Can't Help Falling in Love

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Can’t Help Falling in Love est une chanson sentimentale popularisée par Elvis Presley en 1961. Inspirée de la chanson française Plaisir d'amour, elle a été écrite par George Weiss, Hugo Peretti et Luigi Creatore.

Version originale[modifier | modifier le code]

Elvis Presley enregistra Can’t Help Falling in Love le 23 mars 1961, au studio Radio Recorders, à Hollywood, pour le film Blue Hawaii (Sous le ciel bleu d'Hawaii)[1]. La chanson (prise #29) est d’abord parue sur la bande sonore du film le 1er octobre de la même année, puis en single, le 22 novembre (RCA 47-7968) avec, sur la face B, la chanson Rock-A-Hula Baby. Can’t Help Falling In Love a atteint la 2e position du Billboard Hot 100 aux États-Unis, et la première position en Grande-Bretagne[2]. Un disque d'or lui a été attribué pour le single, le 30 mars 1962 par la RIAA. La version du film, dite movie version, est la 23e prise[3].

Can’t Help Falling In Love a été reprise par le chanteur pour l’émission NBC-TV Special. Cette version a paru sur l’album du même nom le 22 novembre 1968. À partir de 1969, et pour le reste de sa carrière, le chanteur a inclus cette chanson dans son répertoire pour la scène et, la plupart du temps, il concluait ses concerts avec celle-ci.

Reprises[modifier | modifier le code]

Plusieurs dizaines d’artistes, de styles musicaux aussi différents que Julio Iglesias, Bruce Springsteen (en concert), Klaus Nomi ou Pearl Jam (également en concert), reprendront la chanson, et ce, dès 1962[4]. En voici quelques exemples : Perry Como enregistre une version qui paraîtra sur son album By Request (RCA Victor, LSP-2567) en septembre 1962. Al Martino aura un succès modéré avec la chanson en 1970 (Capitol 2746), atteignant la 51e place du Hot 100 du Billboard, la 5e position au Adult Contemporary du Billboard et la 57e place au Cash Box, sur la liste des meilleures ventes. Le 3 juin de la même année, Bob Dylan enregistre sa version au studio 'E' de Columbia, à New York. Elle n’apparaîtra cependant que trois ans plus tard, sur la compilation intitulée Dylan. L’artiste canadien Corey Hart atteindra la 24e position du Billboard avec la chanson (EMI America 8368) en 1987[5], après son inclusion dans l’album Fields of Fire, l’année précédente. En 1993, le groupe UB40 sort l’album Promises And Lies sur lequel on retrouve sa version de la chanson. Celle-ci atteindra la première place du Billboard américain ainsi que du palmarès britannique la même année, lorsqu’elle paraîtra en single (DEP 40). Le groupe U2 interpréta cette chanson lors de sa tournée Zoo TV en clôture de concert comme à Sydney. Elle sera utilisée dans le film Sliver, toujours en 1993. La diva canadienne Céline Dion interpréta souvent cette chanson lors de concerts ou lors d'émissions. Fait étonnant, son interprétation est considérée comme l'une de ses meilleures performances vocales en public. Elle a repris la chanson entre autres lors de représentations de "A new day" à Las Vegas, et lors du VH1 Diva's live 2002. Sa version la plus célèbre est celle enregistrée pour le VHS The Colour of My Love Concert, en 1993. Sa version est l'une des plus regardées sur Youtube. Le groupe Pearl Jam interprète la chanson en concert à deux reprises en 2000 (le 15 août à Memphis, Tennessee et le 22 octobre, à Las Vegas), qui paraîtront en 2001 sur deux album live sous l’étiquette Sony. En 2002, une version de Can’t Help Falling In Love par le groupe suédois A*Teens se retrouve dans le film Lilo et Stitch, ainsi que sur la bande sonore. La même année, le groupe Sigue Sigue Sputnik fait paraître sa version de la chanson sur l’album Black Elvis vs. The Kings of Electronic Rock. Michael Bublé fait paraître sa version en 2004, sur l’album Come Fly with Me. Le 31 janvier 2006 voit la sortie d’un album d’Andrea Bocelli, sur lequel figure Can’t Help Falling In Love, enregistrée en concert au Lake Las Vegas Resort[6].

Autres artistes ayant interprété Can’t Help Falling In Love (une sélection) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Paul Simpson, auteur de The Rough Guide to Elvis, la chanson aurait été sauvée in extremis par le chanteur, l’ayant découverte dans une pile de disques de démonstration destinés à être rejetés.
  2. Le numéro 1 a été accordé à Can’t Help Falling In Love et Rock-A-Hula Baby.
  3. Cette version a paru la première fois sur la réédition du disque compact Blue Hawaii en 1997.
  4. Quelques fois sous le titre Can’t Help Falling in Love with You ou sous (I Can’t Help) Falling in Love with You.
  5. The Billboard Book of Top 40 Hits par Joel Whitburn, Billboard Books, 1989, (ISBN 0-85112-389-9)
  6. Une nouvelle version, enregistrée en studio avec Katherine McPhee, paraîtra le 7 novembre 2006, sur l’album CD/DVD Under the Desert Sky.
  • All About Elvis par Fred L. Worth & Steve D. Tamerius, Bantam Books, 1981, 448 p. (ISBN 0553141295)
  • Elvis Presley: A Life in Music : The Complete Recording Sessions par Ernst Jorgensen, St Martins Pr, 1998 (1re édition), 454 p. (ISBN 0312185723)
  • Elvis Sessions III. The Recorded Music of Elvis Aron Presley 1953-1977 par Joseph A. Tunzi, J.A.T. Publishing, 2004, 656 p. (ISBN 1888464100)
  • The Rough Guide to Elvis par Paul Simpson, Rough Guides, 2005 (2e édition), 474 p. (ISBN 1843534177)