Histoire de la Californie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Californie espagnole)
Aller à : navigation, rechercher

La Californie était habitée depuis plus de 13 000 ans par de nombreuses tribus amérindiennes, lorsque les explorateurs européens l'atteignent au XVIe siècle. Oubliée durant le XVIIe siècle par les Espagnols, elle n’est colonisée qu’à partir de 1765 sous l’impulsion de Charles III d’Espagne. Cette colonisation repose sur trois piliers : les missions, qui convertissent les Amérindiens, les « presidios », qui assurent la défense du territoire, et enfin les pueblos, où résident les colons. C’est à cette époque que les Britanniques et les Français commencent à s’intéresser à la Californie, suivis par les Russes au début du XIXe siècle.

À la suite de l’indépendance mexicaine, la Alta California (Haute Californie) devient un État mexicain, mais les États-Unis s’intéressent très vite à la région, si bien qu’ils l’annexent après la guerre américano-mexicaine, en 1848, ces territoires étant dénommés : Cession mexicaine. La Ruée vers l’or fait affluer plus de 200 000 colons dans le nouveau territoire, la partie occidentale devient dès 1850 le 31e État de l’Union. La Californie s’allie aux nordistes lors de la Guerre de Sécession et se développe rapidement grâce au chemin de fer. Ce développement n’est entravé au XXe siècle que par le problème de l’eau et de la pollution, qui sont toujours d’actualité, tout comme les problèmes liés à l’immigration et les tensions raciales.

La domination amérindienne[modifier | modifier le code]

Carte localisant les principaux peuples et tribus amérindiennes avant l'arrivée des Européens

La géographie de la Californie, riche et diverse, et son climat de type méditerranéen ont permis aux Hommes, de s’y installer dès la Préhistoire. En effet, l’eau est abondante (l’océan Pacifique et fleuves : Colorado) et le climat est tempéré (étés secs, hivers doux). Même latitude que la France : environ 35°N)[réf. nécessaire]. Cependant, une grande partie de la Californie est montagneuse, puisqu'elle est bordée par la Sierra Nevada, dont le point culminant est le Mont Whitney, elle possède aussi des déserts très chauds, comme la Vallée de la Mort.

On connaît très peu de choses sur la préhistoire californienne. Les restes de l'Arlington Springs Man[N 1],[N 2],[1], retrouvés sur l’île Santa Rosa (à l'époque île de Santa Rosae), située au sud de la Californie, indiquent que la région est habitée depuis au moins la dernière ère glaciaire (Glaciation Wisconsin), il y a environ 13 000 ans (fin du Paléolithique supérieur). C'est le plus ancien squelette humain connu d'Amérique du Nord.

D’après les anthropologues, cette population aborigène descendrait des peuplades plus anciennes qui passèrent d’Asie (Sibérie) en Amérique du Nord lorsque les deux continents étaient encore reliés, vers la fin du Pléistocène, par un bras de terre[2]. (Voir Théories du premier peuplement de l'Amérique).

Les Amérindiens étaient divisés en de nombreuses tribus réparties à travers le territoire, dont les Chumash, Maidu, Miwok, Modoc, Mohave, Ohlone et Tongva, ainsi qu’une centaine d’autres[3]. Ces groupes parlaient une diversité de langues (environ une centaine[4]) telles que le chimariko, esselen, karok, salinan, washo ou yana. Leur mode de vie était différent selon leur localisation, d'où la difficulté de généraliser : sur la côte, par exemple, les Chumash vivaient de pêche et de collecte des coquillages depuis le IIIe millénaire av. J.‑C.[5] tandis qu’à l'intérieur des terres, les Amérindiens avaient recours à l’irrigation et utilisaient l’eau pour cultiver des melons, du maïs, des haricots et des potirons.

Les chercheurs ont traditionnellement établi six aires culturelles à l’intérieur desquelles les différents peuples partageaient des mœurs et des caractéristiques semblables[6] : territoires de la Californie du Sud, Californie centrale, Californie du nord-ouest, du nord-est, du Grand Bassin et du fleuve Colorado[7]. Selon leur localisation géographique, les tribus entrèrent en contact à des époques différentes avec les colons européens : celles vivant sur les côtes du Sud et du centre rencontrèrent les Espagnols et les Anglais dès le milieu du XVIe siècle, tandis que celles occupant l'intérieur des terres et les régions plus reculées furent isolées jusqu'au milieu du XIXe siècle[8], rendant leurs situations très différentes.

Le temps de la découverte[modifier | modifier le code]

À la recherche d’un eldorado[modifier | modifier le code]

Hernan Cortés

Le XVIe siècle est celui des premières explorations effectuées par les Européens sur la côte californienne. Aux environs de l’année 1530, la rumeur parvient à Nuño Beltrán de Guzmán, administrateur de la Nouvelle-Espagne, que les Sept Villes de Cibola ont des rues pavées d’or et d’argent. À la même époque, Hernán Cortés est attiré par des histoires semblables décrivant Ciguatan, une contrée merveilleuse située loin au nord-ouest, qui serait peuplée par des Amazones et abonderait en or, en perles et en pierres précieuses. Se disant que ces rumeurs et légendes recèlent peut-être un soupçon de vérité et désigneraient un même endroit, une expédition est lancée pour essayer de découvrir ce pays.

En 1533, celle-ci découvre une baie, sans doute celle de La Paz, mais doit repartir au vu de la difficulté que représenterait une exploration des terres plus lointaines. Cortés mène d’autres expéditions, en 1534 et 1535, sans pour autant trouver le pays qu’il recherche. Cependant, le 3 mai 1535, il décide d’appeler la région découverte « l'île de Santa Cruz » (aujourd’hui, c’est la péninsule de Baja California [réf. nécessaire]) et fonde la ville qui devient par la suite La Paz, un peu plus tard ce printemps-là.

En juillet 1539, les histoires qui avaient poussé l’explorateur à l’aventure ressurgissent. Cortés envoie Francisco de Ulloa avec trois petits navires effectuer une nouvelle expédition, qui atteint l’embouchure du Colorado, fait le tour de la péninsule et navigue jusqu’à l’Île Cedros. C’est à l’issue de ce voyage qu’apparaît pour la première fois le nom « California », utilisé pour désigner le nouveau territoire.

À la recherche d’un passage vers les Indes[modifier | modifier le code]

Itinéraire que l’on imaginait être celui du passage

D’autres explorateurs ont plutôt recherché dans cette région un moyen d’accéder plus rapidement à l’Asie (c’était le motif du voyage de Christophe Colomb). Dès le XVIe siècle, des galions espagnols revenant des Philippines longent les côtes californiennes pour descendre ensuite vers Acapulco[9]. Le Portugais João Rodrigues Cabrilho désire ainsi y trouver le mythique Détroit d’Anián, aussi appelé Northwest Passage par les navigateurs britanniques. Œuvrant pour la Couronne d’Espagne, il organise une expédition de deux bateaux, le Victoria et le San Salvador, qui partent de la côte occidentale de ce qui est aujourd’hui le Mexique, en juin 1542. Il débarque le 28 septembre dans la baie de San Diego et revendique au nom de l’Espagne ce qu’il pense être l’île de Californie (l'insularité de la Californie a été longtemps revendiquée par les Espagnols pour des motifs politiques ; elle fut remise en cause par des explorations sur le terrain à partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle[10]).

Poursuivant sa route, il découvre l’Île San Miguel, l’une des îles composant les Channel Islands de Californie. Il désire aller plus au nord pour essayer de découvrir l’hypothétique passage, mais meurt durant le voyage, et le reste de l’expédition est mené par Bartolomé Ferrelo, le pilote de l’expédition, qui arrive jusqu’à la frontière moderne entre les États de Californie et de l’Oregon en suivant le dernier vœu de Cabrilho, à savoir explorer la côte jusqu’au bout. Ferrelo doit cependant rebrousser chemin lorsqu’une forte tempête endommage les nefs et coûte la vie à de nombreux marins. C’est pendant ce voyage que sont faites les premières descriptions des Amérindiens de Californie par les Européens et que l’Alta California (Haute-Californie) est découverte.

Par la suite, en 1579, l’explorateur anglais Francis Drake, en naviguant le long de la côte californienne, découvre le 17 juin ce qu’il décrit comme un excellent port naturel, où la réparation et le réapprovisionnement de ses navires sont possibles. Drake revendique cette nouvelle terre, qu’il appelle Nova Albion en l’honneur de la reine Élisabeth Ire. On ignore cependant où se situait ce port ainsi que l’étendue exacte des terres revendiquées.

Le XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1602, Sebastián Vizcaíno poursuit l’exploration de la côte jusqu’à la baie de Monterey, où il arrive le 16 décembre, et fait un schéma détaillé des eaux côtières de la Californie, qui va être utilisé jusqu'au début du XIXe siècle[11]. Il renomme beaucoup d’endroits déjà explorés par les Espagnols au siècle précédent. D’autres expéditions de moindre importance se succèdent : celles de Tomas Cardova en 1610 et 1636, de Francisco Ortega en 1632 et 1636, de Luis Cestin de Canas en 1642, de Porter y Casanate en 1644, de Bernal de Pinadero en 1667, et celle d’Ysidro Otondo en 1683.

