Caméléon panthère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Furcifer pardalis

Furcifer pardalis

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Furcifer pardalis

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Iguania
Famille Chamaeleonidae
Genre Furcifer

Nom binominal

Furcifer pardalis
(Cuvier, 1829)

Synonymes

  • Chamaeleo pardalis Cuvier, 1829
  • Chamaeleo ater Lesson, 1832
  • Chamaeleo guentheri Boulenger, 1888
  • Chamaeleon longicauda Günther, 1891
  • Chamaeleon axillaris Werner, 1899
  • Chamaeleon krempfi Chabanaud, 1923

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 04/02/77

Le Caméléon panthère (Furcifer pardalis) est une espèce de saurien originaire de Madagascar de la famille des Chamaeleonidae[1], désigné à La Réunion sous le nom d'Endormi.

Distribution[modifier | modifier le code]

Aire de répartition de l'espèce Furcifer pardalis selon l'UICN (consulté le 15 janvier 2013).

Cette espèce est à l'origine endémique de Madagascar[1]. Elle a été introduite à La Réunion depuis de nombreuses années où elle bénéficie, bien que d'origine exotique, du statut d'espèce protégée. Son introduction à l'île Maurice est discutée, niée par ReptileDB mais affirmée par l'UICN. Il vit dans les arbres des maquis arborées humides.

Description[modifier | modifier le code]

Il fait partie des plus grands caméléons existants, sa taille peut atteindre 55 cm queue comprise pour le mâle et 35 cm pour la femelle. La femelle vit environ 3 ans, le mâle peut atteindre 5 ans. Les yeux des caméléons sont indépendamment mobiles; ses yeux peuvent donc voir dans deux directions différentes.

L'espèce présente diverses colorations (appelées « phases ») caractéristiques des différentes régions malgaches dont il peut être originaire. Les femelles ont des teintes assez ternes, alors que les mâles ont des couleurs très spectaculaires :

  • Île de Nosy Be : vert et bleu turquoise ;
  • Tamatave (centre-est de Madagascar) : blanc et rouge ;
  • Diego Suarez (nord-est de Madagascar) : vert brillant avec des bandes verticales rouge foncé et une ligne horizontale blanche épaisse sur chaque flanc ;
  • Maroantsetra : fond vert kaki et rouge foncé ;
  • Ankaramy (sud de Madagascar) : rose vif.
  • Ambilobe (nord de Madagascar) : plusieurs couleurs, du vert, rouge, orange, jaune avec une ligne horizontale bleue

Ce caméléon se nourrit de divers insectes qui passent à sa portée. Actif le jour, il se déplace lentement sur les branches et chasse a l'affut: il repère ses proies de ses deux yeux mobiles, et projette brusquement sa longue langue sur l'insecte, qu'il ramène tout aussi prestement dans sa bouche. Ses mœurs sont diurnes et exclusivement arboricoles. C'est un animal ovipare, qui dépose entre 15 et 50 œufs par ponte. Sa durée de vie est de 6 ans maximum.

Comportement[modifier | modifier le code]

Face a un congénère rival, il gonfle instantanément son corps et change de couleur, et ce comportement est généralement suffisant pour décider de l'individu dominant et de l'issue de la dispute. Sa capacité a changer de couleur traduit son humeur et n'est pas une technique de camouflage.

En captivité[modifier | modifier le code]

Ce caméléon est élevé par certains terrariophiles[2].

Parc Zoologique de Paris[modifier | modifier le code]

Le Parc zoologique de Paris détient au moins 1 spécimens de Furcifer pardalis probablement un mâle qui est présenter au public, facilement observable lors de la promenade du zoo, dans la grande serre tropicale. Il n'est sont pas du tout farouche et se laisse aisément observer par le public.(11/2014)

Photographies[modifier | modifier le code]

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Cuvier, 1829 : Le Règne Animal distribué, d'après son organisation, pour servir de base à l'Histoire Naturelle des Animaux et d'introduction à l'Anatomie Comparé. Nouvelle Édition. Les Reptiles. Déterville, Paris, vol. 2, p. 1-406 (texte intégral)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Référence Reptarium Reptile Database : Furcifer pardalis  (en)
  2. (fr) Philippe Gérard, Le terrarium : manuel d'élevage et de maintenance des animaux insolites, Animalia éditions,‎ 2004, 176 p. (ISBN 2-915740-07-0), p. 89