Campagne de Diyala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Campagne de Diyala
Soldats irakiens et américains à Bakouba en juin 2007.
Soldats irakiens et américains à Bakouba en juin 2007.
Informations générales
Date 25 décembre 2006 - 1er octobre 2007
Lieu province de Diyala, Irak
Issue Victoire stratégique américano-irakienne
Belligérants
Flag of the United States.svg États-Unis
Flag of Iraq.svg Irak
Flag of Kurdistan.svg Peshmerga
Flag of the Islamic State.svg État islamique d'Irak
Commandants
Flag of the United States.svg Maj.Gen Benjamin R.Mixon
Flag of Iraq.svg Maj.Gen. Ahmed al-Kozaee
Flag of Iraq.svg Brig.Gen. Abdul Karim al-Obaidi †
Flag of the Islamic State.svg Abou Hamza Al-Mouhajer
Forces en présence
Flag of the United States.svg 4 200 hommes
Flag of Iraq.svg 10 000 hommes
Flag of Kurdistan.svg 2 000 hommes
2 000 hommes[1]
Pertes
Flag of the United States.svg 106 tués
Flag of Iraq.svg 300 tués
Flag of Kurdistan.svg 22 tués
1 070 tués
500 capturés
Guerre d'Irak
Batailles
Invasion de l'Irak (2003)

Opération Southern Focus · Umm Qasr · Al Faw · Bassorah · Nassiriya · Nadjaf · Opération Northern Delay · Opération Viking Hammer · Samawa · Kerbala · Bagdad

Coalition militaire en Irak (2003-2011)
(Guérilla irakienne et Attentats de la guerre d'Irak)

Vol DHL à Bagdad · Sadr City · Opération Cajun Mousetrap II · Nadjaf · 1re Falloujah · 2e Falloujah · 1re Al-Qaim · 1er Tall Afar · Opération Steel Curtain · Massacre de Haditha · Fusillade d'Ishaqui · Ramadi · Offensive du Ramadan · Campagne de Diyala · Siège des bases britanniques à Bassorah · Raid aérien du 12 juillet 2007 à Bagdad · Attentat de Qahtaniya · Opération Black Eagle · Opération Restore Peace III · Bassorah · Opération Bashaer al-Kheir · Opération New Dawn

Guerre civile irakienne (2011-2014)

Opération al-Shabah · Al-Anbar · Youssoufiya · Mahallabiyah · Samarra · Mossoul · Massacre de Tikrit · Baïji · 2e Tall Afar · 2e Al-Qaim · Massacre de Hilla · Tikrit · Jourf al-Sakhr

Intervention militaire contre l'État islamique (2014-en cours)

Zoumar · Sinjar · Massacres de Sinjar · Barrage de Mossoul · Saklaouiya

La campagne de Diyala était une série d'opérations de la Coalition contre les insurgés en Irak menées du 25 décembre 2006 au 1er octobre 2007 afin de contrôler la province de Diyala.

Historique de la campagne[modifier | modifier le code]

Localisation de la province de Diyala.
Soldats américains se mettant à couvert derrière un Stryker durant un échange de tirs (26 mars 2007).

La ville de Bakouba, capitale de la province, fut notamment le théâtre d'importants combats, entre le 10 mars et 19 août 2007, lors de l'opération Arrowhead Ripper, considérée en effet comme un important centre de coordination des insurgés. 2 500 combattants y étaient ainsi retranchés et l'offensive américano-irakienne mobilisa au total pas moins de 7 000 soldats.

Le 29 mars, un attentat-suicide est commis par trois kamikazes contre le village à majorité chiite de Khalis, faisant 53 tués et 103 blessés.

Le 24 septembre, un kamikaze d'Al Qaïda en Irak se fait exploser lors d'un meeting de hauts-responsables irakiens à Bakouba, alors déclarée sécurisée. Le chef de la police Ali al-Deylan et le brigadier Abdul Karim al-Obaidi sont tués ainsi que Ahmed al-Tamimi, administrateur des affaires chiites de Diyala. Le gouverneur de la province fut également blessé.

Au début du mois d'octobre, la plupart des combats avaient pris fin et les forces américaines et irakiennes étaient parvenues à chasser les insurgés hors de la province. Ces derniers étaient en pleine retraite vers le nord et l'ouest, vers les villes de Kirkouk, Mossoul, Baiji et Samarra. Le succès de la prise de Diyala permit ainsi de sécuriser le flanc nord-ouest de la capitale, Bagdad.

Bilan et conséquences[modifier | modifier le code]

Plus de 1 070 insurgés furent tués dans les combats et 500 autres capturés tandis que les pertes de la Coalition s'élevaient à 106 tués (soldats Américains), 300 tués (soldats Irakiens) et 22 tués (combattants kurdes Peshmerga)[2].

En janvier 2008, l'opération Phantom Strike, impliquant des forces américaines, irakiennes, géorgiennes et britanniques, est lancée afin d'éliminer les restes de l'insurrection à Diyala et dans la province environnante de Salah ad-Din. Six mois plus tard, l'opération Bashaer al-Kheir sera déclenchée afin d'assurer le contrôle de la province, mobilisant 50 000 militaires et policiers irakiens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Attacks Surge as Iraq Militants Overshadow City, The New York Times, 16 avril 2007
  2. (en) The Progress of the Peshmerga Forces and their role in post-2003 Iraq, 24 juin 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]