Jusqu'au XVIIIe siècle, aucune colonie n'a été établie en Californie. L'Espagne préfère centrer son attention sur le Mexique, le Pérou et les Philippines, et si elle prétend contrôler toutes les terres touchant l'océan Pacifique, dont la Californie, elle ne profite réellement de la région qu'au niveau des diverses explorations citées plus haut. Les autres puissances coloniales ne considèrent pas, elles non plus, la Californie comme un territoire intéressant. Elle est perçue comme une région sauvage ne possédant à première vue que peu de ressources, ce qui n'intéresse pas les colons ; de plus, son accès est difficile, que ce soit par voie terrestre ou maritime, au regard des moyens de l'époque. Il faut attendre le siècle suivant pour que la Californie paraisse plus attractive et accessible.

La domination espagnole[modifier | modifier le code]

La colonisation[modifier | modifier le code]

Junípero Serra

La menace d’une incursion des Russes depuis l’Alaska et d'une possible concurrence de la Grande-Bretagne pousse Charles III d’Espagne à organiser une colonisation de la Californie en 1765. Cependant, l’empire colonial espagnol n’a plus vraiment les moyens de procéder à un effort aussi important : ce sont donc les moines franciscains, protégés par quelques troupes, qui vont être les pivots de cette colonisation. Entre 1774 et 1791, plusieurs expéditions sont menées pour explorer la région du nord-ouest du Pacifique, mais le roi décide de limiter l’action espagnole en ne dépassant pas la Californie du Nord, à cause du coût trop important d’un tel projet.

En mai 1768, l’inspecteur général José de Gálvez organise une grande expédition. Le capitaine Gaspar de Portolà se porte volontaire pour la diriger. L’expédition terrestre arrive sur le site de l’actuelle San Diego le 29 juin 1769[12] et y établit le Presidio de San Diego. Avide de fouler la baie de Monterey, le groupe avance vers le nord le 14 juillet. Il se déplace rapidement, arrivant à l’actuelle Los Angeles le 2 août, à Santa Barbara le 19 août, et à l’embouchure de la Rivière Salinas le 1er octobre. Le 31 octobre le groupe atteint, pour la première fois, la baie de San Francisco[12], bien que les navires espagnols aient navigué le long de la côte durant près de deux cents ans, sans la découvrir. Le groupe retourne à San Diego en 1770. Laissant le capitaine Pedro Fages responsable du presido, de Portolà retourne au Mexique vers San Blas le 9 juin.

À la suite de cette expédition, la colonisation va commencer à travers trois éléments: l'installation des missions, des « presidios » et des pueblos.

Les missions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Missions espagnoles de Californie.
Tracé de la route El Camino Real et des 21 missions espagnoles en 1821

Junípero Serra, un franciscain espagnol d’origine majorcaine, fonde la chaîne des missions de l'Alta California avec la Mission San Diego de Alcalá en 1769 dont l’église est consacrée le 16 juillet[9]. Plus tard la même année, il suit de Portolà au nord et atteint Monterey en 1770, où il fonde une seconde mission, celle de San Carlos Borromeo.

Le 17 septembre 1776, une expédition espagnole fonde un presidio (fort) à San Francisco et le 9 octobre la mission nouvellement construite est dédicacée à San Francisco de Asis (saint François d’Assise). En 1794, les neuf missions de Californie regroupent 4650 Indiens et 38 franciscains[13]. Le nombre des missions atteint les 20 en 1821.

Les missions de Californie comprennent une série d’avant-postes religieux établis par les jésuites, franciscains et dominicains espagnols, dans le but d’étendre la doctrine catholique parmi les Amérindiens locaux, mais aussi pour fournir à l’Espagne des colonies et des ressources. Les missions introduisent l’industrie et la nourriture européenne dans la région. Elles sont souvent petites, avec deux pères et six ou huit soldats ; elles sont construites et entretenues par le travail des Amérindiens sans rétribution. Elles comprennent des quartiers pour les Amérindiens, logés dans des cabanes[13], des bâtiments agricoles, des ateliers et une église. En plus du « presidio » (fort royal) et du pueblo (la ville), la mission était l’un des trois piliers majeurs de l’Espagne pour consolider et agrandir ses colonies.

Les différentes tribus indigènes ne réagissent pas toutes de la même manière à l’arrivée des missions : certaines coopèrent activement avec les espagnols tandis que d’autres font acte de résistance, passivement ou activement. Le refus de coopérer, la destruction volontaire du matériel, voire la fuite, constituent leurs principales méthodes ; les soldats espagnols y répondent de manière sévère. Cependant, des révoltes plus importantes éclatent à plusieurs reprises. Ainsi, la première mission fondée par Serra est incendiée par les Amérindiens quelques mois à peine après sa fondation ; en 1775, la mission de San Diego est attaquée et un Franciscain assassiné[14] ; enfin, en 1781, les Yuma tuent une trentaine de soldats et quatre missionnaires. Kevin Starr décrit la situation comme un « état de guerre entre les colons espagnols et la majorité des Amérindiens de la région »[15], et ce durant toute l'époque espagnole. Conséquence directe de la colonisation, la population amérindienne diminue rapidement sous l’effet des maladies : on pouvait recenser environ 300 000 Amérindiens en Californie en 1769 ; ils ne sont plus que 200 000 en 1821[16].

Mission San Juan Capistrano

Les avis divergent quant à l’impact qu’ont eu les missions sur les Amérindiens. Le débat a ressurgi dans les années 1980 lorsque Jean-Paul II a procédé à la béatification de Serra, une personnalité controversée[17] qui a souvent été traitée de manière presque hagiographique par ses biographes catholiques et dont la sculpture a été choisie pour représenter la Californie au Capitole des États-Unis[18], avant d'être réétudiée par l'historiographie contemporaine, notamment à partir des années 1980[19]. Plusieurs articles dans les journaux avaient des titres similaires à celui-ci : « Serra : Saint or Sinner? » (« Serra, Saint ou pécheur ? ») - du journal The Sacramento Bee[2]. Aujourd'hui encore l'enseignement de cette époque de l'histoire de la Californie est controversé, les conditions de vie souvent dures des nouveaux convertis et le rôle des Européens dans la grande baisse de population citée plus haut étant parfois occultés. Les historiens notent que les tribus de la côte ont été les plus touchées, tandis que celles qui n’avaient pas ou peu de contact avec les Espagnols ont beaucoup moins souffert[20], que ce soit au niveau des épidémies apportées par les colons ou au niveau des missions.

Les districts militaires et presidios[modifier | modifier le code]

Présidio de San Francisco

Quatre « presidios » sont placés stratégiquement le long de la côte californienne et servent à protéger les missions et les autres installations espagnoles. Chacun de ces forts fonctionne comme une base d’opérations pour une région spécifique. Ils sont organisés comme suit :

Les pueblos[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pueblo de los angeles.

En parallèle se développent plusieurs villes. La première fondée est San José en 1777. El Pueblo de Nuestra Señora la Reina de los Angeles del Río de Porciúncula, connue aujourd’hui sous le nom de Los Angeles, apparaît en 1781 ; et la troisième communauté est Villa de Branciforte en 1797 (Santa Cruz). Les villes sont dirigées par un alcalde (pouvoir exécutif et justice) ou maire, dont le pouvoir est presque illimité dans son pueblo, bien qu’il reste sous les ordres du représentant militaire du gouverneur, le comisionado. L'alcalde sert de président au conseil de la ville ou ayuntamiento, composé de regidores, et qui dirige les affaires générales du pueblo[2].

Influences étrangères[modifier | modifier le code]

Un des bâtiments de Fort Ross.

Le capitaine britannique James Cook, à mi-chemin de son troisième et dernier voyage d’exploration, et malgré l'interdiction édictée par l'Espagnole à tout navire étranger de naviguer le long de toute la côte ouest au nord du Chili[21], dresse au cours de son voyage de 1778 la carte de la côte de la Californie jusqu’au Détroit de Béring. La ville de Yerba Buena (aujourd’hui connue sous le nom de San Francisco), est fondée par l’explorateur britannique George Vancouver, qui avait servi sous le commandement de Cook.

Les Français s'intéressent eux aussi à la Californie. En effet, dans la seconde moitié du XVIIIe  siècle, les contacts entre les marchands français et l’Amérique du Sud se multiplient, et c’est tout naturellement qu’ils arrivent en Californie. Le premier Français à y poser le pied est Jean-François de Galaup, comte de La Pérouse, qui, en 1786, mène un groupe de scientifiques et d’artistes dans un voyage d’exploration ordonné par Louis XVI. Le groupe est accueilli à Monterey et compile de nombreuses informations à propos du système des missions californiennes, du territoire et de ses habitants. Des marchands, baleiniers et missions scientifiques françaises arrivent durant les décennies suivantes[22]. C’est le début d’un intérêt croissant des Français pour la Californie.

Au début des années 1800, des marchands de fourrure de l’empire russe, qui a déjà pris possession de l’Alaska, explorent brièvement la côte californienne et installent des comptoirs commerciaux jusqu’à l'actuel comté de Sonoma. Ils chassent les loutres pour leur pelage jusqu’aux Channel Islands vu que le nombre de phoques et de loutres d’Alaska commence à diminuer fortement. L’une de leurs bases les plus connues est Fort Ross érigé en 1812, où viennent aussi des savants et des naturalistes de l’Académie impériale des Sciences qui s’empressent d’étudier la Californie.

Les Espagnols voyant dans l’arrivée des Russes une concurrence et une menace, la métropole interdit tout commerce avec eux, mais la contrebande contourne ce principe. Lorsque le comte Rezanov, un noble russe dirigeant un navire de commerce, quitte le Presidio de San Francisco, c'est après avoir demandé la main de sa fille au commandeur espagnol, dans la visée d'améliorer les négociations[23]. Le décès prématuré de Rezanov en Sibérie empêche le mariage et les Russes n’avancent plus par la suite : ils quittent le territoire le 1er janvier 1842[24].

