Candy (manga)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Candy Candy)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Candy.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la série. Pour la chanson de Kyary Pamyu Pamyu, voir Candy Candy (chanson).

Candy

キャンディ・キャンディ♡
(Kyandi Kyandi)
Type Shōjo
Genre Romance
Thèmes Romance, historique, drame
Manga
Scénariste Kyoko Mizuki
Dessinateur Yumiko Igarashi
Éditeur Drapeau du Japon Kodansha, Chuokoronsha
Drapeau : France Presses de la Cité
Prépublication Drapeau du Japon Nakayoshi
Sortie initiale 5 octobre 197525 mars 1979
Volumes 9
Anime japonais
Réalisateur
Studio d’animation Drapeau du Japon Tōei animation
Chaîne Drapeau du Japon TV Asahi
Durée 24' minutes env. (en français au moins 1 min de moins car vidéo accelérée)
1re diffusion 1er octobre 19762 février 1979
Épisodes 115

Candy[1] (キャンディ・キャンディ, Kyandi Kyandi?) est un manga en neuf volumes de Yumiko Igarashi et Kyoko Mizuki ayant pour héroïne Candice White Ardlay. Il a été adapté en série télévisée d’animation diffusée entre 1976 et 1979 et comprenant 115 épisodes de 26 minutes.

En France, Candy est surtout connu grâce à la série d’animation, diffusée à la télévision à partir du 18 septembre 1978 sur Antenne 2 dans l'émission Récré A2. Depuis, la série a été rediffusée sur de nombreuses chaînes. Sous une forme papier, l’histoire a été partiellement déclinée par le magazine Télé Guide dès 1977 en bande dessinée avant que le manga original ne soit finalement publié en mars 1993 par les Presses de la Cité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

L’histoire commence à la toute fin du XIXe siècle, à La Porte, dans l’Indiana, dans un orphelinat situé non loin du lac Michigan. L’établissement est tenu par une vieille demoiselle, Mademoiselle Pony (Miss Pony), et une jeune religieuse, Sœur Maria (Sister Lane dans la version anglaise). Deux bébés filles abandonnés sont découverts à la porte de l'orphelinat, dans un panier, un jour de neige ; d'où le nom qui est donné à l'un d'entre eux : Candy Neige (Candy White en anglais). Candy est blonde, Annie est brune. Les deux enfants grandissent ensemble et deviennent inséparables.

Les années passent et Annie, fille timide et réservée tout autant que Candy est farfelue et exubérante, est adoptée par la famille Brighton. Mais ses parents adoptifs ne voulant pas qu’on sache que leur fille vient d’un orphelinat, Annie envoie une lettre d’adieu à Candy. Candy, qui n'a toujours pas été adoptée, se retrouve à pleurer sous l’arbre d’une colline surplombant la Maison Pony. C'est là que, jouant de la cornemuse et arborant un costume écossais, lui apparaît celui qu’elle surnommera « le prince de la colline ». Durant cent-quinze épisodes, avec en toile de fond la Belle Époque puis la Première Guerre mondiale, l’héroïne aux couettes blondes et aux taches de rousseur n’aura de cesse de retrouver, notamment à travers ses relations sentimentales, le jeune homme qui lui redonna le sourire ce jour-là. Mais l’identité dudit « prince » ne sera révélée qu’à la fin de la série.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Cette chronologie est basée sur l’âge approximatif de Candy à l’époque des événements importants de sa vie. L’âge de référence est celui dans le manga. S’il est différent dans la série animée, il est mentionné entre parenthèses.

  • 0 an : Candy et Annie sont trouvées aux portes de la maison de Pony (au printemps dans le manga, en hiver dans l’animé).
  • 6 ans : Annie est adoptée par les Brighton.
  • 6-7 ans : Candy rencontre son « prince de la colline ».
  • 12 ans : Candy va travailler chez les Legrand en tant que fille de compagnie.
  • 12-13 ans : Candy est envoyée au Mexique et est adoptée par la famille André.
  • 13 ans : Anthony Brown meurt d'un accident de cheval[2].
  • 13-14 ans : Candy part au collège Saint-Paul à Londres ; La grande rencontre amoureuse avec Terrence Grandchester, dit Terry, au collège.
  • 15 ans : Candy est passagère clandestine pour rentrer aux États-Unis ; Elle commence ses études d’infirmière à l'école Marie-Jeanne.
  • 15-16 ans : Les prémices de la Première Guerre mondiale se font sentir, et Archibald, Alistair, Annie, Patricia, Elisa et Daniel rentrent aux États-Unis.
  • 16 ans : La guerre éclate en Europe, Candy découvre monsieur Albert qui est devenu amnésique et Alistair s’engage comme pilote volontaire pour partir à la guerre.
  • 17 ans : Candy s’installe avec Albert et est renvoyée de l’hôpital.
  • 18 ans : Albert s’en va, Daniel veut forcer Candy à l’épouser, et elle fait connaissance avec l'oncle William.

Lieux[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Candy et son entourage[modifier | modifier le code]

