Callerya megasperma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Callerya megasperma

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Callerya megasperma

Classification
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Fabales
Famille Fabaceae
Genre Callerya

Nom binominal

Callerya megasperma
(F.Muell.) Schot

Synonymes

  • Millettia megasperma (F.Muell.) Benth.
  • Wistaria megasperma F.Muell.

Callerya megasperma est une espèce de plante grimpante de la famille des Fabaceae originaire de l'Est de l'Australie. Il a été initialement décrit comme Wistaria megasperma par Ferdinand von Mueller en 1859 à partir d'un spécimen prélevé près de la rivière Richmond. Il a été longtemps connu sous le nom de Millettia megasperma, après avoir été renommé par George Bentham dans son Australiensis Flora en 1864. Il a reçu son nom actuel en 1994 par AM Schot. Son nom est dérivé des mots du grec ancien « megas » grand et sperma « graine », qui fait référence à ses grosses graines[1].

C'est une liane vigoureuse qui peut atteindre 20 m de longueur, avec des tiges ligneuses à l'écorce écailleuse. Il a des feuilles pennées de 15 à 30 cm de long, composées chacune de 7 à 19 petits folioles brillants elliptiques à obovales, qui mesurent de 4 à 10 cm de long et 2 à 3,5 cm de large. La floraison va de juillet à octobre, les fleurs poussent en grappes de 10 à 25 cm de long[1],[2].

Callerya megasperma pousse dans le sud-est du Queensland et le nord-est de la Nouvelle-Galles du Sud jusqu'à la rivière Richmond[2]. Il pousse dans la forêt tropicale. C'est une espèce indicatrice précieuse car elle pousse souvent en association avec Pararistolochia praevenosa, l'une des plantes servant à l'alimentation des chenilles du rare Ornithoptera richmondia[3]. Callerya megasperma est pour sa part une source de nourriture pour les chenilles de Candalides absimilis et Hasora khoda[4].

C'est une plante de jardin attrayante, qui croît très rapidement quand elle est jeune et a besoin amplement d'espace pour croître et d'une structure qui peut supporter son poids. Elle exige un bon drainage. Elle a été cultivée avec succès à Melbourne, où il lui a fallu 20 ans pour fleurir[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Eliot RW, Jones DL, Blake T, Encyclopaedia of Australian Plants Suitable for Cultivation: Volume 6 (K-M), Port Melbourne, Lothian Press,‎ 1993, 416-17 p. (ISBN 0-85091-589-9)
  2. a et b Modèle:NSW Flora Online
  3. Don Sands, « Conserving the Richmond Birdwing Butterfly over two decades: Where to next? », ECOLOGICAL MANAGEMENT & RESTORATION, vol. 9, no 1,‎ 2008, p. 4-14 (DOI 10.1111/j.1442-8903.2008.00382, lire en ligne)
  4. (en) « How to attract Butterflies to your Garden », SGAP Queensland,‎ 2010 (consulté le 26 August 2011)


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :