Calculatrices HP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dès l'introduction en 1972 de sa première calculatrice scientifique de poche, la HP-35 (qui doit son nom au nombre de touches), la firme Hewlett-Packard s'est imposée dans la communauté scientifique et chez les étudiants. Optant pour la notation polonaise inverse dès le milieu des années 1960 avec les précurseurs que furent les séries HP 98XX[1], Du fait de l'absence de l'utilisation de parenthèse, l'utilisation semble inhabituelle, mais l'on constate rapidement qu'elle est beaucoup plus proche de ce qui se passe lorsque l'on effectue les calculs a la main, utilise moins d’opération que sur les autres calculettes et permet de voir les résultats intermédiaires.

1972 Série Classic[modifier | modifier le code]

Calculatrice HP 35.
  • HP-35, la première calculatrice électronique de poche comportant les fonctions disponibles sur une règle à calculer. Elle a été nommée "35" car elle comportait 35 touches. Quatre séries de productions ont été faites, dont la première, que les collectionneurs nomment "Red Dot" à cause du point rouge se trouvant en face de la position "ON" de l'interrupteur, atteint actuellement quelques milliers de dollars sur le marché.
  • HP-80 Première calculatrice financière.
  • HP-45 évolution de la HP-35.
  • HP-65 Première calculatrice programmable. La technologie de mémoire permanente étant à ce moment encore trop chère, elle a été remplacée par une mémoire de masse en forme de languette magnétique la calculatrice disposant d'un lecteur de carte intégré,
  • HP-70 Calculatrice financier d'entrée de gamme, version allégée de la HP-80,
  • HP-55 Calculatrice scientifique programmable avec une horloge a quartz.

1973 Série Classic avec imprimante[modifier | modifier le code]

  • HP-46: HP-45 avec imprimante intégrée [2]
  • HP-81: HP-80 avec imprimante intégrée [3]
  • HP-46, 56, 66 and HP-9805 étude style[4].

1975 calculatrice de poche de deuxième génération[modifier | modifier le code]

  • HP-10 Calculatrice de seconde génération
  • HP-21 = HP-35 de seconde génération
  • HP-22 Calculatrice financière
  • HP-25 Calculatrice scientifique programmable
  • HP-25C = HP-25 avec mémoire permanente.
  • HP-27 calculatrice tout faire(Sci/Stat/Math/Bus)
  • HP-29C & HP-19C haut de gamme des calculatrices a mémoire permanente

1976 Calculatrices de bureau de seconde génération[modifier | modifier le code]

sans lecteur de carte magnétique[modifier | modifier le code]

  • HP-91 Calculatrice scientifique avec imprimante
  • HP-92 Calculatrice scientifique et financière avec imprimante
  • HP-95C Calculatrice programmable, non commercialisée

avec lecteur de carte magnétique[modifier | modifier le code]

  • HP-67 & HP-97: Calculatrice de poche et de bureau. La HP-67est la remplaçante évoluée de la HP-65. Les programmes écrits pour la HP-65 sont compatibles avec la HP-67. La HP-97 est une Hp-67 avec imprimante[5].
  • HP-97S: Hp-97 avec interface HP-IL pour contrôler des instruments de mesure et faire de l'acquisition de données.

Série Woodstock[modifier | modifier le code]

Calculatrice tous usages HP 27.
Calculatrice financière HP22.
  • 1975 :
    • HP-21, calculatrice scientifique de base, remplaçante de la HP-35
    • HP-22, calculatrice financière de base, remplaçante de la HP-70
    • HP-25, calculatrice scientifique programmable.
  • 1976 :
    • HP-25C, première calculatrice scientifique et programmable à mémoire continue. (C pour "Continuous Memory"). Les mémoires permanentes, devenues plus abordables, remplacent le stockage externe.
    • HP-27, le "couteau suisse". Elle combine fonctions financières et scientifiques
HP 29C
  • 1977 : HP-29C, calculatrice scientifique et programmable à mémoire continue, plus évoluée que la HP-25C

Série Topcat[modifier | modifier le code]

Ce sont des calculatrices de bureau avec imprimante, mais qui fonctionnent aussi sur batteries. En 1976, HP sort trois calculatrices:

  • HP-91, calculatrice scientifique et statistique avec imprimante.
  • HP-95C, calculatrice scientifique et programmable à mémoire constante. N'a pas été commercialisée car étant une version allégée de la HP-97 (pas de lecteur de cartes magnétiques) pour à peu près le même prix. N'existe que sous forme de prototype.
  • HP-97, déclinaison avec imprimante de la HP-67. Les deux calculatrices sont compatibles et peuvent s'échanger des données ou des programmes via le lecteur de cartes magnétiques.