Une vue de Chicago au début du XXe siècle, où se passe une partie de l'histoire.
Candice Neige André (キャンディス・ホワイト・アードレー, Kyandisu Howaito Ādorē?)
Surnommée « Candy », elle a grandi dans l'orphelinat de la Maison de Pony. Elle a les cheveux bouclés, blonds aux reflets roux. Ses yeux sont verts, elle a le visage couvert de taches de rousseur et le nez plat. Souvent qualifiée de garçon manqué, elle grimpe notamment aux arbres ou pratique le lasso. De caractère joyeux, sa spontanéité peut se retourner contre elle. Adoptée comme fille de compagnie par la famille Legrand, elle est martyrisée par les enfants de la maison, Daniel et Elisa, avant d'être finalement adoptée à douze ans par William André, le chef suprême du clan auquel appartiennent notamment les Legrand. Entre-temps, elle fait la connaissance d'un autre parent des André – Anthony Brown – qu'elle confond tout d'abord avec le « prince de la colline » qu'elle avait rencontré à l’âge de six ans. Ils sont attirés l'un par l'autre, mais lui meurt d’un accident de cheval durant une chasse au renard (dans la version française du dessin animé, il est seulement handicapé et se fait passer pour mort car il ne veut pas que Candy le voie comme ça). Candy est alors envoyée en Angleterre pour y devenir une « lady ». Elle y rencontre Terrence Grandchester, dont elle tombe amoureuse, mais lui part pour les États-Unis se lancer dans une carrière d’acteur, ce qui pousse Candy à choisir sa voie et à devenir infirmière. Ses espoirs de vivre son amour avec Terrence s'évanouissent alors qu'elle doit se sacrifier au profit de sa rivale Susanne Marlow. Mais elle n'a pas le temps de s'apitoyer sur son sort car elle doit s'occuper de Monsieur Albert, devenu amnésique, tout en gérant l'amour subit et envahissant de Daniel, qu'elle déteste. Outre son renoncement à Terrence, elle doit souffrir la perte d’Alistair, mort à la guerre, mais finit par rencontrer son mystérieux protecteur, William André, et à retrouver son « prince » sur sa colline.
Capucin (クリン, Kurin?)
Le raton-laveur espiègle de la maison de Pony suit Candy dans nombre de ses aventures (animé seulement).
Monsieur Albert/Albert (アルバートさん, Arubāto san?)
Monsieur Albert est un vagabond brun et barbu d'une vingtaine d'années qui déteste les mondanités. Il vit en compagnie d'animaux, campant dans les bois ou squattant une propriété de la famille André. On le retrouve régulièrement aux moments clefs de l'histoire pour soutenir Candy, pour qui il a beaucoup d'affection. Il part en Afrique, puis sur le front en Italie alors que la guerre a éclaté. Blessé et devenu amnésique, il est envoyé à Chicago, sous les soins de Candy, qui fait tout pour s'occuper de lui. Puis, physiquement rétabli, il s'installe avec elle en attendant de recouvrer la mémoire. Ce n'est qu'à la toute fin que l'on découvre qui est réellement monsieur Albert.
Poupée/Capucin (manga) Bup (animé) (プッペ, Puppe?)
La mouffette de monsieur Albert l'accompagne partout. C'est en sautant d’un train pour aller la sauver qu'Albert échappe de peu à l’explosion de celui-ci.
William André (ウィリアム・アードレー, Wiriamu Ādorē?)
Le grand-oncle William est le maître de la famille André, son autorité surpassant même celle de la tante Elroy. C'est un personnage mystérieux que presque personne ne connaît, mais dont on parle avec respect, même s’il passe pour quelqu'un d'original. Il adopte Candy à la demande d'Anthony, Archibald et Alistair. Candy éprouve beaucoup de gratitude pour lui, même s'il ne lui écrit jamais, son homme de main Georges faisant toujours l'intermédiaire. C'est lui qui décide d'envoyer Candy au collège Saint-Paul. Plus tard, on apprend qu'il a des ennuis de santé, ce que certains mettent sur le compte de son grand âge. Ce n'est qu'à la fin que l'on découvre son visage, lorsque Candy obtient enfin une entrevue pour lui demander d'annuler son mariage avec Daniel : elle découvre que William n'est autre que monsieur Albert. William Albert André avait voulu profiter de sa jeunesse en vivant comme il l'entendait avant de prendre officiellement les rênes de la famille André ; aussi vivait-il dans l'anonymat, barbu et teint en brun (restant toujours blond dans l'animé). « Grand-Oncle » est avant tout un titre dans la famille André, mais on apprend sa généalogie exacte dans la famille quand il révèle à Candy qu'il est le petit frère de la mère d'Anthony. Non contente d'apprendre qu'il est ce fameux oncle William, elle découvre qu'il était également le « prince de la colline ».
Le Prince de la colline (丘の上の王子さま, Oka no Ue Oujisama?)
Garçon blond aux yeux bleus, vêtu d’un costume écossais et jouant de la cornemuse, il apparaît à Candy sur la colline de Pony. Candy le rencontre après avoir lu une lettre d’Annie dans laquelle il lui est dit que son amie ne lui écrira plus. Voyant Candy très triste, le garçon énonce une phrase qui revient sans cesse dans la série : « Tu es bien plus jolie quand tu ris que lorsque tu pleures ». Mais il disparaît soudain, et Candy trouve dans l'herbe un pendentif marqué de la lettre A, qu'elle garde comme une relique et qui, à plusieurs reprises, lui rappelle sa rencontre et la réconforte.
Georges (ジョルジュ, Joruju?)
Homme de confiance de l'oncle William, c'est lui qui sert d'intermédiaire entre l'oncle William et l'extérieur, empêchant, à la demande de ce dernier, toute communication directe avec lui.
Anthony Brown (アンソニー・ブラウン, Ansonī Buraun?)
Il est membre de la famille André par sa mère, décédée durant son enfance, ce qui fait de lui le cousin d'Alistair, d'Archibald, de Daniel et d'Elisa. Il ressemble beaucoup au « prince de la colline » qu’avait rencontré Candy, mais la il ne peut s’agir, pour des questions d’âge, de la même personne. Dès sa rencontre avec Candy, Anthony se prend d'affection pour elle et la défend contre Daniel et Elisa. Il est blond et ses yeux sont d'un bleu profond. Il a hérité de sa mère la passion de la culture des roses ; il aime également l'équitation. Son père est marin et le voit peu. C'est pourquoi il a été élevé par la famille André. Il fait une mauvaise chute de cheval lors de la chasse au renard organisée en l'honneur de l'adoption de Candy par l'oncle William, et il meurt tragiquement. Lors des rediffusions françaises de la série animée, suite aux plaintes des parents estimant que la mort du héros masculin perturbait les enfants, la France a modifié le scénario et le doublage de sorte à faire croire qu'Anthony est devenu handicapé suite à son accident. La raison avancée pour expliquer sa disparition de la suite du scénario jusqu’à la fin, est son hospitalisation interminable. Du fait de ce changement, des incohérences ont résulté dans les épisodes ultérieurs.