Les bouleversements du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le premier quart du XIXe siècle continue la lente colonisation de la côte californienne. En 1820, l'influence espagnole s'étend, du sud au nord, de San Diego au nord de la Baie de San Francisco. Les colons maîtrisent des bandes côtières larges de 40 à 80 km, au-delà desquelles environ 200 000 Amérindiens vivent à l'écart du pouvoir espagnol. En 1819, la signature du traité d'Adams-Onís fait du 42e parallèle la frontière nord de la Californie, qui n'a pas changé depuis. Cependant, le XIXe siècle va être le cadre de grands bouleversements dans la région, qui vont propulser cette province espagnole peu peuplée au rang d'État américain célèbre et prisé.

La Californie mexicaine : entre mécontentement et convoitise[modifier | modifier le code]

Presidio de Monterey, XVIIIe siècle

Bien que la Alta California (« Haute-Californie ») ait été une région située au-dehors des frontières de la Nouvelle-Espagne, elle devient un État à part entière du Mexique en 1821. Sa population d'environ 3 200 colons[16] est faible, comparée à celle des autres États du pays. Elle se concentre surtout sur le littoral sud-ouest, entre Los Angeles et San Diego.

N’étant pas auto-suffisantes, les missions ne reçoivent plus de support après la guerre d'indépendance du Mexique en 1811, et les convertis sont laissés à leur propre sort. En 1832, le Mexique ordonne la dissolution des missions et le partage de leurs terres, qui vont plus souvent aux colons qu’aux Amérindiens. La vente de ces vastes territoires, appelés ranchos, qui étaient jusqu’alors inhabités, intéresse de nouveaux colons. Ces possessions sont surtout utilisées pour l’élevage du bétail par les rancheros, leurs dirigeants, qui sont aidés par les convertis amérindiens des missions. Une élite se forme parmi ces rancheros, qui prend rapidement de l’importance au sein de la province mexicaine.

La Haute-Californie est à cette époque contrôlée par un gouverneur choisi par les dirigeants fédéraux de Mexico. La politique mexicaine est de donner une autonomie limitée à la province. Ainsi une législature, nommée disputación, se réunit à Monterey, mais ses pouvoirs sont en réalité très limités.

Cet état des choses est mal vu par les Californiens, dont le mécontentement apparaît à travers la révolte de la garnison de Monterey en 1828 contre le gouverneur José Maria Echeandia envoyé en 1825. La colonie entre en dissidence et le nouveau gouverneur Mexicain Manuel Victoria envoyé après cela est rejeté par tous, y compris les grandes familles qui avaient jusqu'alors soutenu le régime. En novembre 1831, une insurrection dirigée par les nobles s'empare provisoirement de Los Angeles et de San Diego[25] ainsi que la « révolution » menée par Juan Bautista Alvarado en 1836. Celui-ci prend le contrôle de la capitale, Monterey, et fait déporter la plupart des officiels, tandis qu’il proclame l’indépendance et la souveraineté de la Californie en 1836. Cependant, il ne refuse pas le poste de gouverneur offert par le Mexique en 1837, ce qui met fin à cette autonomie toute relative. En 1842, Alvaredo, haï dans la population du fait de son comportement despotique, est destitué et fait du général Michel Torena le nouveau gouverneur, qui ne tarde pas à se comporter comme son prédécesseur. Au printemps 1846, les habitants de la Californie du Nord se rebellent à nouveau et placent Don José Castro, un Californien d’origine, à la tête du pays.

Une région convoitée par l'étranger

Johann August Sutter

Le Français Eugène Duflot de Mofras, après avoir dirigé au début des années 1840 une importante expédition scientifique en Californie, publie en 1844 un livre décrivant la région. À cette époque où s'affaiblit la domination mexicaine, un capitaine, Joseph de Rosamel écrit qu'« il est évident que la Californie appartiendra à la nation, quelle qu’elle soit, qui y enverra un général et deux cents hommes »[26]. En effet, en 1846, la population espagnole de la région est de seulement 4 000 personnes, soit quelque 800 familles, surtout concentrées dans les grands ranchs du sud ; environ 1 300 Américains et un groupe mixte d’environ 500 Européens sont éparpillés entre Monterey et Sacramento. En outre, le Mexique ne considère pas la province comme une priorité, ce qui renforce les ambitions d'autres États[27]. Depuis le début des années 1820, des trappeurs et coureurs des bois canadiens-français, notamment Louis Pichette et Michel Laframboise, travaillant pour la Compagnie de la Baie d'Hudson, parcourent la région en quête de fourrure de castors, loutres et ours. Ils tracent la future piste de la Californie qui finit sa course à French Camp[26].Par la suite, des Américains et des Britanniques commencent à entrer également en Californie pour y chercher des castors. Utilisant la piste Siskiyou, l’ancienne route commerciale espagnole et, plus tard, la piste de la Californie, ils arrivent dans la province et s'y installent le plus souvent sans l’approbation des autorités mexicaines, ou bien à leur insu. En 1841, le général Vallejo écrit au gouverneur Avarado qu’il n’y a pas de doute à propos de la volonté de la France de devenir maîtresse de la Californie. Les problèmes du gouvernement français empêchent cependant le pays de mener à bien cette volonté.

Durant une période de désaccord avec les Mexicains, le francophile John Sutter menace de faire lever le drapeau français sur la Californie et se place lui-même, ainsi que sa colonie de New Helvetia, sous la protection française. En 1845 le vice-consul français de Californie, Louis Gasquet, conseille vivement au gouvernement français d’envoyer une force navale. Lorsque les troupes américaines occupent Monterey, il crée un incident diplomatique en refusant de reconnaître le nouveau gouvernement. Durant les 51 jours de sa détention à domicile, il continue à espérer que la France intervienne, mais cela n’est pas le cas[22]. Finalement, ce sont les États-Unis qui vont procéder à la conquête de la Californie.

La conquête américaine de 1846[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre américano-mexicaine.
John Charles Frémont

Lorsque la guerre américo-mexicaine est déclarée, le 13 mai 1846, la nouvelle n’arrive en Californie qu’après deux mois (mi-juillet 1846). Le consul américain de Monterey, Thomas O. Larkin, après avoir entendu les rumeurs de la déclaration de guerre, essaie de conserver la paix entre les Américains et la petite garnison mexicaine commandée par José Castro. L’explorateur, soldat et cartographe américain John Charles Frémont arrive en Californie en décembre 1845 avec une soixantaine d’hommes bien armés, et se dirige vers l’Oregon lorsqu’il reçoit la nouvelle de l’imminence de la guerre contre le Mexique[28]. Ayant entendu des rumeurs selon lesquelles les autorités mexicaines veulent arrêter tous les Américains, 30 colons se révoltent et s’emparent de la garnison de Sonoma. Ils hissent le Bear Flag de la République de Californie à Sonoma le 15 juin 1846. Le 23 juin Frémont arrive avec ses troupes et prend le commandement des deux forces[29].

Le Commodore John Drake Sloat ordonne dès lors à ses forces navales d’occuper Yerba Buena (San Francisco) le 7 juillet 1846 et d’y monter le drapeau américain. Le 15, Sloat cède le commandement à Robert Field Stockton, un chef plus agressif. Le 19 juillet la guerre est officiellement déclarée. Les forces américaines prennent alors rapidement le contrôle sur la Californie, en à peine quelques jours.

Le Gouverneur mexicain fuit Los Angeles. Lorsque les forces de Stockton entrent dans la ville, le 13 août 1846, la conquête de la Californie semble complète et ne pas avoir coûté de vie. Stockton, cependant, laisse trop peu d’hommes dans la ville et les Californiens, de leur propre initiative et sans l’aide du Mexique, forcent la garnison à se retirer vers la fin du mois de septembre. Les renforts envoyés par Stockton sont repoussés au cours d’une petite bataille à San Pedro.

Finalement, les forces de Stockton et d’un général, Stephen W. Kearny, entrent à Los Angeles sans résistance le 10 janvier 1847. Trois jours plus tard la « Capitulation de Cahuenga »[30] voit la reddition du dernier corps armé de Californiens, à Fremont. La révolte californienne est ainsi finie.

Par le Traité de Guadeloupe Hidalgo signé le 2 février 1848, les mexicains finiront par céder un vaste territoire aux États-Unis (désigné sous le nom de Cession mexicaine) dont fait partie la Californie.

La Ruée vers l’or[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ruée vers l'or en Californie.
Sutter’s Mill

En 1848, de l’or est découvert à Sutter's Mill[31], à environ 64 km à l’est de Sacramento, dans les montagnes, près de la ville de Coloma. C’est le début de la ruée vers l’or. John Sutter était un colon ayant la double nationalité germano-suisse, qui avait colonisé la région de la Sacramento et de Sutter Creek. James W. Marshall, son charpentier, est celui qui découvre l’or le 24 janvier 1848. Sutter ne désire pas que la nouvelle s’ébruite, mais les rumeurs apparaissaient rapidement et sont confirmées en mars par un marchand et vendeur de journaux, Samuel Brannan, à San Francisco. Le 19 août 1848, le New York Herald est le premier journal de la côte est à confirmer la nouvelle. Le 5 décembre de la même année, c’est le président des États-Unis lui-même, James Polk qui l’annonce devant le congrès.

