Canasta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Canasta est un jeu qui se joue avec deux jeux de 54 cartes, soit 108 cartes (2x52 cartes + 2x2 jokers). La Canasta se pratique généralement à quatre joueurs, rangés en deux équipes de deux, mais elle peut également se jouer à 2, 3, 5 ou 6 joueurs.

But du jeu[modifier | modifier le code]

Le but de la canasta est de totaliser au minimum 5000 points en réussissant à cumuler et poser des cartes similaires.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

  • Canasta: ensemble de cartes similaires (que des 8 par exemple), composée éventuellement avec des atouts.
  • Atout ou Passe-Partout ou Carte volante : Ce sont les "2" de toutes les couleurs et les jokers.
  • Brelan: 3 cartes similaires (avec ou sans atout ; c'est le minimum pour démarrer une canasta)
  • Canasta complète : 7 cartes similaires qui ne peuvent plus être complétées.
  • Canasta rouge, pure ou naturelle: Une canasta complète sans atouts
  • Canasta noire, impure ou sale: Une canasta complète avec des atouts

Principes[modifier | modifier le code]

Valeur des cartes

La canasta n'est pas un jeu de levées, l'ordre des cartes n'a donc pas d'importance. Les 2 et les jokers sont les atouts (ou passe-partout ou cartes volantes). Les cartes ont une valeur qui sert au moment de l'ouverture et pour le décompte des points à la fin de la manche.

Le joker vaut 50 points, le deux vaut 20 points, l'as vaut 20 points, du 8 au roi, 10 points, du 4 au 7, 5 points. Les 3 noirs font perdre 100 points. Les 3 rouges valent 100 points ou font perdre 100 points, c'est selon le fait que l'on ait ou pas démarré une canasta.

« Faire une canasta complète», c'est étaler sept cartes de même rang (sept rois, sept 10, etc.) avec ou sans atout. Une canasta peut être étalée d'un coup si le joueur possède les sept cartes dans son jeu ou être construite progressivement, en posant d'abord trois cartes du même rang (avec ou sans atout) au minimum et en rajoutant de nouvelles cartes aux tours suivants.

  • Une combinaison de sept cartes est une canasta complète.

Elle est dite pure (ou rouge, ou naturelle) si aucun atout la compose, impure (ou noire) si elle composée d'au moins 1 atout. Si on débute une canasta par des atouts, on doit la compléter uniquement avec des atouts. Une canasta complète ne peut être complétée. Pour le décompte on place les canasta complète en pile et on met au-dessus sa couleur (carte rouge ou carte noire)

  • Les jokers, les 2 et les 3 sont des cartes spéciales.
    • Les jokers et les 2 sont appelés les atouts. Un atout permet de remplacer n'importe quelle carte dans une combinaison. Par opposition aux atouts, les autres cartes sont appelées "cartes ordinaires". Une canasta doit débuter au moins par deux cartes ordinaires (i.e : on ne peut pas commencer une canasta par un roi et deux 2). Une combinaison ne doit pas contenir plus de 3 atouts.
      Une canasta est dite naturelle lorsqu'elle est composée uniquement de cartes ordinaires et impure lorsqu'elle contient des cartes atouts. Une canasta naturelle rapporte plus de points (500) qu'une canasta impure (300).
    • Les 3 noirs sont des cartes tactiques qui permettent de gêner l'adversaire.
    • Les 3 rouges sont des risques, ils apportent des bonifications si on sort de la manche en ayant posé au moins un brelan (3 cartes). Dans le cas contraire ils se déduisent du score.

On sort de la manche quand on dépose sa dernière carte dans la défausse. (On a le droit de le faire que si on a une canasta complète déjà sur table). Pour la première pose de canasta sur la table, on doit cumuler des points en fonction du score actuel de l'équipe: moins de 1500 points: 50 de 1500 à 3000: 90 de 3000 à 5000: 120 au delà de 5000: une canasta complète est nécessaire pour la première pose. Une fois que des cartes sont posées, chaque coéquipier peut compléter carte par carte les canasta existantes. Pour démarrer une nouvelle canasta, on reste dans l'obligation de déposer au minimum un brelan (3 cartes de même valeur, ou 2 de même valeur avec un atout)

On ne peut compléter que sur les cartes du partenaire. On ne peut jamais poser de cartes sur le jeu des opposants.

Une fois une personne sortie, on compte les points des cartes sur la table plus les points pour les canastas, enlevant les points des cartes dans la main.

Pour faciliter le décompte, on l'effectue en 2 temps:

Premier temps:

L'équipe qui sort a une prime de 100 points. Canasta noire (avec un ou plusieurs atouts) : 300 Canasta naturelle (aucun atout) : 500 Canasta atout (que des atouts): 1000 Canasta cachée (posé directement de la main) : 1000. Les 3 rouges comptent +100 pour l'équipe sortante et -100 pour celle qui est restée. Chaque carte restée en main déduit sa valeur du score.

Deuxième temps:

On compte les valeurs des cartes (même celles contenues dans les canasta). Si l'équipe restée n'a pas de canasta complète, toutes ses valeurs sont déduites du score, dans le cas contraire (possède au moins une canasta complète) ils sont additionnés au score.