Terrence G Grandchester (テリュース・G・グランチェスター, Teryūsu G Guranchesutā?)
Ses proches le surnomment « Terry ». Son père descend de la grande aristocratie anglaise et sa mère est l'actrice de Broadway Eleonore Baker. Son père ne se soucie pas de lui et veille seulement à ce qu'il ne manque de rien. Quant à sa mère, elle souhaite ne pas ébruiter son existence. Il est inscrit au collège Saint-Paul où il retrouve Candy après l’avoir rencontrée sur le transatlantique. Il est impertinent, cynique et n'assiste ni aux cours, ni à l’office. En outre, il fume et boit. Il se fait blesser dans une bagarre, et monsieur Albert, alors dans les parages, vient à son secours. Il le ramène au collège Saint-Paul, mais chez les filles, et celui-ci entre titubant dans la chambre de Candy ! Celle-ci, bien que vaguement attirée, est tout d'abord exaspérée par son attitude irrespectueuse et nonchalante, mais elle comprend progressivement que ce n'est qu'un masque cachant ses blessures. Il renie sa famille afin de vivre pour lui-même et quitte le collège pour protéger Candy suite à une manigance d'Elisa. Il atteint New York où il entre dans la troupe Stratford pour devenir acteur de théâtre. Il gagne rapidement en célébrité mais alors qu'il prépare le rôle de Roméo, sa partenaire Suzanne Marlow, amoureuse de lui, le sauve d'une chute de projecteur qui l'aurait tué. Malheureusement, Suzanne perd une jambe et Terrence se trouve pris en tenaille entre ses sentiments pour Candy et son devoir envers Suzanne. Candy, découvrant ce qui s'est passé, choisit de s'éclipser devant l'amour passionnel que voue Suzanne à Terrence, choix que ce dernier entérine la mort dans l'âme. La suite est une descente aux enfers pour Terrence, qui néglige son jeu et quitte la troupe. Il devient alcoolique et joue dans des tripots, ne croyant plus à son talent. Dans le manga, Terrence reprend ses esprits en croyant avoir une vision de Candy (qui est réellement là) dans la salle de spectacle. Dans l'animé, c'est Albert qui lui fait entendre raison alors qu'il se saoule dans un bar. Plus tard, on apprend qu'il est remonté sur les planches, comme auparavant.
Alistair Cornwell (アリステア・コーンウェル, Arisutea Kōnweru?)
Grand-frère d'Archibald, il est cousin par sa mère avec Anthony, Elisa et Daniel. On le surnomme souvent « Ali ». C'est un brun à lunettes qui passe le plus clair de son temps à concevoir des inventions souvent loufoques et se soldant toujours par des échecs spectaculaires. Il a pour rêve de construire un avion de toutes pièces, chose qu'il finira par réaliser à sa manière. Il est d'un naturel joyeux, assez proche en ce sens de Candy, dont il prend la défense dans les situations difficiles. Il est d'ailleurs de ceux qui demandent à l'oncle William de l'adopter. Candy lui présente Patricia alors qu'ils sont au collège Saint-Paul en Angleterre, de qui il se rapproche de plus en plus au cours de l'histoire. Mais la guerre éclate, et Alistair devient plus pensif et mystérieux, au point d'inquiéter ses proches. Sur un quai de gare, il offre à Candy la « boîte à bonheur » qu'il a construite pour elle, juste avant de s'engager comme volontaire dans l'armée de l’air et de combattre en France. Il est abattu dans un combat aérien et s'abîme en mer. Son corps n'est pas retrouvé, ce qui rend Patricia folle de douleur.
Archibald Cornwell (アーチーボルト・コーンウェル, Āchīboruto Kōnweru?)
Petit frère d'Alistair, dont il craint les inventions, il est souvent surnommé « Archi ». Il porte les cheveux mi-longs et affectionne les vêtements raffinés, ce qui lui vaut quelques quolibets. Il est généralement réfléchi, mais assez soupe-au-lait. Dès sa première rencontre avec Candy, il tombe amoureux d'elle, au grand dam d'Annie qui espère l'avoir pour elle. Comme Alistair, il demande à l'oncle William d'adopter Candy. Il part avec Alistair, Elisa et Daniel pour le collège Saint-Paul. Là, il apprend que Candy tombe amoureuse de Terrence. Il essaie alors, sans grand succès, de l'oublier au profit d'Annie. À la fin de l'histoire, c'est le seul rescapé de l'inséparable trio qu'il formait jadis avec Anthony et Alistair.
Annie Brighton (アニー・ブライトン, Anī Buraiton?)
C'est une enfant trouvée en même temps que Candy. Elle grandit avec elle jusqu'à ses cinq ans, année de son adoption par la riche famille des Brighton. Elle est d'un caractère calme et très réservé, aux antipodes de celui de Candy. Au départ, elle souhaite couper les ponts avec Candy car elle ne veut pas que l'on sache qu'elle est une enfant trouvée, mais les événements finissent par l'en dissuader : elle rejoint le collège Saint-Paul en cours d'année et se retrouve dans la même classe que Candy, Elisa et Patricia. Elle éprouve des sentiments non partagés pour Archibald, et si, au début, elle en souffre beaucoup, elle apprend ensuite à être patiente et attend qu'Archibald l'aime enfin. Elle est blonde dans le manga, mais brune dans l'animé.
Patricia O'Brien (パトリシア・オブライエン, Patorishia Oburaian?)
Surnommée « Patty », c'est une Anglaise dont la chambre au collège Saint-Paul est voisine de celle de Candy, avec qui elle se lie d'amitié, malgré les foudres d'Elisa. Elle est de nature assez discrète, mais pour tromper son ennui, elle a, en violation du règlement, fait entrer une tortue dans sa chambre. Avec l'arrivée d'Annie, Patricia forme un trio avec elle et Candy. Candy lui présente Alistair, dont elle tombe amoureuse. La guerre éclate alors. Aussi part-elle pour les États-Unis auprès de ses amis loin du conflit, mais Alistair s'engage et disparaît en mer. Folle de douleur, elle a des intentions suicidaires, mais Candy la ramène à la raison.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