Piste de la Californie (California Trail) pendant la Ruée vers l’or

De très nombreux émigrants affluent dès lors en Californie, surtout depuis le reste des États-Unis, mais aussi des Européens - Français, Britanniques, Italiens et Allemands - qui arrivent vers la fin de l’année, après le Printemps des peuples. On estime ainsi le nombre d’arrivants en 1849 à 90 000 personnes, qui seront appelées Forty-Niners[32]. Les mineurs français sont surnommés les keskydees par les anglophones, car la plupart, croyant revenir rapidement chez eux, n’ont pas appris l’anglais et sont accompagnés par des interprètes auxquels ils demandent souvent : « Qu’est-ce qu’il dit ? »[22]. En 1848 et 1849, 76 tonnes d’or sont extraites en Californie[33].

La plupart arrivent dans la région soit après un voyage terrestre long et difficile (le long de la piste de la Californie ou California Trail), soit à l’issue d’une croisière faisant le tour complet du continent et passant par le Cap Horn (environ 16 000 km). On estime que le nombre d’arrivants a été de 250 000 personnes, ce qui en fait la plus grande migration de masse de l’histoire américaine[34]. Elle a apporté à la Californie une population importante alors qu’il était auparavant impossible, vu le trop petit nombre d’habitants, d’en faire un État des États-Unis.

Les marchands approvisionnant les mineurs s’installent dans des villes, dont certaines apparaissent à l’occasion, situées le long de ce qui est aujourd’hui la State Highway 49, ainsi qu’à Sacramento et à San Francisco. Après une brève période durant laquelle cette dernière semble n’être qu’une ville fantôme, alors que tous les mineurs immigrés sont dans les régions du nord, elle prend subitement son essor et accueille des banquiers qui financent la recherche de l’or. Entre 1848 et 1850 sa population passe de 1000 à 20 000 habitants permanents. Stockton et Sacramento s’agrandissent de manière semblable[35].

On considère que la fin de la Ruée vers l'or a eu lieu en 1858, et que seulement 10 à 20 % des réserves d’or de Californie ont été exploitées durant celle-ci. La Ruée fait augmenter la pression qui pesait déjà sur les Amérindiens de la région : les mineurs forcent ainsi des tribus entières à quitter les terres riches en or ou bien les enrôlent pour miner. Certains villages sont aussi attaqués par l’armée et des milices volontaires. Plusieurs groupes répondent aux assauts : les Miwoks et Yokuts de la Sierra Nevada et de la vallée de San Joaquin mènent des raids agressifs à l’encontre des propriétés des colons en 1850 et 1851[36]. Cette guerre, nommée Guerre de Mariposa, finit néanmoins par ralentir puis par s’achever en 1860 lorsque la maladie, la famine et la violence ont réduit la population amérindienne à environ 35 000 personnes[37]. Plusieurs tribus disparaissent, par exemple les Yanas, dont le dernier représentant, Ishi, est mort en 1916.

La Ruée vers l'or a été rapidement considérée comme un évènement inédit, avec sa part de réussites et ses aspects négatifs ; les témoignages des années suivantes peuvent hésiter entre sa célébration et la nostalgie de l'époque antérieure. Le développement massif et très rapide a entraîné des mutations profondes dans tous les domaines ; l'influence coloniale ne se ressentait bientôt plus vraiment en dehors du domaine agricole, dans le développement lequel la structuration ancienne des propriétés terrestres joua un rôle important[38].

Les débuts difficiles du nouvel État[modifier | modifier le code]

Le troisième Capitole de Californie, situé à Benicia

Avant que la Californie ne soit officiellement admise dans l’Union elle occupait une place ambiguë au niveau politique. Elle s’était désignée elle-même en tant que république libre mais était contrôlée par un gouverneur tout au long de cette période. Ce n’était ni vraiment une république, ni vraiment un district militaire, ni même un territoire fédéral. Bennett Riley, le dernier gouverneur militaire, organise une convention constitutionnelle en 1849 à Monterey[39]. Les 48 délégués sont pour la plupart des colons arrivés avant 1846, dont huit sont des Californios. La Convention décide à l'unanimité d'interdire l'esclavage, met en place un gouvernement d'intérim qui va gérer la région pendant dix mois et rédige la première Constitution de la Californie. Finalement, le 9 septembre 1850, elle rejoint les États-Unis en tant qu’État libre grâce au Compromis de 1850, seulement deux ans après la fin de la guerre contre le Mexique. Ce n'était pas la seule possibilité : certains colons pensaient qu'il valait mieux réunir la Californie et l'Oregon dans « une république indépendante du Pacifique dominée par des Américains »[40], considérant que ces régions étaient trop éloignées du reste des États-Unis pour entrer dans l'Union[41]. L'unité de l'État est cependant loin d'être faite : dans les régions peu peuplées de la Californie du Sud, certains habitants désirent être séparés de la Californie du Nord. Une forme d'instabilité va donc régner jusqu’au début des années 1860 dans l'État. En effet, la très rapide augmentation de la population rend tout d’abord l’administration difficile ; elle oblige en outre le choix trop rapide d’une capitale où installer le gouvernement, ce qui conduit à plusieurs déménagements successifs de celle-ci.

Choix d'une capitale et organisation de l'État

Ainsi San José est tout d’abord choisie, cependant, si elle représente un symbole puisque c’est la première ville à avoir été fondée en Californie, elle ne possède pas les infrastructures nécessaires pour devenir une véritable capitale et le mécontentement gagne les élus lorsque son accès devient difficile en hiver à cause du mauvais état des routes, par exemple en 1850-1851. Un ancien général et sénateur de l’État, Mariano Guadalupe Vallejo, offre des terres à l’emplacement de la future ville de Vallejo pour en faire la nouvelle capitale. La Législature s’y réunit pendant une semaine en 1852 puis pendant un mois en 1853, mais la même situation se répète : l’endroit ne peut pas accueillir le gouvernement. La capitale est donc très vite déplacée près de la petite ville de Benicia, à proximité de la baie de San Francisco. Une statehouse est érigée dans un style américain ancien. Bien que sise à un point stratégique entre le territoire de la ruée vers l’or et San Francisco, le principal port de la région, la localité est considérée comme inadaptée à de futures expansions. La capitale est par conséquent déplacée à nouveau, cette fois-ci plus à l’intérieur des terres, à Sacramento, localité où elle est toujours située : il y est construit, dès 1860, un capitole néoclassique, ambitieux pour le jeune État encore peu peuplé[42] ; ce symbole du pouvoir accueille la Législature de l'État de Californie et le bureau du gouverneur.

La Californie se dote rapidement d'institutions et s'organise politiquement et administrativement. Le 4 janvier 1850, le comité constitutionnel de Californie recommande la création de 18 comtés dont la liste suit : Benicia, Butte, Fremont, Los Angeles, Mariposa, Monterey, Mount Diablo, Oro, Redding, Sacramento, San Diego, San Francisco, San Joaquin, San Jose, San Luis Obispo, Santa Barbara, Sonoma, et Sutter. Les comtés sont par la suite modifiés à de multiples reprises, jusqu’à arriver aux 58 comtés actuels. En tant que divisions territoriales disposant de pouvoirs au niveau local, ils permettent une meilleure gestion du territoire. L'État met également en place un système éducatif, en établissant une première école normale à San Francisco en 1862, une seconde à San José en 1870, et en fondant en parallèle l'Université de Californie en 1868[42].

Committees of Vigilance et sentiment anti-immigrant

Lynching de Charles Cora et de James Casey par le Committee of Vigilance de San Francisco

Néanmoins, en ce qui concerne la loi et de l’ordre, l’anarchie semble tout d’abord dominer l’État. En 1851 et 1856, on assiste à une montée en puissance des « Committees of Vigilance », des groupes qui profitent du manque d’autorité - par exemple l’absence ou la faiblesse des forces de police - et de l’instabilité du gouvernement pour exercer leur propre loi. Ces comités, qui pensent que le gouvernement est miné par la corruption, se donnent la tâche de punir les criminels, mais essaient également souvent d’expulser les immigrants, surtout des Irlandais. Ceux-ci subissent de nombreux lynchages. Si ces comités, très actifs à San Francisco[43], vont disparaître après 1856 avec la stabilisation de l’État, le sentiment anti-immigrant et la discrimination vont, quant à eux, longtemps persister.

Une loi votée par le Congrès fédéral en 1851 va mettre fin à une autre situation délicate : de nombreux immigrants se sont installés dans les ranchos, au mécontentement de leurs riches propriétaires. La loi a pour but de vérifier la validité des titres terriens des rancheros, après quoi ils peuvent chasser légalement les squatteurs. Cependant le processus dure en moyenne 17 ans, et toutes les propriétés ne sont pas reconnues, ce qui fait que la plupart des rancheros perdent une grande partie de leur fortune. Cette ancienne élite mexicaine, à laquelle on avait pourtant juré après la conquête américaine que ses terres seraient inviolées, perd ainsi sa prédominance en Californie[44] au profit des immigrants et de leurs descendants.

La Californie durant la Guerre de Sécession

Drapeau de la Company Guidon, Company A

À peine une dizaine d'années après sa formation, l'État est confronté à la Guerre de Sécession, qui divise le reste des États-Unis. Le rôle de la Californie dans ce conflit est l’un des domaines les moins documentés de l’histoire des États-Unis et de la Californie. On sait néanmoins qu'elle a joué un rôle distant dans le conflit et qu'elle figurait à l’époque une sorte de microcosme de la totalité du pays, représentant autant le Nord que le Sud. La Californie a en effet été tout d’abord colonisée par des fermiers du Sud et du Mid-West, partisans d’une politique de gouvernement décentralisé et de l’extension des droits accordés aux États. Cependant une minorité de capitalistes venus du nord-est joue un rôle important dans la politique et les finances de l’État. Après la sécession du territoire de l’Arizona et son accession dans la Confédération, les rumeurs disent que la Californie du sud s'apprête elle aussi à faire sécession, ce qui n’est pas arrivé.

