Callitriche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le genre de plantes aquatiques. Pour les autres sens, voir Callitriche (homonymie).

Le callitriche est un genre de plante aquatique d'eau douce de la famille des Callitrichaceae selon la classification classique ou des Plantaginaceae selon la classification APG II (2003).

Description[modifier | modifier le code]

Callitriche brutia (Sierra Madrona)
Callitriche marginata (sur fond de mare exondée, aux États-Unis)

Les tiges se développent sous l'eau et quand elles atteignent la surface produisent des rosettes caractéristiques de petites feuilles reliées au pied-mère par une tige filiforme flottante. D'après des études faites sur Callitriche platycarpa, cette tige de surface est très fine (diamètre <1 mm)[1]. Au niveau des rosettes de feuilles flottantes, les entrenœuds immatures sont en outre très courts (<2 mm) ; s'ils mûrissent à la surface de l'eau, ils grandiront jusqu'à 10 à 30 mm de long, mais si la plante est immergée ils grandissent plus vite et atteindront 25 à 60 mm. L'allongement de la tige des callitriches est contrôlé par deux hormones connues dans le monde végétal (éthylène et gibbérelline[1],[2]. Comme chez plusieurs autres plantes aquatiques, tiges et feuilles prennent une apparence très différente selon qu'elles sont sous l'eau ou flottantes[3].

A faible profondeur la plante tend à s'étaler et peut autolimiter sa croissance quand l'espèce est déjà densément présente (manque d'espace et/ou de lumière)[4]. Si l'eau est plus profonde, la touffe forme un fuseau qui tend à monter vers la surface.

Habitats[modifier | modifier le code]

Les callitriches sont plutôt des plantes de courants lents (zone lentique) ;

Une étude a porté sur l'effet de la vitesse du courant sur la photosynthèse de Callitriche stagnalis Scop. Elle a conclue que la photosynthèse augmente quand le courant augmente (jusqu'à 8-12 mm s-1)[5], mais qu'au delà elle se réduit au contraire : si la vitesse de l'eau est de 20 ou 40 mm s-1, la quanité d'oxygène produite par la plante diminue respectivement de 5 à 30% et de 13 à 29% [5].

Utilisation[modifier | modifier le code]

En raison de ses capacités bioaccumulatrices et de bioconcentration (pour certains métaux toxiques dont par exemple le Chrome VI, Callitriche cophocarpa Sendt. a été testée pour la phytoremédiation du chrome VI[6].

Quelques espèces[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Musgrave A, Jackson MB & LING E (1972) Callitriche stem elongation is controlled by ethylene and gibberellin. Nature, 238(81), 93-96. (résumé)
  2. McComb A.J (1965) The control of elongation in Callitriche shoots by environment and gibberellic acid. Annals of Botany, 29(3), 445-458.
  3. Deschamp P.A. & Cooke T.J (1984) Causal mechanisms of leaf dimorphism in the aquatic angiosperm Callitriche heterophylla. American Journal of Botany, 319-329.
  4. Sand-jensen K.A.J & VindbÆK Madsen T.O.M (1992) Patch dynamics of the stream macrophyte, Callitriche cophocarpa. Freshwater Biology, 27(2), 277-282 (résumé).
  5. a et b Madsen T.V & Søndergaard M (1983) The effects of current velocity on the photosynthesis of Callitriche stagnalis Scop. Aquatic Botany, 15(2), 187-193. (résumé)
  6. Augustynowicz, J., Grosicki, M., Hanus-Fajerska, E., Lekka, M., Waloszek, A., & Kołoczek, H. (2010) Chromium (VI) bioremediation by aquatic macrophyte Callitriche cophocarpa Sendtn. ; Chemosphere, 79(11), 1077-1083