Calmont (Aveyron)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calmont et Naves.
Page d’aide sur l’homonymie Calmont-de-Plancatge redirige ici.
Calmont
Image illustrative de l'article Calmont (Aveyron)
Blason de Calmont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Cassagnes-Bégonhès
Intercommunalité Communauté de communes Viaur Céor Lagast
Maire
Mandat
Christian Vergnes
2014-2020
Code postal 12450
Code commune 12043
Démographie
Gentilé Calmontois
Population
municipale
1 999 hab. (2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 14′ 59″ N 2° 30′ 48″ E / 44.2497, 2.5133 ()44° 14′ 59″ Nord 2° 30′ 48″ Est / 44.2497, 2.5133 ()  
Altitude Min. 473 m – Max. 755 m
Superficie 30,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Calmont

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Calmont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Calmont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Calmont
Liens
Site web Site officiel

Calmont (également nommée Calmont-de-Plancatge non officiellement), Caumont de Plancatge en occitan, est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Baraqueville Luc-la-Primaube Flavin Rose des vents
Manhac N Trémouilles
O    Calmont    E
S
Sainte-Juliette-sur-Viaur Comps-la-Grand-Ville

Site[modifier | modifier le code]

Aux portes du chef-lieu Rodez, la commune de Calmont est située sur le Ségala à la limite de la région ruthénoise.

La commune est composée de plusieurs villages et de hameaux plus ou moins importants qui voient leur population augmenter en raison de la proximité de la métropole ruthénoise : Rodez. Ainsi, outre Calmont qui donne son nom à la commune, on peut citer Ceignac, Magrin, Milhac, Prévinquières, Lacassagne...etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1996 2002 Roger Caulet SE  
mars 2002 2008 Christian Vergnes DVG  
mars 2008 en cours Christian Vergnes DVG Président de la communauté de communes Viaur Céor Lagast
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 999 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866
238 255 1 375 1 344 1 438 1 443 1 426 1 443 1 415
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 544 1 555 1 524 1 629 1 594 1 565 1 598 1 594 1 562
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 554 1 611 1 551 1 393 1 409 1 514 1 225 1 163 1 116
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 - -
1 224 1 437 1 582 1 752 1 859 1 984 1 999 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Âge de la population[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune de Calmont en 2009[3],[4] ainsi que, comparativement, celle du département de l'Aveyron la même année[5], sont représentées avec les graphiques ci-dessous.

La population de la commune comporte 48,9 % d'hommes et 51,1 % de femmes. Elle présente en 2009 une structure par grands groupes d'âge similaire à celle de la France métropolitaine[Note 3]. Il existe en effet 106 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France l'indice de jeunesse, qui est égal à la division de la part des moins de 20 ans par la part des plus de 60 ans, est de 1,06. L'indice de jeunesse de la commune est par contre supérieur à celui du département (0,67) et à celui de la région (0,89)[6].

Pyramide des âges de Calmont en 2009 en pourcentage[3].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
2,7 
5,2 
75 à 89 ans
14,5 
12,5 
60 à 74 ans
12,0 
23,6 
45 à 59 ans
19,6 
23,1 
30 à 44 ans
20,9 
12,9 
15 à 29 ans
10,7 
22,1 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département de l'Aveyron en 2009 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,7 
10,2 
75 à 89 ans
14,2 
16,9 
60 à 74 ans
17,5 
21,6 
45 à 59 ans
20,3 
18,9 
30 à 44 ans
17,8 
15,1 
15 à 29 ans
13,4 
16,7 
0 à 14 ans
15,1 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Calmont est un village surplombé d'un château du Moyen Âge.

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Halle de Calmont.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Basilique Notre Dame de Ceignac[modifier | modifier le code]

Au cœur du Ségala, sur la commune de Calmont se trouve la Basilique Notre Dame de Ceignac. Lieu de pèlerinage à la Vierge Marie, l'endroit est encore très fréquenté au 15 août et pendant la semaine mariale en septembre.

Initialement, un centre marial a été instauré près de Rodez vers le IIe siècle par Saint Martial de Limoges, évêque des Gaules ; il s'agissait sans doute de la chapelle du Mont devenue en 1150 la basilique Notre Dame de Ceignac ; selon la légende, un prince palatin aveugle avait, dans les années 1150, entrepris un long voyage pour offrir des lampes à la chapelle de Mont dans la forêt de Cayrac afin de recouvrer la vue. Après avoir longuement prié la Vierge, il s'écria : « J'y vois » ! La chapelle de Mont serait depuis devenue un lieu renommé et aurait pris le nom de la basilique Notre Dame de Ceignac. Au XIIIe siècle, une statue en bois fut apportée ; la basilique fut progressivement agrandie ; en 1876, la statue de la Vierge est couronnée, en 1930, une deuxième église est accolée à la première ; la nef centrale, de style roman, correspond à la partie ancienne de l'édifice ; la basilique date pour l'essentiel des XVe et XVIe siècles. Dans l'église, on trouve une mise au tombeau en pierre polychrome, des vitraux, des reliquaires, la statue de Notre Dame de Ceignac (style gothique byzantin), et à l'extérieur, des oratoires médiévaux.[réf. nécessaire][10]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Bernard Destours), Cassanhas : Arviu, Auriac, Caumont, La Grand'Vila, Saumièg, Senta-Jaleda / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Cassanhas, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 1996, ill., couv. ill. ; 28 cm, 240 p. (ISBN 2-907279-30-0, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36693004)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. L'âge est la durée écoulée depuis la naissance. Il peut, selon l'Insee, être calculé selon deux définitions : l'âge par génération (ou âge atteint dans l'année ou encore âge en différence de millésimes), qui est la différence entre l'année de collecte de l'information et l'année de naissance, et l'âge en années révolues, qui est l'âge atteint au dernier anniversaire. Par exemple, à la date du 1er janvier 2012, un individu né le 10 octobre 1931 est âgé de 81 ans en âge atteint dans l'année et de 80 ans si l'on considère son âge en années révolues. Les résultats du recensement de la population sont désormais présentés en utilisant l'âge en années révolues.

Références[modifier | modifier le code]