En tout, 88 batailles d’importance variable ont été livrées en Californie, la plupart dans le but de prendre de l’or pour la Confédération. La Californie fournit à l’Union environ 15 000 soldats volontaires, dont peu servent durant les conflits majeurs de la guerre, mais qui contribuent autant que les autres États à l’effort de guerre[45].

L'accélération du développement et ses problèmes[modifier | modifier le code]

Chinatown de San Francisco

Après la fin de la guerre en 1865, la Californie continue à se développer. Les mineurs indépendants sont à présent largement remplacés par de grandes corporations minières. De nombreux travailleurs sont renvoyés lorsque des immigrants chinois sont recrutés par les compagnies : les « coolies », qui ont effectué une grande partie des travaux sur les chemins de fer. En 1859, environ 35 000 Chinois sont installés en Californie[46] ; en 1880, ils sont 75 135[47]. Les ouvriers d’origine américaine au chômage se révoltent quand ils perdent leurs emplois tandis que les mineurs chinois manifestent leur mécontentement envers les mauvais traitements qu’ils subissent, autant de la part de leurs employeurs que des autres Californiens. De 1850 jusqu’à 1900, le sentiment anti-immigrés donne naissance à de nombreuses lois qui sont restées en application jusqu’au milieu du XXe siècle. Ainsi, en 1868, le traité de Burlingame restreint l’immigration chinoise[48]. La situation dégénère plusieurs fois, notamment au cours d'une grande attaque de la Chinatown de Los Angeles en 1871, qui cause la mort de vingt-deux Chinois, et d'un conflit similaire à San Francisco en 1877[49] : la « Chinese question » devient un problème majeur. L’épisode le plus flagrant de cette époque, que résume bien le slogan « The Chinese must go ! »[50] est probablement la création et la ratification d’une nouvelle constitution de l’État en 1879, influencée par la situation économique délicate dans plusieurs secteurs[49]. Des lobbies comme le Workingmen’s Party de Deanis Kearney sont les initiateurs de l’article XIX, section 4, donnant à toutes les villes californiennes ainsi qu’aux comtés le pouvoir d’expulser les chinois ou de limiter les lieux où ils peuvent résider. Cet article voté en 1882 persiste jusqu’en 1952 et mène au Chinese Exclusion Act de 1882. La Californie fait aussi passer des lois empêchant les étrangers, spécialement les Asiatiques, d’obtenir un titre de possession de terrain, dans la lignée de l'Alien Land Act de 1913[51].

La révolution du chemin de fer

Une locomotive Goliah de la compagnie Central Pacific

Avant l'arrivée du chemin de fer, la Californie est isolée par rapport aux autres États, malgré les tentatives du Pony Express (courrier) dont l’impact est minimal, et l’introduction de caravanes de chameaux traversant les déserts du sud-ouest. Après la guerre de Sécession, la construction du premier chemin de fer transcontinental en 1869 contribue grandement au rapide développement de l’État[2]. Les directeurs des compagnies s’enrichissent vite et constituent une nouvelle élite qui participe activement à la vie californienne. Les principaux, nommés « Big Four », sont Charles Crocker, Leland Stanford, Mark Hopkins et Collis Huntington[52]. L’agriculture se développe : dans les années 1870 et 1880, la Californie se place à la tête des États en ce qui concerne la production de blé[53] ; c'est le résultat d'une industrialisation du secteur et de la victoire de la grande exploitation commerciale sur la ferme familiale pourtant soutenue par l'État qui y voit l'incarnation des valeurs sociales et spirituelles privilégiées[54]. Toutes les autres industries, dont le tourisme, profitent de l’arrivée des trains et du percement du canal de Panama[55] qui rapproche l'Europe de la Californie, même si une période de dépression suit la fin des travaux. Les lignes se multiplient à l'intérieur de l'État, principalement pour connecter les grandes villes et les banlieues dans le cadre d'une urbanisation qui a déjà tendance à fortement s'étaler : la Pacific Electric Railway, par exemple, relie Los Angeles à sa périphérie ; fondée en 1892, la San Diego Electric Railway est son équivalent pour l'agglomération de San Diego.

Caricature du monopole de la Southern Pacific Railroad sous la forme d’une pieuvre.

Monopole des compagnies ferroviaires et conflits d'intérêt

Cependant ce développement est critiqué : à la fin du siècle, de nombreux Californiens pensent que les Big Four sont devenus bien trop puissants et riches, et qu’ils corrompent le gouvernement. De nombreuses caricatures représentent les grandes compagnies ferroviaires sous les traits de pieuvres contrôlant toute l’économie et les richesses de la Californie. Dans son roman The Octopus : A Story of California, Frank Norris décrit l’asservissement économique qu’imposent les compagnies - dont les dirigeants sont désignés sous le terme de « monstres »[56] - aux agriculteurs de l'État (notamment les membres du Granger movement[49]), et critique vivement les pratiques monopolistiques de la Southern Pacific. En effet, des problèmes apparaissent souvent entre ces firmes et les habitants, notamment au niveau de la propriété des terres traversées par les lignes, qui mènent jusqu’à des poursuites en justice, qui se concluent le plus souvent en faveur des compagnies. Le roman de Norris s’inspire du tragique évènement qui a suivi l’un de ces procès, le 11 mai 1880, connu sous le nom de « Mussel Slough Tragedy », qui a causé la mort de six personnes[57] à l'issue d'une confrontation armée entre des colons, des employés des chemins de fer, et des agents de l'ordre ayant reçu l'ordre d'expulser les premiers[58].

Un autre point qui est mal perçu par la population est le fait que les directeurs des grandes compagnies aient une influence politique considérable : Leland Stanford, par exemple, est élu en décembre 1861 au poste de gouverneur de l’État. Certains hommes politiques, et une partie des Californiens, protestent contre ce genre de pratiques : au début du XXe siècle, Hiram Johnson, un progressiste, devient le chef de file de ce mouvement ; une fois élu gouverneur de 1911 à 1917[59], il met en place des réformes et des mesures de régulation pour lutter contre celles-ci. Des journalistes tels que William Randolph Hearst ont pour cible privilégiée la Southern Pacific durant les décennies suivantes[60]. Autre fait notable, les frog wars : ces conflits sont causés par le croisement de deux lignes gérées par deux compagnies différentes, qui est parfois délibérément organisé par une compagnie pour retarder la construction du chemin de fer de sa concurrente. On peut citer l'exemple de la Southern Pacific, qui bloque la progression à l'ouest du chantier de la Sante Fe jusqu'en septembre 1882, lorsqu'un groupe de citoyens enragés parvient finalement à forcer la direction à abandonner cette méthode[61]. Ainsi, les chemins de fer ont joué un rôle ambigu dans l’histoire de l’État : ils lui ont apporté le développement, la richesse et de nouvelles populations, mais ont d’un autre côté été au centre d’affaires de corruption et de conflits embarrassants[2].

Le XXe siècle : entre grands succès et problèmes pesants[modifier | modifier le code]

L'évènement majeur du début du siècle est le tremblement de terre à San Francisco qui, en 1906, détruit une grande partie de la ville et provoque la mort de 452 personnes. La catastrophe a un grand impact sur la population de la cité, mais aussi sur tous les Californiens, puisque les recherches montrent que la faille responsable du séisme, celle de San Andreas, passe aussi près de Los Angeles. Cette découverte a un impact sur les mentalités : depuis les ravages du séisme de 1906, les Californiens s’attendent à un nouveau séisme de cette envergure, The Big One.

Réussites techniques et dommages collatéraux[modifier | modifier le code]

L'aqueduc de Los Angeles

En 1900, la Californie compte environ 1,5 million d’habitants[62] ; en 1965, elle devient l'État le plus peuplé du pays, dépassant l'État de New York[63]. Plusieurs facteurs permettent d'expliquer la réussite à la fois démographique, économique et culturelle, qui marque la première moitié du siècle. Dans les années 1920, du pétrole est découvert dans l’État, tout d’abord près de Newhall, dans le nord du comté de Los Angeles. Quelque temps plus tard, on en trouve aussi dans le bassin de Los Angeles et dans d’autres régions de la Californie : il devient rapidement l’industrie la plus rentable de la Californie du Sud et attire les nouveaux arrivants. Les premières décennies du XXe siècle voient en même temps la naissance des compagnies du cinéma. Parmi celles-ci, la MGM, Universal et Warner Brothers achètent toutes des terres à Hollywood ; ce petit quartier périphérique de Los Angeles connu sous le nom d’Hollywoodland, va progressivement devenir le centre majeur de l’industrie cinématographique américaine.

Le début du XXe siècle est aussi marqué par plusieurs exploits techniques, dont la construction de l’aqueduc de Los Angeles, qui prélève son eau depuis la Owens River et traverse la Californie de l’est à travers le désert des Mojaves et la Vallée d’Antelope pour alimenter en eau Los Angeles située loin au sud. Œuvre de William Mulholland, il est toujours utilisé aujourd’hui. Son histoire est néanmoins mouvementée : les fermiers de la vallée de l'Owens, qui désapprouvaient le projet parce qu'il détournerait les eaux qu'ils utilisaient pour l'irrigation, décidèrent d'y répondre, la plupart en manifestant, pour certains en utilisant la force : des parties de l'aqueduc furent dynamitées à plusieurs reprises durant des évènements regroupés sous le nom de California Water Wars. Cependant la construction continua ; lorsqu'elle fut achevée, après six ans de travaux, la vallée de l'Owens, devenue aride, n'était plus cultivable[64]. De même, l'Aqueduc Hetch Hetchy, qui utilise les eaux de la Tuolumne, édifié par O'Shaughnessy pour servir San Francisco et sa région, et la construction d'un barrage, causèrent l'inondation de la vallée d'Hetch Hetchy. Dans les deux cas, les travaux furent marqués par des pertes de vies humaines, des conflits d'intérêt, des questions politico-financières[62]. Ces deux gigantesques projets préfigurèrent à la fois les succès et les problèmes que la Californie allait rencontrer durant tout le siècle, et posèrent la difficulté de concilier les infrastructures et les développements massifs nécessaires à l'afflux de population avec la préservation de l'environnement.