En 1977, HP sort trois calculatrices:

  • HP-92, calculatrice financière évoluée avec imprimante.
  • HP-97S, calculatrice HP-97 avec un port d'extension d'entrée/sortie.

Série Sting[modifier | modifier le code]

En 1977, il n'y en a que deux, mais ce sont les seules calculatrices électroniques de poche à imprimante commercialisées par Hewlett-Packard.

En 1977 HP commence aussi la production de la première montre/calculatrice, la HP-01

Série Spice[modifier | modifier le code]

  • 1978 :
    • HP-31E, calculatrice scientifique, remplaçante de la HP-21.
    • HP-33E, calculatrice scientifique programmable, remplaçante de la HP-25
    • HP-38E, première calculatrice financière et programmable.
    • HP-32E, calculatrice scientifique et statistique.
  • 1979 :
    • HP-33C, calculatrice scientifique programmable, remplaçante de la HP-25C
Calculatrice scientifique HP 34C.
  • HP-34C, première calculatrice (programmable) à intégrer les fonctions de résolution de zéro d'une équation (par la méthode de Newton) et d'intégration numérique.
  • HP-37E, calculatrice financière.
  • HP-38C, version à mémoire continue de la HP-38E.

Série Coconut[modifier | modifier le code]

Calculatrice alphanumérique programmable HP41 et divers accessoires.

En 1979 sort la HP-41, première calculatrice alphanumérique, également considérée comme un ordinateur de poche. Première calculatrice HP à écran à cristaux liquides. À noter que si la calculatrice est dotée d'une mémoire vive importante et extensible, les ingénieurs HP ont opté pour la compatibilité avec les modèles précédents (HP-65 et 67) par la possibilité de joindre à la machine un lecteur de cartes magnétiques.

Cette série très populaire comportait de nombreux accessoires : modules d'extension de mémoire ou d'applications, mais aussi des périphériques connecté au calculateur par le système HP-IL[6] tel que imprimante, lecteur de cassette, disquette, bande magnétique, interface vidéo, lecteur de code-barresetc.[7]

Série Voyager[modifier | modifier le code]

Succédant aux Spice (HP-3x), elle bénéficient de leurs performances qui ont été améliorées et d'un écran non plus en DEL mais à cristaux liquides très lisible. Leur orientation horizontale leur confère une ergonomie et une lisibilité accrues, fortement appréciées de leurs utilisateurs qui n'hésitent pas à sonder le marché de l'occasion pour en acquérir une, souvent à un multiple du prix de vente initial.

  • 1981 :
    • HP-10C, modèle simplifié similaire au HP-31E excepté la conversion "mesure anglo-saxonne"/métrique,
    • HP-11C, en plus des fonctions de la HP-10C elle intègre les fonctions hyperbolique, de probabilité, factorielles et un générateur de nombres aléatoires.
    • HP-12C le grand classique des calculatrices financières et est encore fabriquée aujourd'hui.
    • HP-15C la première calculatrice scientifique à intégrer le calcul avec nombres complexes et avec matrices réelles (jusqu'aux dimensions 8x8) ou complexes (jusqu'aux dimensions 4x4), tout en reprenant de la HP-34C la résolution d'équations et l'intégration numérique.
  • 1982 : HP-16C, première et à ce jour seule calculatrice destinée aux informaticiens.

