terrible, assassiné à la fin du XVIe siècle, comme précurseur de la canonisation de la famille Romanov. Elle a également précisé la piété de la famille, surtout celle de la tsarine et de sa fille aînée, Olga, qui firent le signe de croix tout juste avant de se faire assassiner. Néanmoins, ils ne sont pas désignés comme « martyrs » mais comme « porteurs de la passion » dans les publications officielles de l’Église, sur les icônes et dans les vénérations.

Le tsar Nicolas II de Russie, la tsarine Alexandra Fedorovna, les grandes-duchesses Olga, Tatiana et Anastasia, après plus de sept ans d’expertises, ont été finalement inhumés ainsi que leurs quatre suivants dans la cathédrale Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg, en présence du président Boris Eltsine et des descendants de la famille Romanov. En août 2007, furent retrouvés les corps du tsarévitch Alexeï et de sa sœur, la grande-duchesse Maria, ils furent identifiés comme tels le 30 avril 2008. Ils devraient rejoindre le reste de leur famille prochainement.

Liens externes[modifier | modifier le code]