Cambronne-lès-Ribécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cambronne-lès-Ribécourt
Blason de Cambronne-lès-Ribécourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Canton Ribécourt-Dreslincourt
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Vallées
Maire
Mandat
Geneviève Drela
2014-2020
Code postal 60170
Code commune 60119
Démographie
Population
municipale
1 969 hab. (2011)
Densité 284 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 25″ N 2° 53′ 54″ E / 49.5069444444, 2.89833333333 ()49° 30′ 25″ Nord 2° 53′ 54″ Est / 49.5069444444, 2.89833333333 ()  
Altitude Min. 32 m – Max. 162 m
Superficie 6,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cambronne-lès-Ribécourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cambronne-lès-Ribécourt

Cambronne-lès-Ribécourt est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient de l'ancien italien, Camberona en 1020, qui signifie Champsource.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1147, Bernerius de Camberona, en 1244, Jean de l'Atre de Cambronne, en 1272, Barthélémy de Cambronne et en 1310, Hugo de Camberone obtiennent la seigneurie de Cambronne d'Aliénor d'Hanest, veuve de Raoul VI, seigneur de Canny. Au XIVe siècle, Pierre de Cambronne épouse Marie du Mont.

En 1472, décède l'abbesse, Marguerite de Camberonne, dont les parents furent proches de Louis XI. En 1447, Marie de Blécourt, dame de Cambronne, épouse Pierre de Vendelle et ont un enfant Raoulquin qui lui même a une fille Florence qui épouse Jean II d'Aumale, seigneur de Nampcel.

En 1664, la seigneurie revient à Jacques III de Monguiot, seigneur de Vaucourtois. En 1762, Antoine Alexandre de Montguiot fait construire le château de Bethancourt. Son fils, Alexandre Claude Pascal, capitaine d'infanterie au régiment de Picardie, colonel général de l'infanterie française et étrangère est fait chevalier de l'ordre de Saint-Louis. Sa fille, Marie-Thérèse Luglienne de Montguiot épouse François-René Jean-Marie de Jouenne d'Esgrigny, seigneur de Dreslincourt, capitaine de cavalerie, lieutenant des maréchaux de France à Compiègne, cousin de Jean-René Jouenne d'Esgrigny. Sa petite fille, Jeanne Louise Luglienne de Jouenne d'Esgrigny, épouse le comte Marie Ferdinand Raoul de La Bourdonnaye, aïeul de François de Menthon. La Maison de Montguiot et leur descendants, les comtes de Pommery, de la Bourdonnaye et de Menthon, perdent le titre de seigneurie de Cambronne[1].

Sous la Restauration, en 1822, Arnouph Deshayes, adjudant du Château de Compiègne, est admis au grade de colonel par le roi Louis XVIII, fait Chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis avant de changer son patronyme, Deshayes, en Deshayes de Cambronne. Il réside au Château d'Orrouy, sur le domaine de Champlieu au manoir de Donneval et de La Mothe sur celui de Béthisy-Saint-Martin.

Le château de Bethancourt est détruit pendant la seconde guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Raymond Tissier DVG  
mars 2008 en cours Geneviève Drela SE  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 969 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
432 434 453 454 502 527 503 671 561
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
540 683 544 527 587 456 479 504 512
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
503 529 487 495 633 727 743 751 776
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 050 1 393 1 725 1 873 1 879 1 970 1 884 1 969 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,1 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 18,9 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 16,9 %) ;
  • 49,9 % de femmes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 21,7 %, plus de 60 ans = 20,4 %).
Pyramide des âges à Cambronne-lès-Ribécourt en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,5 
4,9 
75 à 89 ans
6,7 
11,9 
60 à 74 ans
13,2 
21,6 
45 à 59 ans
21,7 
21,3 
30 à 44 ans
21,6 
18,9 
15 à 29 ans
15,5 
21,3 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Cambronne-lès-Ribécourt

Les armes de Cambronne-lès-Ribécourt se blasonnent ainsi :

coupé : au premier d'azur au lion naissant d'or, au second de gueules à la fasce cousue de sable, au huchet contourné d'or brochant sur la fasce.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]