Cambron-Casteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cambron (homonymie).
Cambron-Casteau
Le parc de l’ancienne abbaye
Le parc de l’ancienne abbaye
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Ath
Commune Brugelette
Code postal 7940
Zone téléphonique 068
Démographie
Gentilé Cambronnais(e)
Géographie
Coordonnées 50° 35′ N 3° 52′ E / 50.583, 3.86750° 35′ Nord 3° 52′ Est / 50.583, 3.867  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative de Hainaut
City locator 14.svg
Cambron-Casteau

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Cambron-Casteau

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Cambron-Casteau

Cambron-Casteau (en picard Cambron Castiau, en wallon Cambron-Tchestea) est une section de la commune belge de Brugelette située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L’origine du nom Cambron vient du celtique cambrone lui-même du gaulois cambo qui veut dire « courbe ».

Celle de Casteau vient clairement de Castellum signifiant « lieu fortifié ».

Histoire[modifier | modifier le code]

“Dès le XIIe siècle, Cambron abrite une abbaye cistercienne dont le rayonnement s’étend rapidement au-delà du comté de Hainaut. De nombreux vestiges témoignent de ce passé : la tour abbatiale du XVIIIe siècle, la crypte, quatre tombeaux à enfeu nichés dans un mur de la nef, le donjon qu’une légende populaire attribue aux Vikings, le magnifique escalier enjambant la rivière Blanche et la ferme abbatiale au centre de laquelle trône une étonnante remise à chariots.” Le château, construit au XIXe siècle, est situé, comme les autres bâtiments, au cœur du parc Pairi Daiza, domaine de Cambron,

Il existe à Bermeries (Bavaisis) une ferme CAMBRON, ancienne ferme dîmière du XVIIIe siècle, qui dépendait de l’abbaye de Cambron, en Belgique. Sa grange dîmière, toute en brique, servait à contenir l’impôt en nature prélevé par le clergé ; une girouette, représentant un moine poussant le soc, culmine au sommet du porche-pigeonnier et rappelle les liens avec la maison mère. Il était question à une époque d’y fonder un monastère, dépendant de Clairvaux, sur des terres provenant du sire Anselme de Trazegnies[1] ; mais le comte de Hainaut et l’évêque de Cambrai s’y opposèrent, car Gilles de Trazegnies[2], qui prétendait avoir des droits sur les terres et biens donnés en faveur de la fondation, molesta des moines ; le projet de monastère fut donc abandonné[3].

En 1136 est mentionné à Fontaine-les-Vervins, dans l’Aisne, un hameau d’abord nommé Cameron puis plus tard Cambron, dont le nom vient du latin camera, signifiant “voûte” ; cette même origine est attribuée au nom de la ville de Cambrai par E. Mannier. Les architectes romains appelaient camera le plafond voûté d’une chambre ; on a retrouvé au XIXe siècle, à Cambron, les vestiges d’une villa romaine dont les chambres étaient probablement à plafond voûté. Notre verbe cambrer, courber en arc, n’a d’ailleurs pas d’autre origine, selon Pierre Bloume auteur de Histoire de Fontaine les Vervins. Il y eut, dans cette ville, un château et une seigneurie de Cambron dont les seigneurs étaient de la famille de Coucy dont ils portaient le nom, alors qu’aucun d’eux ne s’est appelé De Cambron. Leur généalogie sera cependant citée en annexe, bien que ceux-ci ne soient pas apparentés aux De Cambron du Ponthieu.

Abbaye de Cambron[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye de Cambron.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Patronymie[modifier | modifier le code]

Si l’on se réfère au livre de Frans DEBRABANDERE Woordenboek van de Familienamen in Belgie & Noord-Frankrijk (1993), le patronyme Decambron et ceux qui lui sont associés (Cambron, Gambron, Cameron) tire son origine du nom de lieu Cambron, dans le Hainaut belge.

Parmi les porteurs de ce nom répertoriés dans des documents anciens, l’auteur cite :

  • en 1231, Jakemes de Camberone à Tournai [Doornik], (source : A. D’Herbomez Chartes de l’abbaye de Saint-Martin de Tournai, Bruxelles 1898-1901, tome 1 p. 387)
  • en 1279, Jehans Cambrons à Mons [Bergen], (source : Charles Pierard Les plus anciens comptes de la ville de Mons (1279-1356), Comm. roy. d’histoire, Bruxelles 1971-73, p. 542)
  • en 1374, Jan Cameroen à Grammont [Geraadsbergen] (source : A ; Schrever Bijdrage tot de studie van de pesoonsnamen te Geraardsbergen in 1374 en 1414, liv. verh. Louvain 1969)
  • en 1396 Gillis Cameroen à Parike (source : J De Brouwer Buitenpoortersboek van Geraadsbergen Land van Aalst VI, 1954 p.44)

Cependant, l’origine du patronyme DE CAMBRON est plus ancienne encore que celle qu’avance Frans DEBRABANDERE, puisque l’on trouve en 1100, un certain Achard De CAMBRON, bienfaiteur du prieuré Saint-Pierre d’Abbeville : il existe, à la sortie ouest de cette cité du Ponthieu, une petite ville nommée Cambron, possédant une église dotée d’un chœur gothique (il serait intéressant de connaître le lien de cette ville avec l’abbaye du Hainaut belge).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Un parc animalier, Pairi Daiza (anciennement Paradisio), s'est installé dans le site de l'ancienne abbaye de Cambron.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Douze moines de Clairvaux arrivent à Cambron en 1148. Ils sont envoyés par Saint Bernard, abbé de Clairvaux, sur invitation de Anselme, seigneur de Péronnes-lez-Binche, chanoine et trésorier du chapitre collégial de Soignies, qui, pour la fondation d’une abbaye, leur offre une terre au bord de la Dendre.
  2. Source : Roger Brunet, Généalogie et histoire de la famille de Trazegnies, Préfacée par le marquis de Trazegnies, 1996
  3. Sources : La Voix du Nord des 2 et 3 mars 1997, p.2 ; L. SIMON : Bermeries, monographie de la commune pour l’exposition de 1900


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]