Déroulement du jeu[modifier | modifier le code]

Une partie de canasta se déroule en plusieurs manches. L'équipe qui la première atteint 5 000 points gagne la partie.

Au début d'une manche, le donneur distribue les cartes trois par trois 3 fois (=9) et deux (=11); onze cartes à chaque joueur. Les cartes restantes constituent le talon. Le donneur retourne la première carte du talon, c'est le rebut (ou le paquet). Si cette carte est un passe-partout ou un 3 rouge, le donneur retourne une nouvelle carte du talon sur le rebut, jusqu'à faire apparaître une carte ordinaire ou un 3 noir.

On joue dans le sens des aiguilles d'une montre.

Une manche se termine lorsqu'un des joueurs se débarrasse de sa dernière carte. C'est la sortie.

Chaque tour, on tire une carte du talon, pose les cartes possibles, et puis on pose une carte de sa main sur le rebut (ou sur le paquet). Si possible, on a le choix d'utiliser la dernière carte posée du rebut (ou du paquet) et prendre toutes les autres cartes du rebut (ou du paquet) dans sa main plutôt que de tirer une carte du talon. Si on prend une carte du rebut (ou paquet), on est obligé de prendre toutes les autres cartes.

Pour poser les cartes, il faut mettre un ou plusieurs brelans, ou ajouter des cartes à des brelans ou des canastas existantes de sa propre équipe. Pour poser le ou les premiers brelans, il faut poser un minimum de points :

  • 15 points si le score actuel de l'équipe est négatif ;
  • 50 points si le score actuel de l'équipe est entre 0 et 1495 points ;
  • 90 points si le score actuel de l'équipe est entre 1500 et 2995 points ;
  • 120 points si le score actuel de l'équipe est entre 3000 et 4995 points ;
  • au delà de 5000 points une canasta complète est nécessaire pour descendre.

Pour prendre le rebut (ou prendre le paquet), il faut pouvoir ajouter la première carte du rebut sur un brelan ou un canasta existant, ou créer un nouveau brelan avec des cartes existantes dans la main plus la première carte. Si une première pose n'a pas été faite, on peut poser d'autres brelans de sa main pour arriver au nombre de points minimum pour le score actuel. On n'a pas le droit de prendre des cartes du rebut (ou paquet) pour créer ces brelans (sauf la première) et pour compter des points pour la première pose, il ne faut compter les points que des cartes qui viennent de la main, même avant de prendre la première carte du rebut (ou paquet).

Dès qu'on a un 3 rouge dans la main, pendant son tour actuel ou le tour suivant, il faut le poser avec les autres cartes. Il vaut 100 points par carte (ou 200 par carte si une équipe tient les quatre) ou -100 points (donc une pénalité) si l'équipe n'a pas posé de brelans. Les points des 3 rouges ne comptent pas pour ou contre la première pose, et ils peuvent être posé avant la première pose de brelans.

Le rebut peut être bloqué pour le joueur suivant avec un 3 noir. Le rebut peut être scellé par un passe-partout. On met le passe-partout de travers pour que la carte soit visible. Une fois scellé, on ne peut prendre le rebut qu'avec (au minimum) deux cartes dites naturelles du même chiffre que la carte au-dessus du rebut. On ne peut pas utiliser un passe-partout pour remplacer une de ces cartes, et les deux nouvelles cartes sont nécessaires même si on a un brelan ou un canasta déjà sorti.

Positionnement des cartes[modifier | modifier le code]

On pose toujours les canasta de façon à connaitre le nombre et les cartes qui la composent. Quand une canasta devient complète on forme une pile en mettant au-dessus une couleur indiquant la couleur de la canasta: rouge ou noire.

Boat Canasta[modifier | modifier le code]

Puisque la définition des règles du canasta diffèrent selon les joueurs, il est apparu un besoin important pour des règles unifiées. Ceci fut fait avec la création de Boat Canasta, qui est vraiment un mélange de plusieurs règles mais minutieusement optimisé. Actuellement cette version des règles du Canasta gagne en popularité principalement en Slovaquie mais aussi en France, Allemagne et Angleterre.

Variation à 6 joueurs[modifier | modifier le code]

Quand on joue à 6, il faut distribuer 13 cartes à chaque joueur. On utilise 3 jeux de cartes plus 6 jokers. Pour conclure le jeu il faut avoir fait au moins deux canastas. Concernant les 3 rouges : cinq 3 rouges équivalent à 1000 points, six 3 rouges à 1200 points. On peut faire 2 équipes de 3 joueurs ou 3 équipes de 2 joueurs. La disposition pour cette dernière variante est la suivante : - 3 couples (AD, BE, CF) - disposition autour d'une table carrée : A C E à une extrémité de la table, F D B à l'autre extrémité, le joueur A ayant devant lui le joueur F. Ceci permet à chaque joueur d'avoir deux adversaires à ses côtés.

En principe, on ne parle pas dans le jeu de canasta. On ne peut que poser la question « puis-je conclure le jeu ? » à son partenaire avant de descendre son propre jeu. La réponse est bimodale : soit « oui » soit « non ».

Citation[modifier | modifier le code]

Je me souviens avoir gagné un tournoi de Canasta., Georges Perec, Je me souviens, 437.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Rebour, La Canasta et la Samba, Éditions Bornemann, Paris, 1974