Calypso (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calypso.
Arnold Böcklin, Ulysse et Calypso, huile sur toile, 1883, Kunstmuseum, à Bâle.
Jan Brueghel l'Ancien, Ulysse et Calypso, 1616, Johnny van Haeften Gallery, à Londres.

Dans la mythologie grecque, Calypso (en grec ancien Καλυψώ / Kalupsố, « celle qui cèle, enveloppe »[1]) est une nymphe de la mer, ayant, par amour, retenu auprès d'elle Ulysse, pendant sept des dix années de son retour de Troie à Ithaque.

Mythe[modifier | modifier le code]

Article connexe : Ogygie.

Calypso « aux belles boucles » passe pour être une nymphe, fille d'Atlas, selon Homère et le pseudo-Apollodore. Hésiode la range quant à lui parmi les Océanides[2] et le poète du Catalogue des femmes lui prête des amours mystérieuses mais prolifiques avec Hermès dont elle aurait eu le peuple entier des Céphalléniens. Elle est considérée comme la reine de l'île mythique d'Ogygie, où elle mène une vie solitaire entourée d'autres nymphes[3].

Dans l’Odyssée, elle recueille Ulysse après son naufrage et tombe éperdument amoureuse de lui. Elle réussit à le retenir sur son île pendant sept ans, lui offrant même l'immortalité s'il consent à rester près d'elle[4]. Mais Zeus prend pitié de ce que lui dit sa chère fille Athéna et envoie Hermès son fils lui donner l'ordre de relâcher Ulysse. Calypso le laissera partir et achever son retour. Il aura donc été retenu par la présence de Calypso deux fois plus longtemps que par tous les autres obstacles réunis mis sur sa route par Poséïdon.

Selon certaines traditions, elle aurait eu deux fils du héros, à savoir Nausinoos et Nausithoos[5].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur cette étymologie, lire l'article Ogygie, consacré à l’île de Calypso.
  2. Hésiode, Théogonie [détail des éditions] [lire en ligne], 359.
  3. Plusieurs îles revendiquent aujourd'hui l'honneur d'être l'Ogygie de la légende, et notamment l'île de Gozo, dans l'archipel maltais.
  4. Connaissant l'erreur d'Aurore, elle prend soit contrairement çà celle-ci d'y ajouter la jeunesse éternelle
  5. Théogonie, 1017-1018.
  6. Les Aventures de Télémaque (1699) ; chez Gutenberg.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :