Camille Alphonse Faure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Camille Alphonse Faure, né le 21 mai 1840 à Vizille (Isère) et mort le 14 septembre 1898 à Paris[1], est un ingénieur chimiste français qui en 1881 a de façon significative amélioré le design de la première batterie, qui avait été inventée par Gaston Planté en 1865. Les améliorations de Faure ont beaucoup augmenté la capacité de la batterie et ont mené directement à sa fabrication sur une échelle industrielle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Camille Faure, né à Vizille le 21 mai 1840, fut élève de l'École des Arts et Métiers à Aix de 1857 à 1860. Il travailla comme chimiste dans la nouvelle usine de la "Cotton Powder Company (une compagnie de poudre cotonnière) à Uplees, Faversham, Kent, en Angleterre.

Avec le directeur de cette usine, George Trench, il déposa les brevets du tonite, un nouvel explosif (1874), et d'un détonateur de dynamite amélioré (1878).

En 1880, Faure fit breveter une méthode pour enrober les plaques de plomb avec une pâte faite de plomb oxydé, d'acide sulfurique et d'eau. Les plaques étaient ensuite séchées et doucement réchauffées dans une atmosphère humide. Lors du séchage la pâte se changeait en une mixture de sulfates de plomb, qui adhérait à la plaque de plomb. La plaque ainsi enrobée était alors convertie en matière électrochimique active, appelée la "masse active", ce qui augmentait substantiellement la capacité de charge, par comparaison avec la batterie de Gaston Planté. Cette invention révolutionnaire permettait la fabrication industrielle des batteries au plomb, maintenant utilisées dans les moteurs de voitures.

Vers la fin de sa vie, Faure obtint d'autres brevets, portant notamment sur la fabrication d'alliages en aluminium, l'amélioration des moteurs à air chaud; et la direction des véhicules à moteur.

  1. Fauré, Camille, Alphonse (1840-1898) dans Patrons de France