Personnages apparus au début[modifier | modifier le code]

Mademoiselle Pony (ポニー先生, Ponī sensei?)
La directrice de la « Maison de Pony » est une vieille femme au grand cœur.
Sœur Maria (レイン先生, Rein sensei?)
Avec Mademoiselle Pony, cette jeune nonne prend soin des enfants de la Maison de Pony. Elle a parfois du mal à supporter le caractère imprévisible de Candy.
Jimmy (ジミィ, Jimi?)
Garçon de la Maison de Pony arrivé à l'orphelinat alors que Candy était partie, il a pris la place de « chef » des enfants. Au retour de Candy il lui refuse le titre de chef qu'elle avait avant lui, et la défie à la course et à l'escalade. Elle gagne à la fois son estime et le titre de chef. Il s'associe avec elle pour convaincre monsieur Cartwright, le propriétaire, de ne pas fermer la Maison de Pony dont il possède les terrains. Par la suite, il est employé (adopté dans l'animé) par monsieur Cartwright. Dans l'animé, avec la guerre, il décide de devenir soldat, mais une maladresse fait paniquer le troupeau dont il a la charge, qui se jette de la falaise, et manque de peu de tuer son père adoptif, qui lui accorde son pardon et lui permet de se racheter en travaillant dur.
Tom (トム, Tomu?)
Locataire de la Maison de Pony, et ami de Candy, il n'apparaît dans le manga qu'au début, quand il est adopté. Dans l'animé, il apparaît régulièrement. C'est lui qui a trouvé Candy dans la neige ; plus tard, il se bat souvent avec elle et la laisse prendre le dessus. Il est adopté par un monsieur Steve, un fermier. À cause d'Elisa, un cheval paniqué lui fait perdre sa cargaison de lait, ce dont il accuse Anthony ; il se bat avec lui à la loyale pour découvrir que c'est quelqu'un de valeureux. Plus tard, son père adoptif, se sentant malade, veut le marier avec une enfant. Ensuite, il hérite du ranch.
Sarah Legrand (ラガン夫人, Ragan fujin?)
Elle est la mère de Daniel et Elisa. Elle a à cœur l'image de la famille Legrand et tient à ce que l'étiquette soit respectée. Elle est toujours convaincue de l’honnêteté de ses enfants, qui complotent contre Candy et parviennent à la faire détester par leur mère.
Daniel (Neil) Legrand (ニール・ラガン, Nīru Ragan?)
Il est l'aîné de la famille Legrand, grand frère d'Elisa et gâté par ses parents. Il est imbu de lui-même et très conscient de sa position sociale, dont il joue volontiers, mais se révèle souvent n’être qu’un poltron incapable d'affronter ses responsabilités. Dès l'arrivée de Candy dans la maison et sous l'influence de sa sœur, il joue de vilains tours à Candy, s’en faisant le plus souvent l'exécutant. Il part au collège Saint-Paul pour y parfaire son éducation. Il isole Candy à l’aide de ses camarades et ceux-ci ne sont dissuadés de la brutaliser que par l'intervention de Terrence. Plus tard, ses sentiments changent cependant lorsque Candy le sauve d'une correction que veulent lui infliger des voyous : il se met à la harceler et veut la forcer à l'épouser, mais l'oncle William intervient pour empêcher le mariage. Au début de la série, ce personnage est appelé Daniel, puis Neil lorsqu'il va au collège Saint-Paul.
Elisa Legrand (イライザ・ラガン, Iraiza Ragan?)
La sœur de Daniel. Gâtée comme lui, elle est un monstre d'égoïsme qui méprise les faibles et se complaît à les humilier. Elle a un faible pour son cousin Anthony, qui n'a que faire d'elle car il la connaît trop bien ; Aussi son rapprochement avec Candy la rend folle de rage. Puis elle part au collège Saint-Paul où elle s'entoure d'une cour de filles influençables qui espèrent s'attirer ses faveurs. Sensible à la galanterie de Terrence, malgré sa mauvaise réputation, elle finit par tomber amoureuse de lui et imagine que c'est réciproque, aussi voit-elle Candy comme une intruse. Voyant qu'elle ne pourra avoir Terrence, elle prépare un complot qui aboutit à son départ du collège. Elle le retrouve plus tard, quand il est devenu acteur, mais il ne pense qu'à Candy, malgré toute son insistance. À la fin, c'est elle qui convainc sa mère de l'intérêt de marier Candy à Daniel, car Candy, en tant que fille adoptive de l'oncle William, est l'héritière directe de la fortune des André.
Monsieur Legrand (ラガン公爵, Ragan kōshaku?)
Père de Daniel et Elisa. C'est lui qui a décidé de faire venir Candy pour servir de demoiselle de compagnie à sa fille. Dans l'animé, il se montre le plus compréhensif de la famille et soutient Candy, connaissant la méchanceté de ses enfants. Dans le manga en revanche, ses rares apparitions suggèrent qu'il est aussi désagréable que le reste de la famille.
Elroy André (エルロイ・アードレー, Eruroi Ādorē?)
Appelée la « grande-tante Elroy », c'est la matriarche de la famille André qui veille aux intérêts du clan. Très stricte, elle a à cœur les convenances de la haute société. Elle est glaciale envers Candy, à cause non seulement de sa nature fraîche et spontanée mais aussi de l’efficacité des complots des enfants Legrand. Sa présence à la tête de la famille n'est en fait qu'intérimaire et ne doit durer que le temps de la minorité de l'oncle William, avant qu’il ne prenne ses responsabilités d'héritier de la famille.
Sœur Grey (シスター・グレイ, Shisutā Gurei?)
C'est la directrice du collège Saint-Paul, habituellement nommée « Mère supérieure » dans l'animé. C'est un monument de dignité pour qui le règlement est primordial et doit être respecté, étant dépositaire de plusieurs siècles d'histoire du collège. Ainsi, Terrence, par son comportement irrespectueux, s'attire ses foudres, et elle estime qu’il ne se montre pas digne de son nom. L'épisode du piège d'Elisa montre cependant ses limites quand elle veut renvoyer Candy, mais garder Terrence, dont le père finance en partie le collège.
Sœur Margaret (シスター・マーガレット, Sisutā Māgaretto?)
Une des responsables du collège Saint-Paul. Elle n'a pas du tout le même caractère que Sœur Gray, car elle n'hésite pas à fermer les yeux sur les petites infractions au règlement, ce qui lui amène notamment la sympathie de Candy.
Éléonore Baker (エレノア・ベーカー, Erenoa Bēkā?)
Elle fut l'amante du duc de Grandchester, avec qui elle a eu un fils, Terrence. Célèbre actrice de Broadway, elle souhaite garder l'existence de son fils secrète afin de préserver sa carrière. D'autre part, le duc refuse que Terrence la rencontre, sous prétexte que ce n'est qu'un amour de jeunesse, indigne des Grandchester. Cette pression venue des deux côtés provoque la colère de Terrence qui refuse de la revoir, mais Candy parvient à les réconcilier. Éléonore suit attentivement la percée de son fils au théâtre, puis sa déchéance avant qu'il ne se reprenne en main.
Richard Grandchester (リチャード・グランチェスター, Richādo Guranchesutā?)
Encore jeune homme, le duc de Grandchester a eu une liaison avec Éléonore Baker, de qui il a eu un fils, Terrence ; Mais par respect de la tradition, il a finalement chassé la mère tout en gardant Terrence avec lui. Il s'est ensuite marié et a eu deux enfants. Il apporte régulièrement d'importantes contributions financières au collège Saint-Paul où il a inscrit son fils. Après le départ de ce dernier, il souhaite interrompre ses financements, mais Candy le convainc de continuer (animé seulement).

