Caisse générale du commerce et de l'industrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Caisse générale du commerce et de l'industrie

Création 1836
Disparition 1848
Fondateurs Jacques Laffitte
Personnages clés Alexandre Goüin
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Activité Banque

La Caisse générale du commerce et de l'industrie, fut créée en 1836 par Jacques Laffitte, banquier et homme politique français (1767-1844), qui fut auparavant gouverneur de la Banque de France et Président du conseil de Louis-Philippe Ier.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Caisse générale du commerce et de l'industrie fut l'une des premières banques françaises pour le crédit à long terme aux entreprises. L'entreprise, destinée à financer le développement industriel, prototype des banques d'affaires qui prirent leur essor dans la seconde moitié du XIXe siècle, n'eut pas le succès au préalable escompté. Au décès de Laffitte, Alexandre Goüin (1792-1872) la reprit, sous la raison sociale Caisse générale du commerce et de l'industrie A. Goüin et Cie, et dut la liquider après la crise politique et économique de 1848.

Jacques Laffitte, qui avait trois décennies plus tôt fait son apprentissage dans les bureaux du banquier Jean Frédéric Perregaux (1744-1808), et repris en 1808 la Banque Perregaux devenue Banque Laffitte, subissait depuis 1830 des revers de fortune[1]. Sa liquidation terminée en 1836, il réussit à créer une nouvelle banque d'affaires au capital de 55 millions grâce au système de la commandite, la Caisse générale du commerce et de l'industrie J. Laffitte et Cie[2], avec comme associés principaux l'un de ses frères et François Désiré Lebaudy.

« Nous avons donc besoin d'associations assez fortes et d'une organisation assez intelligente, pour seconder l'industrie et le commerce dans les temps prospères, et pour leur venir en aide dans les temps difficiles. Les banques publiques ont, jusqu'à ce jour, rendu moins de services qu'elles n'en promettent, ce qui est dû à la méticuleuse réserve des formes qui leur sont imposées; les banques privées, n'étant que des spéculations individuelles, sont dépourvues de cette puissance que donne la mutualité des intérêts, entre elles et le public industriel; et, bien qu elles influent sur la marche des affaires commerciales, elles ne présentent pas de garanties de contrôle et de publicité. Ce sont ces considérations qui m'ont inspiré la pensée de l'établissement que je réalise aujourd'hui. »
— Jacques Laffitte (15 juin 1837)[3].

Dès 1827, Laffitte avait tenté de lancer une Société commanditaire du commerce et de l'industrie. Puis des saint-simoniens, parmi lesquels les jeunes frères Pereire, avaient formé le projet d'un nouveau « système des banques » pour que l'économie bénéficie plus largement des miracles du crédit[4]. Mais c'est seulement sous le Second Empire que s'affirme le rôle des banques en sociétés anonymes par actions, avec en 1850 la Caisses des Actions Réunies puis en 1852 le Crédit mobilier et surtout le Crédit foncier, qui va financer la transformation des grandes villes, en particulier de Paris, mais ne sera pas le promoteur du crédit l'agriculture espéré[5], la chronologie de l'histoire des banques en Europe montrant un réveil assez tardif en France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Bertaut, Les Dessous de la finance, Tallandier, 1954, p. 80-81.
  2. http://economix.u-paris10.fr/docs/9/schalck_RE.pdf
  3. Caisse générale du commerce et de l'industrie, par Jacques Laffitte et consacré à son expérience de banquier
  4. L'essor des grandes banques, site de la Fédération bancaire française
  5. http://www.fbf.fr/Web/internet/content_fbf.nsf/(WebPageList)/Historique+-+3+-+essor+des+grandes+banques+1860-1914?Open

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jacques Laffitte, Caisse générale du commerce et de l'industrie : statuts et constitution définitive, 1837 (Google books)
  • Albert Broder, L'économie française au XIXe siècle, 1993 (Google books)
  • Monbrion, Dictionnaire universel du commerce, de la banque et des manufactures, 1850

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]