Campagne des Indes orientales néerlandaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Campagne des Indes orientales néerlandaises
Pacific War - Dutch East Indies 1941-42 - Map.jpg
Informations générales
Date 16 décembre 1941 - 10 février 1943
Lieu Indes orientales néerlandaises, Timor oriental
Issue Victoire japonaise
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de l'Australie Australie
British Raj Red Ensign.svg Indes britanniques
Drapeau du Canada Canada
Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni Archibald Wavell
Drapeau du Royaume-Uni Henry Royds Pownall
Drapeau du Royaume-Uni Richard E.C. Peirse
Drapeau des États-Unis Thomas C. Hart
Drapeau des Pays-Bas Hein ter Poorten
Drapeau : Japon Hisaichi Terauchi
Drapeau : Japon Kiyotake Kawaguchi
Drapeau : Japon Hitoshi Imamura
Seconde Guerre mondiale - Guerre dans le Pacifique
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Malaisie ·Ceylan · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu  · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima  · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki · Capitulation du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

La campagne des Indes orientales néerlandaises (1941-1943) regroupe la défense des territoires des Indes orientales néerlandaises (la future Indonésie) par les forces alliées, contre son invasion par l'Empire du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale. Les riches ressources pétrolières de l'Indonésie étaient un objectif majeur japonais pendant la guerre. Les Japonais prirent progressivement le contrôle du territoire, jusqu'à en expulser les forces alliées en février 1943. La campagne déboucha sur trois ans et demi d'occupation japonaise, qui contribuèrent à la fin de la domination coloniale néerlandaise dans la région.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Japon souhaitait faire main basse sur les importantes ressources naturelles de la colonie néerlandaise, qui était le quatrième exportateur de pétrole au monde, et comptait également de nombreuses plantations de caoutchouc. Le pétrole était un objectif vital pour le Japon, qui n'en comptait pas parmi ses ressources naturelles, et ne pouvait produire lui-même ses besoins en carburant, même avec le soutien du Mandchoukouo. L'embargo imposé en juillet 1941 par le président des États-Unis Franklin D. Roosevelt avait particulièrement handicapé le Japon, en le privant de la possibilité d'acheter du pétrole.

L'administration coloniale des Pays-Bas était alors coupée de sa métropole, occupée par l'Allemagne nazie depuis l'invasion de mai 1940 et l'armée royale des Indes néerlandaises n'avait pas de matériel suffisant pour espérer stopper seule une invasion.

Attaque japonaise[modifier | modifier le code]

Le général Hisaichi Terauchi commandant du groupe sud du corps expéditionnaire japonais, commença sa campagne par des attaques sur Bornéo : le 17 décembre 1941, les forces japonaises occupèrent Miri, un champ pétrolifère dans le nord de Sarawak.

L'armée néerlandaise-indonésienne détruit les installations navales à Surabaya, avant l'arrivée des japonais.

Le 15 janvier 1942, les forces armées néerlandaise, australienne, britannique et américaine s'unirent en Asie du Sud-Est sous la bannière du commandement américano-britannico-néerlando-australien (American-British-Dutch-Australian Command ou ABDACOM) sous les ordres du maréchal britannique Archibald Wavell. Les forces alliées dans la région avaient néanmoins des objectifs différents : alors que les Britanniques concentraient l'essentiel de leurs efforts sur la défense de la Malaisie et de Singapour, les Néerlandais étaient avant tout préoccupés par Java et Sumatra, avec pour résultat une coordination difficile. Un petit contingent canadien était également présent, fournissant principalement une assistance technique à la Royal Air Force[1].

Les Japonais, bénéficiant de forces armées supérieures en nombre, progressèrent au cours des semaines suivantes, repoussant les forces alliées. L'ABDACOM fut dissoute le 25 février. Les opérations alliées en Indonésie (à l'exception de Sumatra) ont été contrôlées par la suite par le commandement du Pacifique Sud-Ouest, sous les ordres du général Douglas MacArthur.

Bataille de Bornéo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Bornéo (1941-1942).

Le 13 décembre, des troupes japonaises partirent de leurs bases en Indochine française. Arrivées deux jours plus tard, elles investirent la partie britannique de Bornéo. Après avoir pris le contrôle des puits de pétrole, les Japonais affrontèrent Britanniques et Néerlandais, s'assurant la maîtrise de Bornéo le 1er avril 1942.

Bataille de Timor[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Timor.

Le 10 janvier 1942, les forces alliées investirent le Timor oriental (alors colonie du Portugal), le gouvernement d'Antonio Salazar, neutre dans le conflit mondial, ayant refusé de leur laisser le passage. Dans la nuit du 19 au 20 février, les Japonais débarquèrent à leur tour au Timor oriental, attaquant également la partie néerlandaise du Timor.

Bataille de Java[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Java.

Le 27 février, la Marine impériale japonaise battit les forces combinées de la Marine royale néerlandaise, de l'United States Navy, de la Royal Navy et de la Royal Australian Navy. Le 28 février, les Japonais débarquèrent à Java, s'assurant la maîtrise de l'île le 12 mars.

Victoire japonaise[modifier | modifier le code]

Les combats à Timor durèrent jusqu'en février 1943, et se terminèrent par la victoire des troupes japonaises, mettant un terme à la campagne.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les Indes orientales néerlandaises furent occupées par le Japon jusqu'en 1945. Les Japonais tentèrent de gagner à leur cause les nationalistes locaux en leur promettant l'indépendance.

Le 21 avril 1944, les Alliés déclenchèrent l'opération Reckless and Persecution, en débarquant en Nouvelle-Guinée occidentale, la manœuvre se confondant avec la campagne de Nouvelle-Guinée.

Le 17 août 1945, deux jours après l'annonce de la capitulation japonaise, Soekarno proclama l'indépendance de la République d’Indonésie, prélude à la révolution nationale indonésienne et à l'indépendance du pays en 1949.

Bataille durant la campagne[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Autres lectures[modifier | modifier le code]

  • "La ML-KNIL 1940-1942: 1ère partie: l'organisation", par Michel Ledet et Max Schep, revue Avions no.4, juin 1993.
  • "La ML-KNIL 1940-1942: 2ème partie: les camouflages et marques", par Michel Ledet et Max Schep, revue Avions no.5, juillet 1993.
  • "La ruée japonaise: La conquête des Indes néerlandaises; 1e partie: Les Japonais s'emparent de Bornéo, des Célèbes et de Sumatra", par Michel Ledet, revue Batailles Aériennes no.42, 2007.
  • "La ruée japonaise: La conquête des Indes néerlandaises; 2e partie: Les Japonais à l'assaut de Java" par Michel Ledet, revue Batailles Aériennes no.43, 2008.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • La route du paradis (version française de : Paradise Road), par Bruce Beresford, etc., Century Fox, 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]