Personnages apparus plus loin dans l'histoire[modifier | modifier le code]

Mademoiselle Marie-Jeanne (メリー・ジェーン校長, Merī Jēn kōchō?)
Amie d'enfance de Mademoiselle Pony, c'est une vieille femme sèche et peu avenante au prime abord, mais qui a au fond bon cœur. La première fois que Candy la rencontre, celle-ci la prend pour une patiente de l'hôpital ayant des troubles comportementaux. Mais tous ses caprices ne sont qu'un test d'entrée pour l'école (animé seulement). Sous ses airs revêches, elle s'attache à Candy, qu'elle surnomme « tête de linotte ».
Flanny Hamilton (フラニー・ハミルトン, Furanī Hamiruton?)
Excellente élève infirmière, elle est distante et désagréable. Elle a horreur du bavardage et des frivolités et se cantonne à son devoir, aussi supporte-t-elle mal les fantaisies de Candy, en particulier la nuit de permanence qu'elle a séché (manga seulement). En fait, derrière cette froideur se cache une souffrance due à une enfance difficile, ses parents étant alcooliques et violents. Elle se déclare volontaire pour partir en tant qu'infirmière de guerre sur le front et, en partant, reconnaît que malgré leur caractère incompatible, Candy sera une grande infirmière.
Suzanne Marlow (スザナ・マーロウ, Suzana Mārou?)
Actrice émergente de la troupe Stratford et très belle jeune femme, elle tombe amoureuse de Terrence dès le premier jour, quand il postule à la troupe. Un beau jour, elle lui déclare son amour, mais lui ne pense qu'à Candy. Ainsi, lorsque Candy tente de le rencontrer, elle l'induit en erreur pour l'éloigner de lui. Elle sauve la vie de Terrence alors qu'un projecteur tombe du plafond, mais elle est grièvement blessée. Pour la sauver, les chirurgiens ont dû lui amputer la jambe, mettant ainsi un point final à sa carrière. Sous l'influence de sa mère, elle cherche à forcer Terrence à rester auprès d'elle, par devoir envers celle qui l'a sauvé, puis, réalisant qu'elle est un obstacle entre Candy et lui, elle choisit de se suicider en se jetant du haut de l'immeuble. Candy l'en empêche de justesse et, réalisant l'intensité des sentiments de Suzanne, elle choisit de lui laisser Terrence.
Robert Hathaway (ロバート・ハサウェイ, Robāto Hasawei?)
Meneur de la troupe Stratford, à laquelle appartiennent Terrence et Suzanne, c'est un ancien acteur à succès.
Monsieur Carson (カーソンさん, Kāson san?)
C'est un homme d'âge moyen rencontré en Angleterre alors que Candy fait route vers les États-Unis. Il a perdu sa femme suite à une erreur médicale, ce qui l'a rendu misanthrope. Candy déteste sa personnalité, mais elle réussit à l'adoucir en sauvant sa fille qui est tombée malade. Il la recommande alors à un de ses amis qui possède une compagnie maritime, afin de l'aider dans son voyage.
Capitaine Niven (ニーブン船長, Nībun senchō?)
C'est le capitaine du navire qui emmène Candy aux États-Unis. Sa fille vit difficilement ses longs voyages en mer et fréquente des gens peu recommandables (animé seulement)
Cookie (クッキー, Kukkī?)
Passager clandestin de 15 ans qui rêve de devenir marin. Après la traversée, il est pris comme mousse par le capitaine Niven. Son comportement irresponsable lui attire par la suite des ennuis auprès de l'équipage, aussi il décide de s'enfuir avant de se réconcilier (animé seulement)
William McGregor (ウィリアム・マクレガー, Wiriamu Makuregā?)
C'est le premier patient à part entière de Candy à l'hôpital Joseph. C'est un vieillard aigri et méprisant qui met Candy en difficulté, d'autant qu'elle a cru au départ qu'il était l'oncle William. Or celui-ci déteste la famille André, qu'il considère comme des parvenus. Un beau jour, sa santé se détériore brusquement et dans son délire il réclame « Mina », qui est en fait une chienne Saint-Bernard, le seul être qu'il aime. Candy introduit alors la chienne à l'hôpital, ce qui rend sa sérénité au vieil homme et éveille en lui une profonde amitié pour Candy. Hélas, il meurt peu après : on apprend en effet qu'il était déjà condamné en entrant à l'hôpital.
Docteur Bobson (ボブソン先生, Bobuson sensei?)
Un des médecins de l'hôpital de Chicago. Il est entêté et a un important sens des responsabilités, mais au fond, il est assez fantaisiste et s'attache à Candy.
Charlie (チャーリー, Chārī?)
(Animé seulement) C’est un vieil ami de Terrence, et par ailleurs un voyou. Afin d'éviter l'internement dans une maison de redressement, il saute d'un train est se blesse. Il est amené à l'hôpital où est Candy, où il se fait passer pour Terrence (il a le visage bandé). Il révèle à Candy qu'il veut compenser sa mauvaise vie en s'engageant dans l'armée, ce que Candy considère comme une mauvaise solution. Dénoncé par Elisa pour compromettre Candy, il est sauvé par le docteur Bobson. Il est ensuite transféré dans une autre clinique.
Michael (マイケル, Maikeru?)
(Animé seulement) C'est un chirurgien français (dans la version française, c'est un officier de l'armée). Elisa l'a invité à une fête où Daniel joue un tour à Candy. Il part donc à son secours alors qu'elle est en difficulté. Sa présence et son témoignage renforcent la volonté d'Alistair de s'engager dans l'armée.
Docteur Léonard (レナード副院長, Renādo fukuinchō?)
Vice-président de l'hôpital Sainte-Joanna de Chicago, il n'est pas particulièrement amical, dans le manga tout au moins ; il renvoie Candy suite à la dénonciation de Daniel comme quoi elle vit avec un inconnu. Dans l'animé, il est parfois plus amical ; il la renvoie sous la pression de la famille Legrand pour chasser Candy de Chicago.
Docteur Martin (マーチン先生, Māchin sensei?)
Médecin alcoolique dont le cabinet, la « Joyeuse Clinique », est hébergée dans une cabane. Il prend soin d'Albert alors amnésique et embauche Candy après son renvoi de l'hôpital de Chicago.
Hardy Schnitzel (ハーディ・シュニッツェル, Hādi Shunittseru?)
Pilote d'élite de l'armée allemande. En combat singulier contre Alistair, sa mitraillette s'enraye, le laissant à la merci de son ennemi, mais celui-ci décide de le laisser partir en remettant le combat à plus tard, à armes égales. Cependant, un autre avion de l'escadrille de Hardy abat Alistair par derrière sous ses yeux, pour son plus grand choc. Cette scène n'existe pas dans l'animé ; à la place, Alistair est troublé et croit voir son ami Domi à la place de Hardy, ce qui en fait une cible facile.
Dominique Lefranc (ドミール・ロアン, Domiru Roan?)
Volontaire dans l'armée, c'est un ami d'Alistair, qui est surnommé « Domi ». Il a perdu sa famille dans la bataille de la Marne, aussi s'est-il engagé pour défendre ceux qui lui sont chers. Il pilote le dernier avion rescapé de son escadrille qui n'a pas été abattu, mais meurt dans les bras d'Alistair, l’incitant à ne pas être téméraire.

