Camillo Boito

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boito.

Camillo Boito

Description de cette image, également commentée ci-après

Camillo Boito

Activités Écrivain, architecte
Naissance
Rome, Italie
Décès (à 77 ans)
Milan, Italie
Langue d'écriture italien

Camillo Boito, né le à Rome, mort le à Milan, est un écrivain et architecte italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère d'Arrigo Boito, il est l'auteur de la nouvelle Senso, qui fait partie du recueil Nouvelles histoires vaines, adaptée au cinéma par Luchino Visconti, et de la nouvelle Un corps, adaptée en opéra par Kharálampos Goyós.

Après avoir étudié en Italie, en Allemagne et en Pologne, il enseigne et pratique l'architecture et la restauration à Milan.

Il joue également un rôle important dans le débat sur la restauration du patrimoine. Dans son essai Conserver ou Restaurer : les dilemmes du patrimoine[1], il met en scène deux personnages, représentants symboliques des positions d'Eugène Viollet-le-Duc et de John Ruskin, qu'il fait dialoguer jusqu'à proposer une synthèse et une sorte de réconciliation entre ces points de vue. Il laisse ainsi une grande place au doute du praticien, insiste sur l'humilité nécessaire du restaurateur, mais aussi sur l'utilité de certaines interventions. Son œuvre influencera, en 1931, les rédacteurs de la Charte d'Athènes.

On a retenu l'anecdote de Boito ayant un jour demandé une échelle pour vérifier si une restauration qui lui paraissait authentique l'était vraiment, et s'apercevant qu'il avait été trompé. D'où son exigence que « les restitutions, si elles sont indispensables, et les adjonctions, si elles ne peuvent être évitées, apparaissent non comme des oeuvres anciennes, mais comme des oeuvres d'aujourd'hui. »[2]. Les interventions du restaurateurs doivent donc être réalisées dans un style ou un matériau différents, porter un signe, une date, et être dépourvues d'ornements. Mais pour autant, les différences ne doivent pas jurer et ne doivent être que de détail. Boito assume cette contradiction, fondatrice du travail de restauration[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Conservare o restaurare », paru dans le recueil Questioni pratiche di belli arti — Restauri, concorsi, legislazione, professione, insegnamento, Milan, Ulrico Hoepli, 1893, traduit en français par Jean-Marc Mandosio : Conserver ou restaurer : Les Dilemmes du patrimoine (ISBN 2910735451).
  2. Camillo Boito, La Restauration en architecture, (1893), in Conserver ou Restaurer, les dilemmes du patrimoine, Besançon, les Editions de l'Imprimeur, 2000, p. 32.
  3. cf. article de Jean-Claude Vigato, "La doctrine d'après les textes", in [monumental], 2010, 1, Editions du patrimoine, p. 14-17.