Camarillo (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camarillo (homonymie).
Camarillo white
Image illustrative de l'article Camarillo (cheval)

Espèce Cheval (Equus caballus)
Région d’origine
Région Drapeau des États-Unis États-Unis
Caractéristiques
Morphologie Cheval de selle
Taille 1,55m à 1,65m au garrot
Robe Toujours blanche
Tête Bien dessinée

Le Camarillo white est une race de cheval de selle rare, développée aux États-Unis par la famille Camarillo, et caractérisée par sa robe, toujours blanche. En 1921, Adolfo Camarillo, l'un des derniers Californios, achète un étalon blanc de 9 ans nommé Sultan à Sacramento[1]. Ce cheval californien devint la propriété de la famille Camarillo et l'élevage se poursuit jusqu'à la mort de Carmen, la femme d'Adolfo, en 1987[2] Bien que la race soit parfois nommée Albinos, la couleur blanche de ce cheval n'a rien à voir avec l'albinisme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Adolfo Camarillo.

Tous les chevaux Camarillo descendent d'un unique étalon fondateur, Sultan, un mustang né en 1912 que Camarillo décrit plus tard comme « l'étalon de ses rêves ». Alfonso Camarillo trouve Sultan en 1921 à Sacramento. Il achète Sultan et gagne une grande popularité en présentant cet étalon à divers championnats de présentations équestres en Californie.

Camarillo croise Sultan avec des juments de race Morgan au Ranch Camarillo, développant une lignée de chevaux comme propriété exclusive de la famille Camarillo durant 65 ans. Après la mort d'Adolfo Camarillo en 1958, sa femme Carmen prend l'élevage familial en main. Elle continue à présenter les chevaux à des parades et des événements autour de la région de Ventura jusqu'à sa mort en 1987. Suivant ses dernières volontés, les chevaux de l'élevage sont vendus publiquement, ce qui met un terme à la propriété exclusive de l'élevage[3].

En 1989, cinq propriétaires décident de regrouper les chevaux pour des présentations publiques. En 1991, alors qu'il ne reste plus que 11 chevaux, il devient évident que la lignée va s'éteindre et une association, Camarillo White Horse Association, voit le jour pour sauver la race en 1992[2]. Afin d'apporter du sang neuf, le registre tient un stud book ouvert, exigeant qu'au moins l'un des géniteurs du cheval enregistré soit un descendant des chevaux de Camarillo, mais autorisant les croisements avec d'autres races comme le Pure race espagnole et le Standardbred[4]. Il y a une section spéciale pour les chevaux qui n'ont pas la robe blanche.

Description[modifier | modifier le code]

La race n'est pas un registre de couleur comme le Palomino. Elle a des caractéristiques morphologiques propres avec un corps compact, des membres solides, une bonne ligne du dessus et une tête expressive avec de grands yeux.

Robe[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Blanc (cheval).

Le Camarillo est réputé pour la couleur de sa robe, toujours blanche, avec une peau rose. Contrairement aux chevaux gris, qui naissent de couleur foncée et blanchissent avec l'âge, les Camarillo naissent blancs et le restent toute leur vie.

La robe blanche est particulièrement difficile à sélectionner car il y a statistiquement que 50 % de chances d'avoir un poulain blanc vivant en croisant deux chevaux dont au moins un blanc entre eux. Cette particularité est due au gène dominant (W), responsable de la robe blanche. Le gène W est mortel s'il est homozygote (WW), et les juments avortent alors prématurément. Tous les chevaux blancs vivants sont hétérozygotes (Ww). Quand un cheval blanc (Ww) est croisé avec un cheval d'une autre couleur, (ww), il y a 50 % de chances d'avoir un poulain blanc et 50 % d'avoir un cheval d'une autre couleur. Quand deux chevaux blancs (Ww) sont croisés entre eux, il y a 50 % de chances d'avoir un poulain blanc vivant (Ww), 25 % de chances d'avoir un cheval d'une autre couleur(ww), mais aussi 25 % de chances d'avortement (WW)[5],[6]. Le gène (W) est dominant : si un cheval le porte, il sera toujours blanc et inversement, si le cheval n'est pas blanc, cela signifie qu'il n'est pas porteur du gène et donc ne donnera jamais naissance à un poulain blanc à moins d'être croisé avec un cheval blanc. Les éleveurs croisent généralement les chevaux blancs avec des chevaux normalement colorés, afin d'éviter le risque d'avortement. Les Camarillo ne sont par porteurs du syndrome du poulain blanc[4].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1930, les chevaux de Camarillo sont célèbres sur toute la côte californienne pour leurs performances. Ils ont participé régulièrement au tournoi de Roses Parade, et à des présentations à San Francisco[3].

Ils sont les chevaux non-officiels de la ville de Camarillo. Ils apparaissent dans la parade de Santa Barbara depuis sa création en 1924. De nombreuses personnalités ont un jour monté un cheval Camarillo, y compris Ronald Reagan lorsqu'il était gouverneur, John Mott, Leo Carrillo, et Steven Ford, le fils du Président Gerald Ford[2].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Free Library - Rose Parade
  2. a, b et c (en) Site officiel- Histoire du cheval Camarillo
  3. a et b (en) Camarillo Ranch- Site officiel du Ranch Camarillo
  4. a et b (en) The Camarillo White Horse Association page FAQ
  5. (en) Mau, C., Poncet, P. A., Bucher, B., Stranzinger, G. & Rieder, S. (2004) "Genetic mapping of dominant white (W), a homozygous lethal condition in the horse (Equus caballus)." Journal of Animal Breeding and Genetics 121 (6), 374-383. doi: 10.1111/ j.1439-0388.2004.00481.x. Accessed September 6, 2006 at [1]
  6. (en) Haase B, Brooks SA, Schlumbaum A, Azor PJ, Bailey E, et al. (2007) "Allelic Heterogeneity at the Equine KIT Locus in Dominant White (W) Horses." PLoS Genet 3(11): e195 doi:10.1371/journal.pgen.0030195

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jeanne Mellin. The Complete Morgan Horse