Généalogie de la famille André[modifier | modifier le code]

Afin de mieux comprendre les relations entre les personnages de la famille André, voici l’arbre généalogique, d'après l'arbre généalogique officiel :


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
William André
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1re épouse
 
Monsieur Briand
 
Elroy André
 
William C André
 
Priscilla
 
 
 
Janet André
 
Mari
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sarah
 
Monsieur Legrand
 
 
 
William Albert André
 
Rosemary André
 
Vincent Brown
 
Janis
 
Monsieur Cornwell
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Daniel Legrand
 
Elisa Legrand
 
 
 
Candy Neige André
 
 
 
Anthony Brown
 
 
 
Alistair Cornwell
 
Archibald Cornwell

Manga[modifier | modifier le code]

En France, ce n’est qu’en mars 1993 que le manga a été publié, par les Presses de la Cité, sous sa forme originale, si ce n’est que les pages ont été retournées horizontalement pour passer au sens de lecture occidental, le sens japonais étant alors trop peu répandu en France. Ce retournement a été fait sans correction des effets indésirables, comme l’horloge qui indique 2 heures au lieu de 10 heures, par exemple. Suite au conflit entre les auteurs, le manga est devenu très difficile à trouver.

Liste des volumes[modifier | modifier le code]

  1. Le Prince des collines
  2. Candy adoptée
  3. La Rencontre avec Terry
  4. La Vie au collège
  5. Candy infirmière
  6. Les Années noires
  7. Le Retour de Monsieur Albert
  8. La Tristesse de Candy
  9. Le Retour de Candy

Romance, tragédie ou récit initiatique[modifier | modifier le code]

Une romance est un roman d'amour se concentrant sur les relations sentimentales de deux personnes, optant généralement pour une fin heureuse. De ce point de vue, le récit de Candy Candy ne semble pas en faire partie, quand il ne procède pas résolument de la tragédie : aucun des amours potentiels ou réels de Candy n’a pu nouer de relation stable et définitive avec elle une fois venue la fin de l’histoire, soit parce qu’ils disparaissent de façon tragique (Anthony, Alistair), soit parce que Candy elle-même leur assigne un devoir envers une autre femme (Archibald, Terrence). Le dernier amour de Candy – qui est aussi son tout premier – est également une impasse : l'oncle William, monsieur Albert et le prince de la colline ne faisant qu'un, l'avenir sentimental de Candy semble finalement bouché, son premier amour se trouvant être son père adoptif. Femme forte et indépendante, Candy semble vouée au célibat.

Mais si Candy donne l'impression d'apporter à la famille André une forme de malédiction – la tante Elroy la déteste notamment parce qu’elle lui apparaît comme un oiseau de malheur –, son côté destructeur, quand il est mû par la passion, est compensé par un pendant constructeur, que révèle une sorte d’instinct maternel, et plus généralement son inclination au dévouement pour les autres. Une fois ses passions devenues autant de souvenirs doux-amers, il ne reste plus que sa vocation, symbolisée tout au long du récit par ses deux porte-bonheurs les plus précieux.

Le premier est le sceau de la famille André, laissé tomber par William Albert sur la colline – anticipation symbolique de la fuite future de l’héritier de la famille vis-à-vis de ses origines et de ses responsabilités. Tout le travail de Candy consiste à le lui remettre à la fin de l’histoire, autrement dit à lui faire reprendre la place qui est la sienne à la tête du clan André. Le deuxième est la croix que lui remet Mademoiselle Pony lorsqu’elle quitte l’orphelinat pour la première fois. Point de départ du récit, il est finalement son destin : après plusieurs démonstrations de son altruisme, après son apprentissage d’infirmière, etc., elle apparaît logiquement comme celle qui prendra la relève de Mademoiselle Pony après elle – avec plus de moyens financiers cependant. Devenue riche demoiselle, elle peut se consacrer aux activités caritatives correspondant à son rang.

Anime[modifier | modifier le code]

Série télévisée d'animation[modifier | modifier le code]

Liste des épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Candy.

Diffusions en France[modifier | modifier le code]

La France diffuse la série pour la première fois en 1978 dans l'émission Récré A2 sur Antenne 2. C'est un très grand succès. La série sera régulièrement rediffusée jusqu’en 1996 :

