Camp de Tarrafal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarrafal.
Tarrafal
Tarrafal concentration camp (9).jpg
Entrée de l'ancien pénitencier
Présentation
Gestion
Date de création 1945
Date de fermeture 1974
Victimes
Géographie
Pays Drapeau du Cap-Vert Cap-Vert
Région Santiago
Coordonnées 15° 15′ 52″ N 23° 44′ 39″ O / 15.264355, -23.74407315° 15′ 52″ Nord 23° 44′ 39″ Ouest / 15.264355, -23.744073  

Géolocalisation sur la carte : Cap-Vert (administrative)

(Voir situation sur carte : Cap-Vert (administrative))
Tarrafal

Le camp de concentration de Tarrafal – ou pénitencier de Chão Bom –, situé au nord de l'île Santiago, la plus grande île du Cap-Vert, fut ouvert sous le régime salazariste, en 1936, juste après le début de la guerre d'Espagne, pour emprisonner les marins mutinés à bord d’un navire de guerre dans le Tage.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 8 mai 1945, à Lisbonne, des milliers de Portugais descendent dans les rues pour fêter la victoire des Alliés, et réclamer la fermeture de Tarrafal, sans succès. Les prisonniers politiques les plus dangereux pour le régime y étaient enfermés, jusqu’à sa fermeture en 1954.

Le camp a été rouvert dans les années 1960 pour recevoir les prisonniers indépendantistes africains de l'Angola et du Mozambique, jusqu'en 1974 quand il fut définitivement fermé après la Révolution des œillets.

En 2004 un dossier de candidature a été déposé auprès de l'UNESCO en vue de l'inscription du camp de concentration de Tarrafal sur la liste du Patrimoine mondial.

Anciens prisonniers[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard A. Lobban Jr et Paul Khalil Saucier, « Tarrafal », Historical dictionary of the Republic of Cape Verde, Scarecrow Press, Lanham, Maryland ; Toronto ; Plymouth, 2007, p. 222 (ISBN 978-0-8108-4906-8)
  • (fr) Sabrina Requedaz et Laurent Delucchi, « La colonie pénale de Tarrafal », in Cap-Vert, Éditions Olizane, Genève, 2011 (6e éd.), p. 136 (ISBN 978-2-88086-394-4)
  • (pt) Maria João Raminhos Duarte, Presos políticos algarvios em Angra do Heroísmo e no Tarrafal, Colibri, Lisbonne ; Câmara municipal de Portimão, 2009, 113 p. (ISBN 978-972-772-891-6)
  • (pt) Cândido de Oliveira, Tarrafal : o pântano da morte, República, Lisbonne, 1974, 151 p. (ouvrage publié à titre posthume et à l'occasion de la fermeture définitive du camp de Tarrafal)
  • (pt) José Manuel Soares Tavares, O campo de concentração do Tarrafal (1936-1954) : a origem e o quotidiano, Edições Colibri, Lisbonne, 2007, 262 p. (ISBN 978-972-772-693-6) (texte remanié d'un mémoire de Master d'Histoire culturelle et politique, Université de Lisbonne, 2006)
  • (pt) Mário Soares, Maria da Luz Rosinha, David Santos (et al.), Tarrafal : memória do campo de concentração (exposition organisée par la Câmara municipal de Vila Franca de Xira et le Museu do Neo-Realismo), Fundação Mário Soares, Lisbonne ; Museu do Neo-Realismo, Vila Franca de Xira, 2010, 153 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :