Camisole de force

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camisole de force (homonymie).
Une camisole de force vue de face
Une camisole de force vue de dos

Une camisole de force est une veste en toile très forte destinée à empêcher une personne de se servir de ses bras. Ceux-ci sont passés dans des manches fermées qui sont croisées par-devant et attachées dans le dos. Une lanière (pas toujours présente) immobilise encore plus les bras par le devant. Une autre lanière à l'entrejambe empêche la camisole d'être simplement glissée par le haut.

Des modèles plus obsolètes n'ont pas de manches, les bras étant directement sous le tissu. Elles sont jugées peu confortables.

Psychiatrie[modifier | modifier le code]

La camisole de force était un instrument de contention dans les asiles psychiatriques, très utilisé avant l'invention des neuroleptiques. Par extension, elle a aussi été utilisée dans les prisons, voire les camps de prisonniers politiques ou des orphelinats.

La camisole de force aurait été inventée, non pas comme on le lit parfois par Guilleret, tapissier de l'hôpital de Bicêtre, mais vers 1772 par un médecin nommé David MacBride (1726-1778)[1]. Aujourd'hui, la camisole de force a le plus souvent été remplacée par l'usage des neuroleptiques dans les hôpitaux publics aussi appelés camisoles chimiques. Ces moyens de contention ne sont pas en eux-mêmes des traitements de la maladie mais ils peuvent, quand rien d'autre n'est possible, permettre un accès à la parole et au dialogue.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans les histoires de fiction (comme au cinéma), l'usage de camisoles de force est souvent exagéré : toute personne accusée de folie est souvent passée à la camisole, alors que cet usage est réservé aux patients les plus dangereux.
  • On emploie parfois l'expression « camisole de force » en tant que métaphore de quelque chose qui restreint excessivement.
  • Certains tours de prestidigitation consistent à s'évader d'une camisole de force. C'en est l'objet d'un concours annuel.
  • Dero, chanteur du groupe de Tanzmetal allemand Oomph porte une camisole de force blanche dans ses concerts.
  • Le film The Jacket tourne autour d'un homme enserré dans une camisole de force.
  • Tintin dans la BD Les Cigares du pharaon porte à un moment une camisole de force.
  • Renee Phoenix, chanteuse du groupe Fit for Rivals, porte une camisole de force pour le vidéo clip Damage.
  • Dans le clip de la chanson Cool de Christophe Willem, le chanteur est à un moment vêtu d'une camisole de force.
  • Dans le clip de la chanson Stupify de Disturbed, David Draiman, le chanteur, porte une camisole de force vers la moitié de la vidéo.
  • Dans le clip de la chanson Asylum de Disturbed, durant la vidéo le personnage porte une camisole de force.
  • Dans le film l'Emmerdeur d'Édouard Molinaro, Lino Ventura est enfermé dans une pièce matelassée, bâillonné et affublé d'une camisole de force par Jean-Pierre Darras
  • Dans le film Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, la fouine Psycho, de la Patrouille Toon, porte une camisole de force, mais ses bras ne sont pas attachés.
  • Dans le drama Mr. Brain (en), Takegami Teijiro porte un camisole de force.
  • Pour la chanson "Ballad Of Dwight Fry" d'Alice Cooper ,le chanteur (Alice Cooper) porte une camisole de force.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [ A Methodical Introduction to the Theory and Practice of Physic David Macbride p.591 éditeurs W. Strahan, T. Cadell, 1772 - 660 pages http://books.google.fr/books?id=sVo_AAAAcAAJ&hl=fr&pg=PA591#v=onepage&q=contrivance%20called&f=false

Articles connexes[modifier | modifier le code]