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnage Voix japonaise[3] Voix française[3]
France Québec
Candice Neige André Minori Matsushima Sylviane Margollé puis Amélie Morin Amélie Morin
William Albert André Makio Inoue Jacques Chevalier, Jose Luccioni Régis Dubost
Anthony Brown Kazuhiko Inoue Vincent Ropion Marc Bellier
Le prince des collines Vincent Ropion, Thierry Bourdon (115 uniquement)
Terrence Grandchester Kei Tomiyama Thierry Bourdon
Alistair Cornwell Kaneta Kimotsuki Pierre Guillermo, Jose Luccioni
Archibald Cornwell Yūji Mitsuya Bernard Jourdain Gaétan Gladu
Annie Brighton Mami Koyama Séverine Morisot Nicole Fontaine
Patricia O'Brien Chiyoko Kawashima Marie Martine
Monsieur Legrand Jean-Louis Maury
Sarah Legrand André Paule Emmanuele, Claude Chantal Élizabeth Chouvalidzé
Elisa Legrand Yumi Nakatani Sylviane Bressy Bernadette Morin
Daniel Legrand Kiyoshi Komiyama Christophe Bruno & Fabrice Bruno Philippe Arnaud
Tante Elroy Lita Recio
Mademoiselle Pony Marie Francey Yolande Roy
Sœur Maria Nana Yamaguchi Isabelle Ganz, Francine Lainé Nicole Fontaine
Tom Lucie Dolène
John Christiane Lorenzo
Jimmy Marcelle Lajeunesse, Arlette Thomas
Orphelin(s) de la maison Pony Flora Balzano
Louise Claude Chantal
Monsieur Mathieu Jacques Ferrière
Monsieur Cartwright Henri Labussière, Jean-Henri Chambois
Monsieur Brighton Michel Gatineau
Madame Brighton Jeanine Freson
Monsieur Durosier Jean-Henri Chambois
Dorothée Jeanine Forney Louise Turcot
Garcia Eken Mine Henry Djanik Ronald France
Sœur Grey Paule Emmanuele
Sœur Margaret Francine Lainé
Une religieuse de Saint-Paul Jane Val
Duc de Grandchester Jean-Henri Chambois
Éléonore Baker Jeanine Freson, Claude Chantal
Robert Hathaway Daniel Gall
Suzanne Marlow Koko Kagawa Claude Chantal, Marie Martine
Capitaine Nivon Albert Augier
Cookie Marcelle Lajeunesse
Mademoiselle Marie-Jeanne Miyoko Aso Jane Val, Marcelle Lajeunesse
Flanny Hamilton Claude Chantal, Séverine Morisot Louise Turcot
Surveillante de Sainte-Johanna Lita Recio
Docteur Léonard Jean-Henri Chambois
Docteur Martin Jean-Henri Chambois
Marc Marcelle Lajeunesse
Annie Girard Taeko Nakanishi
Narration Taeko Nakanishi Claude Chantal

Différences avec le manga[modifier | modifier le code]

Il y a un certain nombre de différences entre le manga d'origine et la série animée. Ce qu'il faut avant tout remarquer, c'est que l'équipe d'animation a supprimé la plupart des ellipses temporelles qui suggéraient une action pour désormais la décrire en détail. De même, le scénario a été modifié par endroits afin d'insérer des scènes supplémentaires, voire des épisodes entiers, ce qui a permis d'allonger significativement la série. Le développement en animation, couplé à l'ajout de scènes, a amené le développement de personnages qui étaient à peine suggérés dans le manga (Tom, monsieur Legrand et Garcia, par exemple), ou qui n'existaient simplement pas (Capucin, Dorothée, la grand-mère de Patty).

L’aspect des personnages lui-même diffère parfois, certaines chevelures claires devenant brunes ou noires dans l’animé. C’est le cas par exemple d’Annie ou celui, sans doute moins anecdotique, de Terrence : aperçu pour la première par Candy sur le transatlantique qui la mène en Angleterre, sa confusion avec le blond Anthony s’explique d’autant mieux si leurs couleurs de cheveux sont similaires. L’animé édulcore aussi fortement les changements physiques qui caractérisent William Albert dans le manga : jeune garçon blond quand Candy le rencontre en costume écossais, il se fait teindre en brun quand il porte barbe et moustache, puis revient à sa teinte naturelle en raccourcissant sa chevelure au fur et à mesure qu’on s’approche du dénouement, pour ressembler finalement à une version plus mûre du « prince de la colline » – qu’il est véritablement –, voire d’Anthony – dont il est l’oncle.

Anachronismes et incongruités[modifier | modifier le code]

On note, dans le manga comme dans l’animé, la présence d'anachronismes, au niveau vestimentaire en particulier : alors que l'action se passe dans les années 1900-1910, il n'est pas rare de voir des personnages porter des pulls à col roulé, des chemises avec un col « pelle à tarte » (Terrence), ou encore des lunettes fumées (Alistair, Albert), typiques des années 1970, époque de la réalisation de la série animée.

Quant aux paysages évoquant les diverses contrées concernées par le récit, ils semblent dans l’ensemble calqués sur le même modèle idéal : la vue de grands lacs scintillants sur fond de hautes cimes enneigées, semblables à ceux et celles des Préalpes suisses, ponctuent en effet çà et là le récit – ce qui peut paraître étonnant quand il s’agit d’évoquer l’Écosse et ses montagnes rabotées, ou plus encore les terres de l’Indiana bordant le sud du lac Michigan (où se situent Lakewood et la Maison de Pony), au relief pourtant inexistant. L’architecture elle-même prend tour à tour un aspect local (châteaux à l’allure britannique pour évoquer l’Écosse, immeubles et gratte-ciels de la fin du XIXe siècle pour évoquer Chicago) ou exotique (habitations colorées à pignons évoquant un bourg germanique, maisons rectangulaires au toit rouge et entourées d’arbres effilés tels des cyprès évoquant la campagne italienne, etc.).

Particularités de la version française[modifier | modifier le code]

  • Comme souvent dans les productions japonaises (Nicky Larson, Cat’s Eye, Ranma ½, etc.), les noms des personnages ont été partiellement francisés. Ainsi, « Ardley » devient « André », ou « Leagan » devient « Legrand ». Cela est cause d’incohérences, car le nom peut être traduit au début et ne plus l’être par la suite (« Legrand » redevient « Leagan », « Daniel » redevient « Neil », etc.), ce qui prête à confusion.
  • L’épisode 25 relate la mort d’Anthony et, bien que l’on ait assisté à son enterrement et vu une Candy éplorée porter le deuil, on peut être surpris d’apprendre qu’il n’est pas mort mais à l’hôpital (!), alors que l’image indique le contraire (visage d’Anthony au-dessus d’un cimetière). Cette version abracadabrante, proposée uniquement par la traduction française, n’est due qu’aux plaintes des parents adressées à Antenne2 (polémique de la violence dans les dessins animés nippons et influence des livres engagés de Liliane Lurçat aidant). Lors de l’émission Récré A2, Dorothée a même été obligée de faire une annonce officielle à l’antenne pour rassurer les spectateurs sur la santé d’Anthony. Bien sûr, on ne le revoit plus par la suite, aussi les spectateurs ne savent pas ce qu’il advient de lui.
  • Suzanne n’est plus amputée suite à son accident, mais a subi un « implant », ce qui explique difficilement le choc de la troupe Stratford à cette annonce, et explique encore moins comment Candy, saisissant Suzanne qui veut sauter de l’immeuble, perçoit cette infirmité.
  • Malgré un changement de voix notable pour Anthony entre le début de la série et les épisodes ultérieurs, c’est bien le même acteur, Vincent Ropion, qui le double. Il a simplement mué entretemps.

