Canon Type 92 10 cm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Canon Type 92 10 cm
Canon de campagne Type 92 de 105mm
Canon de campagne Type 92 de 105mm
Caractéristiques de service
Type Canon de campagne
Service 1932-1945
Utilisateurs War flag of the Imperial Japanese Army.svgArmée Impériale Japonaise
Conflits Seconde guerre sino-japonaise
Deuxième Guerre mondiale
Production
Concepteur Drapeau : Japon Arsenal d'Osaka
Année de conception 1923
Constructeur Drapeau : Japon Arsenal d'Osaka
Production 1932-?
Exemplaires produits 180[1]
Caractéristiques générales
Poids du canon et de l'affût 3732.3 kg en position de tir
4364 kg en transport
Longueur du canon seul 4.681m (L/45)
Longueur du canon et de l'affût 7.92 m en position de tir
9.78 m en transport
Support Affut sur roues
Calibre 105 mm
Cadence de tir 6-8 obus/minute
Vitesse initiale 760 m/s
Portée pratique 14 200 m
Portée maximale 18 300 m
Munitions obus de 16 kg
Hausse -5° à +45°
Azimut 36°
Mécanisme Culasse à filetage interrompue / ouverture horizontale
Syst. d'absoprtion du recul hydropneumatique
Pas de rayure 32
Organe de visée viseur panoramique

Le canon Type 92 10 cm (九二式十糎加農砲, Kyūni-shiki Jyū-senchi Kannohō?) était un canon de campagne utilisé par l'Armée impériale du Japon durant la Seconde Guerre Sino-Japonaise et la Seconde Guerre mondiale [2] La dénomination Type 92 indique que cette pièce d'artillerie a été acceptée en l'an 2592 du calendrier impériale japonais, soit 1932 dans notre calendrier grégorien[3]. Le canon Type 92 a été conçu pour remplacer le canon Type 14 10 cm en première ligne et devenir ainsi le canon standard japonais de sa classe.

Conception[modifier | modifier le code]

Le canon Type 92 fut conçu en 1923 comme une alternative à longue portée aux canons de campagne de 75 mm équipant l'Armée Impériale Japonaise. Néanmoins, sa production fut reportée, en raison du désir de l'Armée d'alléger le poids de l'ensemble et des nouvelles spécifications militaires de 1927 pour augmenter se portée. Le prototype final fut présenté en 1932 et après une série de tests intenses, sa mise en production fut accepté. Les premiers canons Type 92 furent déployés en service actif à partir de 1934.

Facilement reconnaissable à une silhouette très élancée, le Type 92 était donc un canon conçu pour les tirs à longues portée : il pouvait tirer un obus explosif standard de 16 kg à plus de 13 000 m et même plus de 18 000 m pour des obus spéciaux[4]. Ce canon était équipé avec un système d'amortissement de recul hydropneumatique et une culasse à filetage interrompue en 3 parties. 3 bèches métalliques en bout de chaque bras de l'affut permettait de stabiliser le canon en position de tir. Le volant d'élévation (pointage verticale) était positionné à droite de la culasse et sur la gauche se trouvait les organes de visée et le contrôle de l'azimut (pointage horizontal).

Le type 92, monté sur un affut à roues en bois avec des bandes de roulement en gomme, était conçu pour la traction hippomobile, cependant il était le plus souvent tracté par un camion de 5t. Son transport se révélait délicat du fait de la longueur et du poids de l'ensemble[5].

Munitions[modifier | modifier le code]

Le Type 92 tirait des munitions semi-encartouchées de 105 mm de 16 kg en moyenne : l'obus était constitué de 2 parties, l'ogive et la charge propulsive, qui étaient transportées séparément et rassemblées au moment du chargement. Cela permettait aux artilleurs d'ajuster la charge de poudre en fonction des besoins de portée du moment[3].

Ce canon pouvait tirer tous les obus de 105 mm de l'époque :

Engagements[modifier | modifier le code]

Malgré un transport difficile, le Type 92 de 105 mm était un canon efficace particulièrement dans des missions de bombardement et tir de contrebatterie à longue distance. Il fut utilisé pour la première fois en combat par le 7e Régiment indépendant d'artillerie lourde de campagne de l'Armée impériale Japonaise contre les Forces Soviétiques durant la Bataille de Nomonhan.

Il reprit du service plus tard en 1942, aux Philippines pour soutenir l'infanterie durant l' attaque de Bataan : les 16 canons Type 92 du 8e Régiment d'artillerie lourde de campagne commandés par le Lt.Col. Takahashi tirèrent plus de 4 595 obus en moins d'une semaine[6]. Durant la campagne de Corregidor, l'artillerie japonaise pilonna pendant plus d'un mois les positions fortifiées américaines de Caballo, Fort Drum et Carabao. Les Type 92 engagés utilisèrent près de 7 426 obus[6] .

Transférés sur l'ile de Guadalcanal, les Types 92 japonais, surnommés Pistol Petes par les G.I's, harcelèrent régulièrement les troupes américaines d' Henderson Field[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1] Type 92 on Taki's Imperial Japanese Army
  2. Bishop, The Encyclopedia of Weapons of World War II
  3. a et b War Department Special Series No 25 Japanese Field Artillery October 1944
  4. US Department of War. TM 30-480, Handbook on Japanese Military Forces
  5. Meyer, The Rise and Fall of Imperial Japan page 59
  6. a et b http://corregidor.org/J1/bataan_and_corregidor.htm Corregidor Historical Society

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Chris Chant, Artillery of World War II, Zenith Press,‎ 2001 (ISBN 0-7603-1172-2)
  • (en) Donald B. McLean, Japanese Artillery; Weapons and Tactics, Wickenburg, Ariz.: Normount Technical Publications,‎ 1973 (ISBN 0-87947-157-3)
  • (en) S.L Mayer, The Rise and Fall of Imperial Japan, The Military Press,‎ 1984 (ISBN 0-517-42313-8)
  • (en) War Department Special Series No 25, Japanese Field Artillery, US Army,‎ octobre 1944
  • (en) US Department of War, TM 30-480, Handbook on Japanese Military Forces,‎ 1994 (ISBN 0-8071-2013-8)
  • (en) Chris Bishop, The Encyclopedia of Weapons of World War II, Barnes & Nobel,‎ 1998 (ISBN 0-7607-1022-8)
  • (en) Peter Chamberlain et Terry Gander, Light and Medium Field Artillery, Macdonald and Jane's,‎ 1975 (ISBN 0-356-08215-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]