Calpurnius Siculus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calpurnius.

Titus Calpurnius Siculus (milieu du s. I. ap. J.-C.) était un poète latin natif de Sicile, dont on connait sept églogues (Eclogae) s'inspirant du grec Théocrite et surtout des Bucoliques de Virgile. On s'accorde aujourd'hui à dire que quatre autres églogues, qui lui étaient jadis attribuées, sont beaucoup plus tardives et sont probablement l'œuvre de Némésien. On ne connaît presque rien de sa vie.

Dans son œuvre, il marque son enthousiasme pour l'avènement de Néron, qui suscitait alors des espoirs. Un de ses textes les plus célèbres est une églogue. Un jeune paysan raconte à son ami Lycotas ce qu'il voit à Rome en 57 : le spectacle qu'offre Néron à l'inauguration de son amphithéâtre en bois. Cet amphithéâtre, détruit lors du grand incendie de Rome en 64, est le premier amphithéâtre de Rome. Le plus connu à la même époque était l'amphithéâtre de Campanie (8 000 places). Le texte de Calpurnius est le seul qui nous donne autant de précisions sur l'amphithéâtre de Néron. Les Flaviens construiront quelques années plus tard le plus grand amphithéâtre de tout l'Empire romain : le Colisée (50 000 places).