Camouflet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

Camouflet est un terme du génie militaire désignant une charge d'explosif destinée à détruire une galerie ennemie, ou à neutraliser la mine préparée par les sapeurs ennemis.

Ce terme est inspiré d'un vieux mot signifiant au XVIIe siècle « de la fumée soufflée sous le nez », une vexation humiliante, un affront, synonyme de claque ou de gifle, passé à ce titre dans le langage courant.

Technique militaire[modifier | modifier le code]

La charge est mesurée et prévue pour ne pas déboucher en surface ou détruire les ouvrages amis.

Pendant la Première Guerre mondiale, la plupart des camouflets se posaient grâce à des sondes avancées par des perforatrices. Certains étaient creusés d'avance et « jouaient » lorsque les travaux ennemis étaient censés s'en approcher. D'autres étaient destinés au déclenchement prématuré des charges ennemies ou pour répandre des gaz toxiques dans leurs galeries.

Distinction entre les divers types de mines[modifier | modifier le code]

Les camouflets appartiennent à la famille des mines, utilisées pour les travaux de sape ; il en existe trois sortes, en fonction de la puissance croissante de leurs effets[1] :

  • le camouflet, petit fourneau de mine destiné seulement à détruire une galerie souterraine adverse et ne produisant pas d’entonnoir. Pour cela, il suffit de réaliser un simple forage à l'aide d'une barre à mine, et de garnir alors le fond de poudre[2].
  • la mine ordinaire, une charge de poudre utilisée dans le cadre d'un travail de sape.
  • et le « globe de compression », synonyme de fourneau surchargé[3].

Le camouflet fait donc appel à une très faible charge de poudre (fourneau « sous chargé »), ne produisant pas d'entonnoir, et souvent utilisé pour neutraliser la mine de l'ennemi. Pour cela, dès que le bruit révèle que l'ennemi est en train de poser une mine, on aura recours à un camouflet, que l'on met en place du côté du mineur ennemi, et que l'on fait exploser lorsque l'on juge ne plus être séparé de la mine ennemie que de 2 à 4 mètres, de façon à retourner sa mine contre lui[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revue militaire suisse, Volume 15, 1870, p. 148
  2. Définition et usage sur crdp.ac-amiens.fr (consulté le 29 août 2009)
  3. Définition dans Mediadico sur mediadico.com (consulté le 29 août 2009)
  4. Usage des camouflets pendant la Grande Guerre sur argonne19141918.chez.com (consulté le 29 août 2009)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]