Camaïeu (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camaïeu.

Camaïeu

alt=Description de l'image LogoCamaieu.gif.



Personnages clés Elizabeth Cunin (président)[1]
Siège social Drapeau de France Roubaix (France)
Direction Thierry Jaugeas
Activité Industrie vestimentaire
Produits Vêtements
Site web www.camaieu.com
Chiffre d’affaires 810 millions en 2010
Ancien logo

Camaïeu est une entreprise de distribution textile focalisée sur le segment de la femme de 25 à 35 ans avec un positionnement mode milieu de gamme, dirigée par Elisabeth Cunin. Les collections sont renouvelées en permanence, les produits basiques ayant une diffusion supérieure aux produits très mode. Le réseau est constitué de plusieurs centaines de magasins, de surface généralement inférieure à 500 m2 (1000 boutiques en 2012 dont 400 à l'étranger).

Histoire[modifier | modifier le code]

Camaïeu est créé en 1984 par quatre hommes : Dominique Débruyne, Jean Duforest, Éric Vandendriessche et Jean-Pierre Torck[2]. Ces hommes ont tous travaillés pour les entreprises au sein de l'association familiale Mulliez. Le premier a connu Miniper, le hard discounter de Gérard Mulliez, le deuxième venait d'Auchan et de Kiabi, le troisième a commencé sa carrière à Auchan, et le quatrième y a été formé[2]. L'enseigne tente de court-circuiter leurs concurrents comme Pimkie ou Promod en privilégiant le circuit court et en ajustant les rayons en fonction de la demande[2]. L'entreprise vend de petites séries avec des prix bon marché les vêtements plébiscités[2]. Dix ans après, l'entreprise compte 200 boutiques[2].

L'entreprise créée Camaïeu Homme en 1991[3]. En 1993, l'entreprise rachète l'entreprise Tandy et ouvre un nouveau siège social accolé d'un entrepôt logistique, avenue Brame à Roubaix[3]. L'année suivante Camaïeu Enfant est créé. Jean Duforest reprend l'activité et renomme l'enseigne Okaïdi en 1996[3].

Camaïeu change de stratégie en 1996 et se recentre sur les boutiques de vêtements et accessoires destinés aux femmes 20-40 ans. Camaïeu Hommes est cédé au groupe Mulliez qui rebaptise l'enseigne en 2000 Jules, et Camaïeu Enfants est cédé à Jean Duforest un ancien de Camaïeu Enfant, qui rebaptise l'enseigne en 2000 en Okaïdi, les segments homme et enfant ne font donc plus partie du groupe. Le segment féminin Camaïeu est un des principaux acteurs du marché français du prêt-à-porter depuis les années 1990.

En 2000, le réseau s'étend à l’international en ouvrant des boutiques en Europe. Des accords sont également passés avec des partenaires en Russie et au Moyen-Orient.

Sous traitance au Bangladesh[modifier | modifier le code]

Des étiquettes de la marque Camaïeu ont été retrouvées dans les décombres de l'immeuble de Rana Plazza au Bangladesh. L'effondrement du Rana Plaza dû aux mauvaises conditions de sécurité sur le site a causé la mort de 1127 personnes[4]. Un porte parole de la marque a déclaré ne pas comprendre comment un pantalon de la marque avait été retrouvé sur place[5].

Données boursières[modifier | modifier le code]

Camaïeu est cotée en bourse depuis le 19 juin 2000. L'entreprise est actuellement (2012) détenue aux deux tiers par le fonds d'investissement Cinven[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Sauvage 2014] Valérie Sauvage, « Camaïeu : Ces quatre hommes qui rêvaient d'habiller les femmes », La Saga des marques, t. 3,‎ septembre 2014, p. 22-25. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Fédération européenne pour l'éthique et le développement durable (préf. Pierre Cadet), Acheter pour un monde meilleur : 1 000 grandes marques passées au crible de l'éthique et de la responsabilité sociale et environnementale, Paris, Éditions Eyrolles,‎ 2007, 446 p. (ISBN 978-2-212-53963-9, lire en ligne), « Camaïeu », p. 126-127.