L'émergence de la puissance californienne[modifier | modifier le code]

Une « forêt » de grues à pétrole à Signal Hill, près de Los Angeles

Un autre point important du début du XXe  siècle est le succès d’une série d’hommes de loi qui, en exploitant les différences existant entre la loi espagnole et la loi commune anglo-saxonne, réussissent à acquérir les anciens territoires espagnols pour eux-mêmes et leurs clients. Une prise célèbre est celle de la ville d’Anaheim, qui est divisée et vendue à des Allemands et à des fermiers américains. Un grand nombre d’autres terres de ce genre sont protégées par leurs possesseurs pendant quelque temps, comme le Irvine Ranch dans le comté d'Orange.

La Grande Dépression atteint la Californie dans les années trente. Le livre de John Steinbeck, Les raisins de la colère, décrit cette époque, toujours marquée, comme à la fin du XIXe siècle, par la xénophobie et le nativisme d’une partie de la population, qui influence le gouvernement pour renvoyer une centaine de milliers de Mexicains à la frontière, responsables selon eux de la crise économique. Des mesures similaires touchent les immigrants venant des Philippines. Dans le même temps le chômage, en 1931, concerne plus de 700 000 personnes, dont la moitié pour le seul comté de Los Angeles[65] ; tandis que la crise entraîne le déclin de l'agriculture, notamment la culture des agrumes. La croissance en Californie reprend ensuite progressivement, plus vite que dans le reste du pays[66], principalement grâce à l’agriculture (en 1941, la région produit 90 % du vin et des raisins, et est considérée comme le grenier de l'Ouest américain) et à l'apparition d'industries de défense. Avec son climat méditerranéen, sa terre peu chère, et sa grande variété de paysages, elle attire alors beaucoup d’Américains, spécialement ceux du Midwest, mais le tourisme à l'intérieur de l'État est tout aussi important. Le tourisme emploie au milieu de la décennie environ cent mille personnes ; plus d'un million de touristes découvrent la Californie durant ces années, entre mai et octobre[67].

Le North Figueroa Bridge en 1938

La Lincoln Highway, la première route transcontinentale d’Amérique construite pour les véhicules motorisés, achevée en 1913, est un facteur clé du développement de l’industrie et du tourisme dans l’État : elle relie en effet New York à San Francisco ; des effets similaires suivent la création de la Route 66 en 1926 : en 1940, la voiture est devenue à la fois un composant essentiel et un symbole de la Californie[67] ; Los Angeles, en se dotant de feux tricolores et en construisant plusieurs des premières autoroutes, fait figure de pionnière dans ce domaine et préfigure l'importance que va prendre le développement automobile non seulement dans l'État, mais aussi dans tout le pays.

Au début des années 1930 le secteur du show-business a étendu son empire sur la radio et, au milieu du siècle, la Californie du sud est devenue un centre majeur de la production télévisée : elle accueille de nombreuses chaînes et des réseaux comme la NBC et CBS. L'industrie du cinéma se développe. Beaucoup de westerns de l’époque sont tournés dans la vallée de l'Owens, à l’est de la Sierra Nevada. Les films se déroulant dans le désert sont quant à eux filmés dans la vallée de la Mort et le désert des Mojaves ; les films de pirates à Carmel ; et ceux ayant lieu en hiver sont tout simplement tournés dans les San Bernardino Mountains, ou en studio. Après la déclaration du Troisième Reich, de nombreux artistes et intellectuels allemands rejoignent Hollywood[68] ; entre 1933 et 1941, parmi les 200 000 personnes qui quittent l'Autriche et l'Allemagne pour les États-Unis, plus de 10 000 rejoignent la Californie, et surtout Los Angeles[69].

La Californie dans la Seconde guerre mondiale

Photographie du camp de Manzanar, où ont été détenus des Japonais américains

L'attaque de Pearl Harbor marque d'autant plus profondément les Californiens que les journaux entretiennent les jours suivants un sentiment de crainte dû à la relative proximité d'Hawaï. La menace est concrétisée par plusieurs attaques de sous-marins japonais qui, malgré leur relative inefficacité (on peut noter toutefois le naufrage du tanker Montebello[70]), contribuent à instaurer un certain climat de peur, que renforcent les alertes d'attaque aérienne, par exemple celle du 25 février 1942[71]. L'entrée dans la guerre est brutale ; les changements qui l'accompagnent sont d'une rapidité qui a surpris la population elle-même[72] : en à peine sept mois on voit apparaître à Sausalito le chantier naval de Marinship[72]. C'est nombreux que les Californiens se portent volontaires pour participer à des programmes civils de défense[70]. Dans le même temps, alimentée par des rumeurs, la suspicion à l'encontre des Japonais américains grandit, même à l'encontre des communautés bien intégrées ; elle va enfler au fur et à mesure, jusqu'à ce qu'il soit décidé, le 1er mars 1942, sur une proclamation du général DeWitt, de donner aux autorités le pouvoir d'arrêter systématiquement les Japonais, y compris les Japonais naturalisés américains, et de les enfermer dans des camps de détention comme ceux de Manzanar et de Terminal Island, dans la visée d'assurer la sécurité de l'État[73]. Il faut attendre la fin du conflit pour que ces prisonniers, dont le nombre dépasse 110 000 personnes dans le pays, soient libérés, sur ordre du président Truman[73].

« Wendy the Welder » contribuant à l'effort de guerre aux chantiers navals Kaiser de Richmond

Durant la Seconde Guerre mondiale l’État prend son importance dans l’effort de guerre : de nombreuses bases d’entraînement sont établies en Californie (surtout au sud), dont l’industrie aéronautique, qui compte 300 000 travailleurs répartis entre des entreprises comme Douglas Aircraft Company ou Lockheed, est la première du pays[74]. San Diego, Long Beach et la baie de San Francisco, qui devient en 1943 le centre de commandement et le port principal d'embarquement et de ravitaillement de la côte Pacifique[75], accueillent le gros des chantiers navals du pays. Les liberty ships et les victory ships sont produits en masse, et parfois très rapidement (un Liberty ship a ainsi été construit en cinq jours), dans les chantiers de Richmond faisant partie des Kaiser Shipyards : 747 navires au total, un exploit inégalé, que ce soit auparavant ou après dans l'histoire[76] ; la population de la ville passe de 20 000 à plus de 100 000 habitants, dont la plupart sont employés par les chantiers navals ; en tout, entre 1940 et 1945, 500 000 personnes s'installent dans la baie de San Francisco[77]. Ces arrivées massives nécessitent de la part des agences fédérales un effort important : pour la seule région d'Oakland, elles font construire plus de 30 000 logements publics destinés à loger environ 90 000 travailleurs et leurs familles[78]. Le besoin de main d'œuvre fait que les femmes et les personnes de couleur peuvent accéder à des métiers qui leur étaient jusqu'alors refusés[66]. Attirées par les hauts salaires et pensant que la Californie est à l'abri du racisme, d'importantes populations noires rejoignent l'État, surtout à partir de 1942[79] : de 124 000 en 1940, la population noire passe à 462 000 personnes en 1950, qui s'établissent surtout dans les zones urbaines notamment à Watts à Los Angeles et à Richmond près de San Francisco ; leur niveau de vie augmente pour la plupart, mais beaucoup restent l'objet de préjugés raciaux[80] qui causent un sentiment de frustration[81] : en 1941, les demandeurs d'emploi noirs ne sont pas acceptés dans nombre d'usines, ou bien relégués aux travaux peu qualifiés ; la situation évolue néanmoins à partir de l'année suivante[82], même si des difficultés subsistent, par exemple sur le plan de l'habitat.

Durant la guerre, en Californie, le secteur de la fabrication a vu son économie plus que doubler, et le revenu personnel moyen tripler[83]. L'armée est omniprésente dans l'État. Les vastes déserts et les terres arides du Sud sont utilisés pour l'entraînement de plus d'un million d'hommes[72]. San Francisco est considérée comme la meilleure ville de la côte où passer sa permission[84] ; de nombreux soldats se promettent de venir vivre en Californie une fois la guerre finie.

L'époque du baby boom[modifier | modifier le code]

Campus de l’université de Berkeley

Après la guerre, l’immobilier remplace les industries du pétrole et de l’agriculture comme principal domaine d’activité en Californie du sud. L'État se modernise et son économie se développe : à Los Angeles, la première autoroute de tout l'Ouest américain, la 110 Freeway, est achevée en 1953, et, en 1955, Disneyland ouvre à Anaheim. Cependant c'est aussi une période de tensions : en 1965 des émeutes raciales explosent à Watts, dans le quartier de Los Angeles appelé South Central ; 34 personnes sont tuées et plus d'un millier sont blessées[85].

