Caméléon commun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chamaeleo chamaeleon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Chamaeleo chamaeleon

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Iguania
Famille Chamaeleonidae
Genre Chamaeleo

Nom binominal

Chamaeleo chamaeleon
(Linnaeus, 1758)

Synonymes

  • Lacerta chamaeleon Linnaeus, 1758
  • Chamaeleo parisiensium Laurenti, 1768
  • Cameleo siculus Grohmann, 1832
  • Chamaeleo cinereus Strauch, 1862
  • Chamaeleon auratus Gray, 1865
  • Chamaeleon fasciatus Smith, 1866
  • Chamaeleo vulgaris var. recticrista Boettger, 1880
  • Chamaeleo saharicus Müller, 1887
  • Chamaeleon vulgaris var. musae Steindachner, 1900

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 04/02/77

Chamaeleo chamaeleon, le Caméléon commun, est une espèce de sauriens de la famille des Chamaeleonidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution

Cette espèce se rencontre [1] :

Description[modifier | modifier le code]

C'est un reptile diurne et arboricole, qui chasse divers insectes et arthropodes.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (21 mai 2013)[2] :

  • Chamaeleo chamaeleon chamaeleon (Linnaeus, 1758)
  • Chamaeleo chamaeleon musae Steindachner, 1900
  • Chamaeleo chamaeleon orientalis Parker, 1938
  • Chamaeleo chamaeleon recticrista Boettger, 1880

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Les sous-espèces Chamaeleo chamaeleon arabicus et Chamaeleo chamaeleon zeylanicus ont été élevées au rang d'espèce. La sous-espèce Chamaeleo chamaeleon calcarifer est maintenant une sous-espèce de Chamaeleo calyptratus sous le nom de Chamaeleo calyptratus calcarifer[1].

Legislation[modifier | modifier le code]

Le caméléon commun (Chamaeleo chamaeleon)est protégé en Europe par la Convention de Berne du au fait qu'il soit aussi présent dans le sud du Portugal, Espagne, Sicile, Grèce...Par conséquent, sa capture, sa détention, son transport et donc toutes les formes d'élevage et de commercialisation sont interdits et punie par la loi. Beaucoup de touristes les achètent dans les souks au Maroc, Tunisie ou encore en Algérie, à des prix très tentants. Ils les ramènent ensuite de manière illégale en Europe, dans leurs valises. De plus, cette espèce est difficile à maintenir et reproduire en captivité. Les spécimens ramenés illégalement en Europe ne survivent généralement pas longtemps.

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Boettger, 1880 : Die Reptilien und Amphibien von Syrien, Palaestina und Cypern. Bericht über Senckenbergische Naturforschende Gesellschaft, vol. 1880, p. 132-219 (texte intégral).
  • Linnaeus, 1758 : Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, ed. 10 (texte intégral).
  • Parker, 1938 : Reptiles and amphibians of the southern Hejaz. Annals and Magazine of Natural History, ser. 11, vol. 1, p. 481-492.
  • Steindachner, 1901 "1900" : Expedition S. M. Schiff Pola in das Rothe Meer. Bericht über die herpetologischen Aufsammlungen. Denkschriften Akademie der Wissenschaften in Wien, Mathematisch-Naturwissenschaftliche Klasse, vol. 69, p. 325-339 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]