Série Pionneer[modifier | modifier le code]

  • HP-22S calculatrice scientifique similaire a la HP-32S mais sans avoir besoin de programmation.
  • HP-27S calculatrice "bonne a tout faire" mais essentiellement calculatrice scientifique similaire a la HP-27.
  • HP-32S, scientifique, et son successeur HP-32Sii: ces modèles reprennent essentiellement les fonctionnalités de la HP-15C, mais limitent la mémoire disponible à 384 octets. Le modèle 32Sii permet la saisie et l'affichage de fractions et d'équations en notation algébrique standard, sans pour autant renoncer à la notation polonaise inverse pour toutes les autres opérations et fonctions.
  • HP-10B, financière
  • HP-17B puis HP-17B II, financière

Autres calculatrices[modifier | modifier le code]

  • 1987 : HP28C (puis HP28S), première calculatrice permettant le calcul symbolique et intégrant le RPL
  • 1988 : HP-42S, demeurant selon certains passionnés la meilleure calculatrice HP jamais produite, compatible avec les programmes écrits pour la HP-41, incluant le calcul imaginaire, le calcul matriciel, l'intégration numérique, les variables multiples. On ne lui reproche que l'impossibilité de sauvegarder les programmes et données sur support externe, car avec son écran graphique (131 x 16 pixels) à deux lignes alphanumériques, sa mémoire RAM de 7 200 octets, (soit au maximum 7 200 instructions de programmes, ou 895 registres adressables alphanumériquement), elle offrait une nouvelle dimension dans la puissance et le confort d'utilisation des calculatrices de poche. Aujourd'hui encore, malgré son architecture Saturn vieillissante, cadencée à 1 MHz, on ne trouve, dans sa catégorie, aucune machine équivalente à la HP-42S en termes de confort d'utilisation et de capacités de programmation, ce qui en fait une machine encore largement utilisée par de nombreux ingénieurs du monde entier.
  • 1990 : HP-48SX, la première d'une série à succès (modèles 48S, 48SX, puis 48G et 48GX).
  • 1999 : HP-49G, successeur de la HP-48GX, est la première calculatrice HP avec calcul algébrique symbolique intégré. Le système d'exploitation n'est plus figé dans une mémoire ROM, mais se trouve dans une zone Flash-ROM et peut ainsi être mis à jour via connexion à un ordinateur par câble. Beaucoup d'utilisateurs de cette calculatrice ont cependant déploré la mauvaise qualité de fabrication, surtout concernant les touches extrêmement rigides, et l'absence du port infrarouge.
  • 2000 : HP-Xpander[8], dernier projet de la division Corvalis, a été abandonné alors que des échantillons avaient été distribués gratuitement à des professeurs. Ils atteignent actuellement plusieurs centaines d'euros sur les sites de vente en ligne.
  • 2006 : HP-50G, le top de la gamme et la plus puissante calculatrice jamais mise en vente par HP. Plus de 2300 fonctions intégrées, y compris le calcul algébrique symbolique, des milliers de programmes gratuits disponibles sur le web et la possibilité d'ajouter des fonctionnalités à l'aide de cinq langages de programmation différents. La qualité de fabrication est nettement améliorée par rapport au modèle précédent (HP-49G) et l'écran a été agrandi légèrement. Le port infrarouge est de nouveau disponible ; la calculatrice possède un lecteur intégré de cartes SD.
  • 2007 : HP-35s, calculatrice sortie pour célébrer le 35e anniversaire de la célèbre HP-35 qui est sortie en 1972; la 35s est proche de la 33s. Elle reprend essentiellement les fonctionnalités de la HP-32Sii, ajoute le calcul vectoriel (vecteurs à deux ou trois dimensions) et un tableau de constantes scientifiques, et offre enfin 32 kilooctets de mémoire, soit environ 85 fois plus que sur la 32Sii.

Actuellement, la production de la plupart des nouveaux modèles de calculatrices HP est sous-traitée par Kinpo, société chinoise.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Museum of HP CalculatorsSur le site hpmuseum.org
  2. (en) Description de la HP-46 Sur le site hpmuseum
  3. (en) Description de la HP-81 Sur le site hpmuseum
  4. Liste des calculatrices HP Sur le site hpmuseum
  5. Description des HP67 et HP97 sur le site hpmuseum
  6. similaire a l'USB actuel
  7. (en) HP-41 Accessories, sur le site hp-collection.org
  8. Image de Hp-expander Sur le site hpmuseum