La population californienne augmente rapidement jusqu’à atteindre 20 millions d’habitants en 1970, lorsque la génération du baby boom arrive à la majorité. À la fin des années 1960 celle-ci s’oppose à la guerre du Viêt Nam par de nombreuses grèves et manifestations, notamment dans le célèbre campus de Berkeley de l’Université de Californie, où, le 15 mai 1969, une confrontation entre des officiers de la California Highway Patrol et des manifestants se déroulant près du People's Park provoque un décès tandis que des centaines de personnes sont blessées[86]. Plusieurs commentateurs prédisent même une révolution, mais le gouvernement fédéral promet l’abandon de la guerre, ce qui a lieu en 1974.

La Californie cultive à cette époque l’image d’un État où la vie est facile et le climat paradisiaque. Les chansons populaires de l’époque portent des titres comme « California Dreamin », « If You’re Going to San Francisco », Do You Know the Way to San José et « Hotel California » tandis que la culture du surf bourgeonne. La Californie voit aussi l’apparition du mouvement hippie. En 1967 cette tendance atteint alors son paroxysme : c’est le Summer of Love dans le quartier de Haight-Ashbury à San Francisco.

Le siège social d'Adobe Systems à San José, dans la Silicon Valley

À la même époque, le « Golden State » vit une expansion commerciale et industrielle sans précédent. L’adoption d’un Master Plan for Higher Education en 1960 permet le développement d’un système d’éducation publique très efficace à travers l’Université de Californie et l’Université d’État de Californie. Par cette création de main-d’œuvre éduquée, la Californie attire les investisseurs, particulièrement dans les secteurs liés à la haute technologie.

Dans les années 1950, les compagnies de haute technologie de la Californie du Nord commencent une croissance spectaculaire. Les produits principaux sont : les ordinateurs personnels, les jeux vidéo, et les systèmes en réseau. La majorité de ces compagnies est installée dans la Silicon Valley, située dans la vallée de Santa Clarita, au sud de la baie de San Francisco. Vers la fin du siècle, néanmoins, les spécialistes estiment qu’il y a plus de personnes qui quittent la vallée pour l’Inde qu’il n’y a de personnes qui y viennent.

Avant les années 1960 le système légal de la Californie était connu pour la nature incohérente, répressive et arriérée de ses lois, et ses cours de justice chaotiques et désorganisées. Pendant cette décennie, sous la direction du Chief Justice Roger J. Traynor, la Californie devient libérale et progressiste, et la Cour suprême de l’État est à présent l’une des plus prestigieuses du pays. Elle est connue pour ses nombreuses innovations, notamment au niveau du droit de la famille. Tous ces éléments font que la Californie est reconnue en 1980 comme la huitième plus grande économie du monde.

Une victime de son propre succès ?[modifier | modifier le code]

Le phénomène de smog à Los Angeles

Des millions de travailleurs sont nécessaires pour assurer ces nombreux progrès, or la hausse brutale de la population pose de nombreux problèmes, dont l’étalement urbain, le trafic automobile, la pollution et la criminalité.

Les gouvernements des villes et des comtés sont obligés de limiter la construction au-delà de certaines frontières, ce qui réduit la taille des espaces pour la construction des maisons, etc. Des Open Space Districts sont créés à plusieurs endroits de l’État pour préserver des territoires à leur état naturel. Par exemple, dans la région de la baie de San Francisco, les espaces non-développés permanents permettent la création de grands parcs naturels.

La pollution et le smog qui se développent rapidement dès le début des années 1970 sont aussi des problèmes difficiles à régler. Les écoles sont fermées dans les aires urbaines lorsqu’a lieu un « smog day », c’est-à-dire un jour où la pollution est telle qu’aller dehors est dangereux pour la santé à cause du niveau d’ozone présent dans l’air. Comprenant la nécessité d’arrêter la pollution, la population est prête à changer ses habitudes. Durant les trente années suivantes, l’État mets en place une régulation parmi les plus strictes des États-Unis en ce qui concerne la pollution et le smog et encourage les stratégies de non-pollution dans les différentes industries, dont celle de l’automobile. Le résultat est une baisse significative du smog, mais celui-ci est toujours très présent à différentes époques de l’année et dans certaines régions.

Bien que la pollution de l’air ait été amoindrie grâce aux nouvelles lois, les problèmes qui y sont associés au niveau de la santé continuent à augmenter. La plupart des Californiens résidant dans les grands centres urbains ont des allergies respiratoires, et l’asthme est très répandu. La pollution de l’eau commence à tuer les organismes marins vivant près des côtes. L’empoisonnement des eaux entraîne des comportements anormaux chez les oiseaux, s’ils mangent des algues ou des coquillages contenant, par exemple, de l’acide domoïque, une neurotoxine. En 1961, des milliers d’oiseaux contaminés avaient envahi le nord de l’État ; et, en juin 2006, plusieurs dizaines de cas ont été recensés[87].

Au cours du XXe siècle, c’est aussi le visage de la Californie qui a été profondément transformé : certains lacs ont disparu ou se sont considérablement amoindris au fur et à mesure des aménagements ; certains cours d’eau comme la Los Angeles River ont subi l’urbanisation (les rives du fleuve sont bétonnées sur une grande partie de son cours). Les émeutes de 1992 à Los Angeles sont un exemple parmi d’autres des problèmes sociaux principaux en Californie, à savoir les tensions raciales et l’immigration, illustrées par le vote en 1994 de la California Proposition 187 contre l'immigration illégale[88].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Arnold Schwarzenegger (gauche), Gray Davis, le gouverneur sortant, (droite) et George W. Bush

Le XXIe siècle commence par une crise de l’électricité faisant suite aux mauvais résultats d’une semi-déréglementation du marché de l’électricité dans l’État. Cette crise énergétique est caractérisée par la combinaison de prix extrêmement chers et de pannes de courant répétées entre juin 2000 et le milieu de l’année 2001 : le 14 juin 2000, 97 000 consommateurs sont affectés dans la baie de San Francisco durant une canicule ; le 19 et le 20 mars 2001, 1,5 million de personnes sont affectées. Le 17 janvier 2001 le gouverneur démocrate Gray Davis déclare l’état d’urgence, qui n’est levé que le 13 novembre 2003. Davis, gouverneur depuis le 4 janvier 1999, se présente pour un second mandat en 2002 et remporte l'élection face à Bill Simon avec 47,4 % des voix, bien que sa popularité ait déclinée durant la crise de l'électricité[89]. Cependant, à peine l’élection achevée, Davis est accusé d’avoir caché un déficit du budget de 34,6 milliards de dollars. L'union de ces deux évènements le rend très impopulaire, et à peu près deux millions de Californiens signent des pétitions demandant la reconduite de l’élection contre Davis. 135 candidats se présentent pour remplacer le gouverneur. Le 7 octobre 2003, 55,4 % des votants supportent le rejet de Davis lors de la première phase du vote. La seconde voit l’élection du républicain Arnold Schwarzenegger avec 48,6 % des voix. Entré en fonction le 17 novembre 2003, il est réélu pour un second mandat le 7 novembre 2006 avec 55,8 %.

Les mandats de Schwarzenegger

Schwarzenegger fait de la lutte contre le réchauffement climatique un élément central de sa politique, qui se distingue ainsi de celle de l’administration Bush[90]. Ainsi, en 2006, l’État californien vote une loi, le Global Warming Solution Act, dont le but est de limiter les émissions de gaz à effet de serre. C’est la première fois qu’un État des États-Unis d’Amérique prend une telle décision, alors que l’État fédéral n’accepte pas le Protocole de Kyoto[91]. Le gouverneur effectue plusieurs voyages officiels - au Mexique en 2006, au Canada et en Europe en 2007, entre autres - durant lesquels s'élaborent des collaborations en matière de réduction des gaz à effets de serre et sont signés signés des accords commerciaux. Il place la Californie à la tête du débat climatique en Amérique du Nord en créant, le 26 février, l'Initiative des États de l'Ouest, qui l'unit avec l'Arizona, la Colombie-Britannique, le Manitoba, le Nouveau-Mexique, l'Utah et le Washington, dans un programme régional[92].

Ces dernières années, la Californie a été marquée par des phénomènes climatiques importants et destructeurs dont des vagues de froid comme celle de janvier 2007, et surtout de nombreux incendies dévastateurs, par exemple en octobre 2007, en été 2008 et en été 2009, qui causent des dégâts considérables et font se déteriorer la qualité de l'air dans les régions touchées. La crise économique de 2008-2009 l'a également touchée ; le chômage a atteint en juillet 2009 un taux record depuis la Seconde Guerre mondiale (11,9 % contre 7,3 % en juillet 2008) ; en outre l'État subit, en raison du déficit, une crise budgétaire importante, à laquelle répondent des coupes budgétaires[93] et des initiatives controversées, à l'instar du Marijuana Control, Regulation, and Education Act, proposition de loi qui légaliserait et régulerait la vente du cannabis dans l'État[94].