Musique[modifier | modifier le code]

  • Un second générique de début, La Chanson de Candy, interprété par Dorothée fut utilisé à partir de 1987 lors des rediffusions du Club Dorothée sur TF1.
  • La musique des génériques de début et de fin, ainsi que les nombreuses musiques de fond de la série animée sont l'œuvre de Takeo Watanabe (en), dont le style était connu pour convenir parfaitement au grandes histoires tristes ou sentimentales. On y retrouve sa palette instrumentale caractéristique : l'harmonica, l'accordéon ou encore la mandoline et le clavecin, toute aussi inattendue pour évoquer l'Amérique de Candy Candy qu'elle peut l'être pour évoquer la France de Rémi sans famille ou la Suisse de Heidi.
  • Pour les épisodes 78 à 115, le générique de fin varie : Qu'elle est loin ton Amérique interprété par Dorothée est l'adaptation en chanson d'une des musiques de fond récurrentes de la série, La Maison de Mademoiselle Pony.
  • La bande originale remastérisée de la série a été publiée en France par la société Loga-Rythme en 2003.

Films d'animation[modifier | modifier le code]

  • 1981 - Candy Candy de In-hyeon Choi (film live coréen inédit en France)
  • 1992 - Candy Candy (OAV inédit en France) : l'histoire reprend succinctement les premiers tomes du manga jusqu'à l'adoption de Candy avec un design de personnages beaucoup plus moderne et une Annie Brighton blonde comme les blés.

Faits notables[modifier | modifier le code]

  • Depuis 1998, la série est interdite de diffusion dans tous les pays du monde suite à un procès (débuté en 1998) entre la dessinatrice de l’œuvre, Yumiko Igarashi, et la scénariste de l’histoire, Kyoko Mizuki[4]. Il est donc peu probable que Candy Candy soit rediffusé à la télévision ou fasse l'objet d'éditions DVD dans un futur proche.
  • Véritable phénomène de société, Candy Candy a été, avec Goldorak, le dessin animé le plus populaire en France dans les années 1970 et 1980. Récit à la fois exaltant, particulièrement triste et toujours frustrant, il a laissé une marque certaine dans la mémoire de plusieurs générations de télespéctateurs.
  • Dans la série « libertés prises sur l'œuvre originale sans l’accord des auteurs », la version italienne voit son épisode 115 agrémenté d'une « fin alternative » faite de segments d'épisodes où l'on voit Candy retrouver Terrence.
  • Yumiko Igarashi est également l’illustratrice de Georgie (Lady Georgie), personnage créé par Izawa Mann.
  • Le 24 novembre 2005, 2 coffrets DVD contenant chacun 23 épisodes sont sortis. Ces coffrets ont été très vite retirés de la vente car la maison d’édition PonyGirl n’avait pas négocié les droits avec la TOEI qui a porté l’affaire devant la justice pour contrefaçon.
  • Le rappeur français MC Solaar a fait un clin d'œil au générique de Candy Candy dans son titre Au pays de Gandhi extrait de l'album Mach 6 sorti en 2003.

Produits dérivés (France)[modifier | modifier le code]

Magazines[modifier | modifier le code]

Magazine Télé-Guide

À partir de juin 1977, avec le succès de la série animée en France, Télé Guide a publié partiellement l'histoire (jusqu’au collège d’été) sous la forme d'une bande dessinée proposée dans un magazine spécial comportant également des jeux et des autocollants.

Livres[modifier | modifier le code]

Collection G. P. Rouge et Or

L'éditeur G. P. Rouge et Or, a également exploité la franchise Candy Candy en s'inspirant librement de l'histoire originale. Ainsi, deux séries d'albums illustrés ont été publiées entre 1980 et 1985.

Hachette, Collection Bibliothèque rose

Bob Robert a écrit des histoires pour la collection Bibliothèque rose. Celles-ci reprennent l’univers de Candy Candy, mais avec quelques libertés par rapport au scénario d'origine.

Hachette, collection Vermeille
  • Candy - d’après le dessin animé de Antenne 2; de Bob Robert; livre illustré ; 1983.

Album[modifier | modifier le code]

Livre-Disque45 tours[modifier | modifier le code]

  • Candy - D'après les émissions télévisées d'A2; Raconté par Perrette Pradier; ref. 'Le Petit Ménestrel' disques Adès ALB-139; 1978.
  • Candy infirmière - D'après les émissions télévisées d'A2; 'Le Petit Ménestrel'; 1978.
  • Candy sauve la pension de MModèle:Elle Pony - D'après les émissions télévisées d'A2; raconté par Perrette Pradier; 'Le Petit Ménestrel'; 1978.
  • Candy - En route pour le Mexique raconté par Perrette Pradier. Illustrations de Nadine Forster; réf. Adès 'Le petit Ménestrel'; ALB-186.; 1979.

Disque 45 tours[modifier | modifier le code]

  • Les chansons de Candy - chantées par Dominique Poulain; Label Adès; 1979.
  • Dorothée : les nouvelles chansons de Candy ; Label : Adès; Éditeur : Le Petit Ménestrel; 1981.

Liens externes:

Références[modifier | modifier le code]

  1. sur toei-animation.com
  2. Le personnage d'Anthony meurt aussi bien dans le manga que dans les premières diffusions françaises du dessin animé. Lors des rediffusions françaises suivantes, suite aux plaintes des parents estimant que la mort du héros masculin perturbait les enfants, la France a modifié le scénario et le doublage de sorte à faire croire qu'Anthony est devenu handicapé suite à son accident. Du fait de ce changement, des incohérences ont résulté dans les épisodes ultérieurs.
  3. a et b (en) « Candy Candy (TV) », sur http://www.animenewsnetwork.com/
  4. http://www.candyneige.com/encyclopedie/anime/proces/Proces.htm
  5. Liste des albums d'images autocollantes Panini