Candaulisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le candaulisme est une pratique sexuelle dans laquelle l'homme ressent une excitation en exposant sa compagne ou une image de celle-ci à d'autres hommes ou à d'autres femmes. Par extension, on parle aussi de candaulisme lorsque des rapports sexuels ont lieu entre une femme et un ou plusieurs hommes ou femmes, devant le regard consentant et demandeur du partenaire exclusif de celle-ci ; cette pratique se distingue cependant du cuckolding par l'absence de besoin d'humiliation du partenaire voyeur[1]. Le candaulisme n'implique pas non plus la réciprocité de la pratique de l'échangisme.

Le candaulisme ne concerne pas seulement l'homme, puisque cette pratique, bien que plus rare, peut concerner la femme.

Origine[modifier | modifier le code]

Candaule roi de Lydie montrant sa femme à Gygès, par William Etty

Le terme vient du nom de Candaule, un roi semi-légendaire de Lydie, ayant régné vers le VIIIe siècle av. J.-C.. Il existe au moins quatre versions antiques racontant la perte de son royaume au profit de Gygès. Celle qui est à l'origine du candaulisme en raison de son fort pouvoir érotique, est celle d'Hérodote qui la raconte[2] d'après une poésie perdue d'Archiloque de Paros :

Le roi Candaule trouvait sa femme plus belle que toutes les autres. Sans cesse, il vantait à Gygès, officier de sa garde du corps, les charmes de son épouse et un jour, il l'invita à se convaincre, de visu, de la beauté de celle-ci. Gygès refusa l'offre sacrilège mais le roi insista. Dissimulé derrière la porte de la chambre nuptiale, Gygès assista au coucher de la reine. Mais, au moment où il s'esquivait, la souveraine l'aperçut. Feignant de n'avoir rien remarqué et persuadée que son mari avait voulu l'humilier, elle jura de se venger. Le lendemain matin, elle convoqua Gygès et lui offrit l'alternative d'être exécuté ou de tuer Candaule, de s'emparer du trône et de l'épouser. Gygès refusa d'abord l'offre de la reine, puis, devant son insistance, il se résolut à tuer Candaule. La reine le cacha à l'endroit où il s'était dissimulé la veille ; Candaule mourut, poignardé par Gygès durant son sommeil. Quand il fut installé sur le trône, Gygès se heurta à des adversaires. Ceux-ci acceptèrent de soumettre le cas à l'oracle de Delphes. L'oracle confirma Gygès dans sa royauté.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définition et origines du Candaulisme
  2. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], I, 7, 14.