Le 2 novembre 2010, le démocrate Jerry Brown est devenu Gouverneur de Californie avec 53,8 % des voix contre 40,9 % pour Meg Whitman, effectuant son troisième mandat non consécutif à ce poste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour plus d'informations voir l'article de Wikipédia anglophone : (en) Arlington Springs Man
  2. Les restes ont été successivement considérés comme ceux d’un homme, puis d’une femme, puis, théorie qui prévaut actuellement, comme ceux d’un homme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Los Angeles Times, septembre 2006.
  2. a, b, c, d et e (en) Californiahistory.net
  3. Carte des différentes tribus
  4. (en) Ramón A. Gutiérrez et Richard J. Orsi, Contested Eden : California before the Gold Rush, University of California Press,‎ 1998, 396 p. (ISBN 9780520212749), p.49
  5. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West ! […], page 20
  6. Contested Eden, p.52
  7. (en) California Native American Site
  8. (en) Barry M Pritzker, A Native American Encyclopedia: History, Culture, and Peoples, Oxford, Oxford University Press,‎ 2000 (ISBN 978-0-19-513877-1), p.114
  9. a et b Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, Paris, Albin Michel, 1994, p. 93
  10. Annick Foucrier, « La preuve par les coquillages bleus : la Californie (XVIe-XVIIIe siècles), île ou péninsule ? », Genèses, no 40,‎ 2000, p. 33-52, p.39
  11. Coastal Navigation and Exploration of the Monterey Bay Area par Gary S. Breschini Lire en ligne
  12. a et b Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West !, page 61
  13. a et b Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West !, page 62
  14. Kevin Starr, California : A History, p. 41
  15. Ibid., p. 42
  16. a et b Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West !, page 63
  17. (en) William Francis Deverell et David Igler, A companion to California history, John Wiley and Sons, coll. « Blackwell companions to American history »,‎ 2008, 521 p. (ISBN 9781405161831), p.99
  18. A companion to California history, p.105.
  19. Evolution qui se constate entre autres dans la présentation de Serra dans les manuels scolaires ; A companion to California history, p.111.
  20. Bibliothèque du Congrès
  21. (en) Joshua Paddison, A world transformed : firsthand accounts of California before the Gold Rush, Heyday,‎ 1999, 344 p. (ISBN 9781890771133), p.62
  22. a, b et c (en) The French in Early California
  23. Kevin Starr, California : A History, p. 52
  24. L’empire russe en Californie
  25. L'Histoire, n° 225, octobre 1998, p. 27
  26. a et b Claudine Chalmers, « Une Californie française », Consulat général de France à San Francisco (consulté le 12/07/08)
  27. (en) Joseph R. Grodin, Calvin R. Massey et Richard B. Cunningham, The California state constitution: a reference guide, Greenwood Publishing Group,‎ 1993, 372 p. (ISBN 9780313272288), p.1
  28. (en) Captain John Charles Fremont and the Bear Flag Revolt
  29. (en) Frémont’s California Battalion of Mounted Riflemen
  30. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West !, page 86
  31. (en) [PDF] California Historic Gold Mines - Carte publiée par l'État de Californie détaillant l'emplacement de plusieurs milliers de mines d'or (accès le 8 janvier 2007)
  32. Rooted in barbarous soil: people, culture, and community in Gold Rush California, Starr, Kevin et Orsi, Richard J. (eds.) (2000), pp. 57-61, Berkeley and Los Angeles: Univ. of California Press. ISBN 0-520-22496-5
  33. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West ! [...], p.130
  34. (en) Site officiel du California Trail National Historic Trail
  35. (en) The Library of Congress > American Memory Home
  36. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West !, page 84
  37. (en) Page concernant la Mariposa War sur le site du Military Museum
  38. (en) Cletus E. Daniel, Bitter harvest, a history of California farmworkers, 1870-1941, University of California Press,‎ 1982, 384 p. (ISBN 9780520047228), p.18
  39. California's Constitutional Convention of 1849 Page sur la Convention de 1849 sur le site Militarymuseum.org
  40. « Pacific republic dominated by Americans »
  41. The California state constitution..., p.2
  42. a et b Kevin Starr, California : A History, p.108
  43. (en) « Documents du SFMuseum à propos des Committees of Vigilance »
  44. (en) California History
  45. (en) « Site sur la Californie dans la Guerre de Sécession » et (en) « The California State Military Museum »
  46. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West ! [...], p.133
  47. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West ! [...], p.124
  48. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West ! [...], p.134
  49. a, b et c The California state constitution..., p.10
  50. (en) Richard Steven Street, Beasts of the field: a narrative history of California farmworkers, 1769-1913, Stanford University Press,‎ 2004, 904 p. (ISBN 9780804738804), p.289
  51. La civilisation américaine, collectif PUF, ISBN 978-2-13-055409-7
  52. (en) « The Big Four »
  53. Starr, California : A history, p.150
  54. Bitter harvest..., p.19
  55. Jacques Binoche, Histoire des États-Unis, Paris, Ellipses, 2003, ISBN 978-2-7298-1451-9, page 133
  56. John Moody, The railroad builders: A chronicle of the welding of the states, p.212 Yale University Press, 1919
  57. (en) « Tragedy at Mussel Slough »
  58. Rudolph Daniels, Across the continent: North American railroad history, Indiana University Press, 2000
  59. Brian P. Janiskee et Ken Masugi, Democracy in California, Government and Politics in the Golden State, p.25 Rowman & Littlefield, 2007
  60. Bill Yenne, The history of the Southern Pacific, p.74, Brompton Books Corp., 1985
  61. Stephen E. Donaldson et William A. Myers, Rails through the orange groves, Volume I., p.43 Trans-Anglo Books, 1990
  62. a et b Kevin Starr, California : A History, p. 171
  63. Antoine Coppolani, « La Californie de Brown à Reagan, ou l'agonie du libéralisme (1958-1966) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, no 51,‎ juillet-septembre 1996, p. 27-42, p.28
  64. (en) pbs.org, « William Mulholland » (consulté le 10/07/08)
  65. James Worthen, Governor James Rolph and the Great Depression in California, McFarland, 2006', p.121
  66. a et b The Human Tradition in California, Clark Davis, David Igler, Rowman & Littlefield, 2002, p.147
  67. a et b Kevin Starr, The Dream Endures, p.4
  68. Kevin Starr, The Dream Endures, p.342
  69. Kevin Starr, The Dream Endures, p.367
  70. a et b Roger W. Lotchin, op. cit., p.15
  71. Roger W. Lotchin, op. cit., p.18
  72. a, b et c Roger W. Lotchin, The Way We Really Were: The Golden State in the Second Great War, University of Illinois Press, 2000, p.19
  73. a et b Kevin Starr, California : A History, p.227
  74. The American West, p.109
  75. Kevin Starr, California : A History, p. 228
  76. (en) National Park Service, « Richmond Shipyard Number Three: World War II in the San Francisco Bay Area: A National Register of Historic Places Travel Itinerary » (consulté le 11/07/08)
  77. Urban Policy in Twentieth-century America, Arnold Richard Hirsch, Raymond A. Mohl, Rutgers University Press, 1993, p. 11
  78. Arnold Richard Hirsch, Raymond A. Mohl, op. cit., p. 12
  79. Seeking El Dorado: African Americans in California, Lawrence Brooks De Graaf, Kevin Mulroy, Quintard Taylor, Autry Museum of Western Heritage, publié par University of Washington Press, 2001, p.27
  80. The American West: A Modern History, 1900 to the Present, Richard W. Etulain, Michael P. Malone, U of Nebraska Press, 2007, p.146
  81. Seeking El Dorado, p.29
  82. Seeking El Dorado, p.28
  83. Kevin Starr, California : A History, p. 237
  84. Kevin Starr, California : A History, p. 230
  85. (en) www.usc.edu, « Los Angeles - A City in Stress : 144 Hours in August 1965 » (consulté le 19/01/08)
  86. (en) Time.com, « Postscript to People's Park »,‎ Lundi 16 février 1970 (consulté le 19/01/08)
  87. Voir les articles sur Yahoo et http://www.msnbc.msn.com/
  88. Annick Foucrier et Antoine Coppolani, La Californie : périphérie ou laboratoire ?, L'Harmattan,‎ 2004, 299 p. (ISBN 9782747567664), p.158
  89. (en) Carla Marinucci, « State gives president tepid ratings - Power crisis blamed for 42% approval », San Francisco Chronicle,‎ 29 mai 2001 (consulté le 19/01/08)
  90. « Le NYT choisit Hillary Clinton et le Los Angeles Times Schwarzenegger », dépêche AFP dans Le Monde, 15/10/2006, [lire en ligne]
  91. Article du Figaro
  92. (en) « The Western Climate Initiative » (consulté le 19/01/07)
  93. « En Californie, Schwarzenegger se montre inflexible », Le Figaro,‎ 6 août 2009 (consulté le 02/09/09)
  94. (en) « Full text of Assembly Bill 390 »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • Kevin Starr, California : A History, New York, Modern Library, 2005, ISBN 978-0-8129-7753-0 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Kevin Starr, Embattled Dreams: California in War and Peace, 1940-1950, Oxford University Press, 2003, ISBN 978-0-19-516897-6
  • Kevin Starr, Coast of Dreams: California on the Edge, 1990-2003, Knopf, 2004, ISBN 978-0-679-41288-5
  • Gordon Morris Bakken California History: A Topical Approach, Harlan Davidson, 2002, ISBN 978-0-88295-971-9
  • Robert Cherny, Competing Visions: A History Of California, Houghton Mifflin Company, 2000, ISBN 978-0-395-95964-0
  • James J. Rawls, California: An Interpretive History, McGraw-Hill, 2002, ISBN 978-0-07-331326-9
  • Richard Rice, William Bullough et Richard Orsi, The Elusive Eden: A New History of California, McGraw-Hill, 2001, ISBN 978-0-07-241810-1
  • Hundley, The great thirst: Californians and water - a history, University of California Press,‎ 2001, 799 p. (ISBN 9780520224568)
  • Richard Henry Dana, Two Years Before the Mast, récit du commerce de peaux et du suif en Californie dans les années 1830
  • Sucheng, Chan et Spencer C. Olin, Major Problems in California History, Houghton Mifflin Company, 1996, ISBN 978-0-669-27588-9

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 14 janvier 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.