Cambes (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cambes.
Cambes
Église Saint-Martin
Église Saint-Martin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Bordeaux
Canton Canton de Créon
Intercommunalité Communauté de communes des Portes de l'Entre Deux Mers
Maire
Mandat
Bernard Cuartero
2008-2014
Code postal 33880
Code commune 33084
Démographie
Gentilé Cambais, Cambaises
Population
municipale
1 345 hab. (2011)
Densité 252 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 43′ 58″ N 0° 27′ 43″ O / 44.7327777778, -0.461944444444 ()44° 43′ 58″ Nord 0° 27′ 43″ Ouest / 44.7327777778, -0.461944444444 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 86 m
Superficie 5,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Cambes

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Cambes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cambes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cambes

Cambes est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la Gironde

Commune située dans l'aire urbaine de Bordeaux et même dans son unité urbaine dans l'Entre-deux-Mers, au bord de la Garonne à 19 km en amont de Bordeaux sur la rive droite.

L'Entre-deux-Mers est la région girondine implantée sur un plissement compris entre Dordogne et Garonne. Hachée par leurs nombreux petits affluents, elle offre un paysage très vallonné. L'Entre-deux-Mers est bordé au sud par le Bazadais, à l'ouest par le Bordelais, au nord par le Fronsadais, le Libournais et le Castillonnais et enfin à l'est par la Guyenne. Cette dénomination est popularisée par l'appellation viticole de vin blanc sec correspondant à cette région (avec les Premières côtes de Bordeaux et les appellations de vin moelleux face au Sauternais).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de l'Aquitaine est de type océanique, qui se caractérise dans le bordelais par des hivers très doux et des étés chauds. Les précipitations sont fréquentes et réparties tout au long de l'année avec 820 mm d'eau et environ 150 jours pluvieux par an. L'été, les précipitations sont souvent dues à des orages de chaleur.

Les températures moyennes sont de 6,4 °C en janvier et de 20,9 °C en août avec une moyenne annuelle de 13,3 °C. La région connaît en moyenne 15 à 20 jours en été où les températures dépassent les 30 °C.

Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc
Temp. max. moy. (°C) 9 11 14 16 19 23 26 26 23 18 13 10
Temp. min. moy. (°C) 2 3 4 6 10 13 15 15 12 9 5 3
Moyenne (°C) 6 7 9 11 15 18 21 21 18 14 9 7
Précipitations moy. (mm) 76 64 66 66 71 66 53 58 71 86 89 86
Source : The Weather Channel Météo France

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Cambes viendrait de cambo "courbe de rivière".

Antiquité[modifier | modifier le code]

Quoique probablement fréquenté avant la conquête, les premiers vestiges d'occupation qui nous sont parvenus sont les restes d'un hypocauste (système de chauffage) d'une villa gallo-romaine à l'emplacement du Bourg.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le village a ensuite probablement souffert des incursions des Sarrazins et surtout des Normands. Au Xe siècle apparait la seigneurie. On trouve un Raymond de Cambes dans l'expédition de Guillaume IX de Poitiers en Espagne (1119). L'église est bâtie au XIIe siècle. C'est à cette époque que l'abbaye bénédictine de Sainte-Croix devient un gros propriétaire foncier. Elle participe à l'économie, en faisant construire notamment un moulin. Cambes est alors prospère. Elle le reste sous l'autorité des rois d'Angleterre - malgré quelques épisodes dramatiques. La paix (1453) et l'arrivée d'une nouvelle population donnent un nouvel élan à la commune. Pendant la Fronde, Cambes a été le théâtre d'une bataille entre les troupes du duc d'Epernon, gouverneur de Guyenne, et celles du parlement de Bordeaux.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le 11 février 1790, Jérôme du Saulx (ou Dussaulx) épousa Françoise de Malet-Rocquefort dans l'église Saint-Martin de Cambes. Françoise de Malet-Rocquefort est la fille de messire Jean Louis, marquis du Malet, chevalier, seigneur du château de Cambes et autres lieux. Le 16 juillet 1794 Françoise du Saulx et Madame de Malet sa sœur furent guillotinées à Bordeaux. Le 29 juillet 1794, c'est au tour de Jérôme du Saulx et M. de Malet d'être guillotinés[1].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Port de Bordeaux et ses gabares, Manet (1871)

Le port a été longtemps très actif. Il existait trois ports, le fleuve étant la voie de communication privilégiée pour rejoindre Bordeaux, mais aussi l'Isle-Saint-Georges, sur la rive gauche de la Garonne. À cet effet un débarcadère a été installé en 1848[2]. Les marchandises, notamment le vin et la pierre extraite des carrières, étaient transportées par les coureaux, sortes de gabarres aux flancs arrondis jaugeant de 20 à 50 tonneaux. De nombreuses autres embarcations telles les yoles et les filadières servaient à la pêche ou au transport des voyageurs. Il y a encore aujourd'hui un pêcheur professionnel d'aloses, de lamproies et d'anguilles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cambes Blason D’azur à la croix cousue de gueules chargée d’un léopard d’or, cantonnée, au 1er d’une crosse issante au 2eme d’une fleur de lys, au 3eme de trois fasces ondées, au 4eme d’un tonneau couché le tout d’argent[3].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Bernard Cuartero PS Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Cambes fait partie du Canton de Créon, de la neuvième circonscription de la Gironde et de la Communauté de communes des Portes de l'Entre Deux Mers.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 345 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
840 683 759 712 707 777 770 713 776
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
783 812 853 853 832 784 861 873 887
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
915 928 844 770 735 726 700 716 724
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
745 838 844 924 1 035 1 145 1 259 1 275 1 345
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Une halte nautique a été aménagée.
  • L'Église Saint-Martin présente des éléments du XIIe et XIXe siècle. Le portail et les voûtes sont les parties les plus anciennes, à l'intérieur retable du XVIIIe.
  • L'ermitage Sainte-Catherine -propriété privée-, maintenant ruiné, fondé en 1524 dans une grotte naturelle par Jacques Peyron, prêtre et plus tard gardien du phare de Cordouan. Il était décoré de fresques.
  • Quelques maisons nobles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

À voir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cambes Pages d'histoire locale de Jean Marcel Nattes Les Éditions de l'Entre-deux-mers ISBN : 2-913568-38-6
  • Cambes sur Garonne et son histoire à travers les âges de Robert Dudit. Ed Bergeret Bordeaux 1982.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source Nobilaire de Guienne et de Gascogne revue des familles d'anciennes chevallerie Page 193 : [1]
  2. Création du débarcadère en 1848: [2]
  3. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Gaso.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. Généalogie de la famille de Lamothe : [3]
  7. Histoire de Bordeaux liste des Maires : [4]
  8. Œuvres de Robert Caumont présentées au Musée des beaux-arts de Bordeaux

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :