Campanule raiponce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raiponce.

La Campanule raiponce (Campanula rapunculus) encore appelée Raiponce cultivée est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Campanulacées.

Noms communs[modifier | modifier le code]

La "Campanule raiponce" est aussi appelée en France bâton de Saint Jacques, Rave sauvage et Rampouchou dans le Sud-Est (mais ce mot, reponchon en occitan, désigne le Tamier commun en Aveyron), en Angleterre Rampion et Rampion Bellflower.

Campanule raiponce.
Inflorescences.

Description[modifier | modifier le code]

Plante bisannuelle de 40 à 80 cm de hauteur.

C'est une plante dressée, velue, non ramifiée, aux feuilles inférieures pétiolées, ovales, légèrement dentées, aux feuilles supérieures sessiles, étroites et lancéolées. L'inflorescence est une grappe lâche généralement non ramifiée, de fleurs bleu-pâle en cloches.

Le fruit est une capsule dressée.

Aire de répartition et écologie[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Elle se trouve en Asie occidentale, en Afrique septentrionale et en Europe.

Elle occupe la France métropolitaine ; elle n'a pas été signalée dans 5 départements[1]. L'INPN ne la retrouve pas dans 23 départements, surtout du sud de la France[2].

Biotope[modifier | modifier le code]

Campanula rapunculus se développe dans les bois, les prés et les lieux secs.

Usages[modifier | modifier le code]

Cette plante était cultivée comme légume autrefois pour ses racines charnues et ses jeunes pousses. Dès le XVIe siècle elle est "améliorée" par rapport à sa souche "sauvage". En 1946 elle était encore au catalogue Vilmorin-Andrieux. Les feuilles étaient utilisées en salade et les racines étaient soit râpées crues en salade, soit cuites à l'eau [3],[4]

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tela Botanica
  2. INPN
  3. François Couplan, Le régal végétal. Plantes sauvages comestibles, Paris, Sang de la terre,‎ 2009, p. 2009
  4. Marianne Loison, Légumes anciens, saveurs nouvelles, Éditions France agricole,‎ 2006, p. 57

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :