Camp romain de Strutt's Park

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camp romain de Strutt's Park
Localisation
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Province romaine Bretagne (Britannia)
Région Midlands de l'Est
Comté Derbyshire
Emplacement High Peak
Type camp fortifié romain
Coordonnées 52° 55′ 53″ N 1° 28′ 50″ O / 52.931389, -1.48055652° 55′ 53″ Nord 1° 28′ 50″ Ouest / 52.931389, -1.480556  

Géolocalisation sur la carte : Derbyshire

(Voir situation sur carte : Derbyshire)
Camp romain de Strutt's Park
Camp romain de Strutt's Park
Fondation vers 50
Abandon vers 80

Le camp romain de Strutt's Park est un camp établi à l'époque de la province romaine de Bretagne sur l'emplacement de l'actuel Strutt's Park, une banlieue de Derby, dans le comté anglais du Derbyshire. Il fut construit vers l'an 50 et remplacé, probablement entre 75 et 80, par un nouveau camp situé à Little Chester, sur la rive opposée de la Derwent.

Site[modifier | modifier le code]

Le camp fortifié était situé sous les actuelles routes de Duffield et de Belper. La première publication mentionnant son existence remonte à 1967[1]. Des fouilles menées en 1995 ont révélé des terrasses, des fondations de pierre et des pavements de galet[2]. Les poteries découvertes lors des fouilles sont détenues en partie par le Trent & Peak Archaeological Trust, en partie par le Derby Museum and Art Gallery[3],[4].

Sa fonction était probablement de protéger un point de passage important. À environ un kilomètre au sud, la voie romaine nord-sud aujourd'hui connue sous le nom de Ryknild Street franchissait la Derwent. Une deuxième voie, appelée The Long Lane, menait vers l'ouest en direction de Wroxeter. Une troisième, surnommée The Street, conduisait à Buxton et Manchester en traversant le Peak District[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les campagnes d'Ostorius Scapula.

Si les grandes lignes de la conquête romaine de la Bretagne insulaire nous sont connues par les sources historiques, l'histoire détaillée d'un camp fortifié dépend des données que peuvent fournir les fouilles archéologiques. À l'arrivée des Romains, cette partie de l'île était occupée par la tribu des Cornovii. En 46-47, l'armée romaine, sous la direction du gouverneur Aulius Plautius avait probablement déjà occupé toutes les terres au sud de la Trent. Vers la fin de 47, le nouveau gouverneur de la Bretagne, Publius Ostorius Scapula, avait lancé une campagne contre les tribus des montagnes de l'Ouest (le Pays de Galles actuel). Caracatus, leur chef, défait à la bataille de Caer Caradoc, en l'an 50, trouva refuge chez les Brigantes, dans les Pennines. Leur reine, Cartimandua, négocia avec les Romains et leur livra le fugitif. Ostorius mourut et fut remplacé par Aulus Gallus, qui prit le contrôle des confins gallois mais ne progressa pas plus avant, ni au nord ni à l'ouest. C'est à cette époque que fut construit le camp de Strutt's Park. C'était l'un de ceux qui jalonnaient la voie d'approvisionnement nouvellement établie de Wroxeter à Rossington. Il était probablement situé un peu au sud de la frontière entre le territoire romain et celui du royaume allié des Brigantes.

La campagne de conquête des montagnes galloises se poursuivit sous le gouverneur Quintus Veranius et son successeur Gaius Suetonius Paulinus. Autour de l'an 74, la reine Cartimandua demanda l'aide des Romains pour lutter contre une rébellion, ce qui indique une possible résistance dans les Pennines et les territoires au nord de Strutt's Park. Puis, en 78, Gnaeus Julius Agricola, resté fameux grâce à la biographie très flatteuse qu'a dressée de lui son gendre Tacite, fut nommé gouverneur. Il renforça les fortifications, améliora l'infrastructure routière et mena plusieurs campagnes qui sont, quant à elles, bien documentées : il reprit d'abord les Galles du Nord avant d'envahir, en 79, le territoire des Brigantes et celui des Parisii, dans l'est du Yorkshire d'aujourd'hui et de conquérir ainsi toute l'Angleterre du Nord actuelle, jusqu'à la frontière écossaise. Strutt's Park, s'il était bien situé pour protéger au nord le passage de la rivière contre des Brigantes encore autonomes, n'était peut-être plus à présent au bon emplacement. Quoi qu'il en soit il fut remplacé, à cette époque, par un nouveau camp construit à Little Chester, directement sur le tracé de Ryknild Street.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Andrew Myers, « An Archaeological Resource Assessment of Roman Derbyshire », University of Leicester Archaeological Services (consulté le 6 juin 2011). Fait référence (p. 2) à « Forrest (1967) ».
  2. (en) Patrick Clay et Sam George, « An Archaeological Desk-Based Assessment for Proposed Development at the former Union Iron Foundry, City Road, Derby (SK 353 372) », University of Leicester Archaeological Services,‎ 2008 (consulté le 6 juin 2011).
  3. (en) Dool et Wheeler (1986).
  4. (en) « Roman Pottery Bibliography - Derbyshire », Study Group for Roman Pottery (consulté le 6 juin 2011).
  5. (en) Brassington (1981), p. 88-92.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Strutt's Park Roman fort » (voir la liste des auteurs).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. Brassington, « The Roman roads of Derby », Derbyshire Archaeological Journal, vol. 101 (1981), p. 88-92
  • (en) Barry C. Burnham, John Wacher, The Small Towns of Roman Britain, Londres, Batsford, 1990
  • (en) J. Dool, H. Wheeler et coll., « Roman Derby - Excavations 1968-1983 », Derbyshire Archaeological Journal, vol. 105 (1985), 1986
  • (en) J. Dool, « Excavations at Strutts Park, Derby, 1974 » in « Roman Derby - Excavations 1968-1983 », Derbyshire Archaeological Journal vol. 105 (1985), 1986
  • (en) A. L. F. Rivet et Colin Smith, The Place-Names of Roman Britain, Londres, Batsford, 1979, p. 334
  • (en) H. Wheeler, « Conclusion: The development of Roman Derby » in « Roman Derby - Excavations 1968-1983 », Derbyshire Archaeological Journal, vol. 105 (1985), 1986