Cairine Wilson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'hon. Cairine Wilson

L'honorable Cairine Reay MacKay Wilson (4 février 1885 - 3 mars 1962) était la première femme à être nommée au sénat du Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Montréal sous le nom de Cairine Reay Mackay, elle est la fille de Jane Mackay et Robert Mackay, un sénateur libéral et un ami personnel de Sir Wilfrid Laurier.

En 1909, elle épouse Norman Frank Wilson, le député libéral de Russell et ils déménagèrent à Rockwell pour fonder une famille. En 1918, les Wilson déménagent à Ottawa, où Cairine réalisa beaucoup de bénévolat. Elle aida à fonder l'association libérale du XXe siècle et la fédération nationale des femmes libérales du Canada, pour laquelle elle fut présidente de 1938 à 1948.

Nommée première sénatrice dans l'histoire du pays à l'âge de quarante-cinq ans à la date du par le gouvernement de Mackenzie King, seulement quatre mois après que l'affaire Persons fut livrée par le comité judiciaire du Conseil Privé. Auparavant, les femmes n'avaient pas le droit servir au Sénat car les tribunaux inférieurs avaient établi qu'elle n'étaient pas des personnes entières selon la loi.

Cairine Wilson est connue pour sa lutte qui visait à admettre davantage de réfugiés juifs allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Mackenzie King hésitait à admettre autant de Juifs dans le pays, et son ministre de l'immigration ne désirait pas lui non plus admettre des immigrants juifs.

En raison de ces disputes intérieures, elle ne put obtenir qu'un maigre quota de 100 Juifs pouvant entrer au Canada, et seulement deux ont eu la chance d'y arriver. Elle reçut alors le titre de Reine des causes désespérées, et le Canada était le pays qui accepta le plus petit nombre de Juifs de tous les pays du Commonwealth lors de la dictature du troisième Reich.

En 1938, elle dénonça les accords de Munich, une tentative d'apaiser Hitler, en tant que présidente de la société de la ligue des nations du Canada. En 1949, le premier ministre Louis St-Laurent la choisit pour être la première déléguée féminine canadienne à l'Assemblée générale des Nations unies.

Présidente du comité national canadien pour les réfugiés et première femme à présider un comité permanent au Sénat (Immigration et travail), elle reçoit la croix du chevalier de la légion d'honneur française en 1950 pour son travail en faveur des enfants réfugiés.

Cairine Wilson fit également l'histoire parlementaire en 1955 lorsqu'elle est devenue la première vice-présidente de la Chambre. Son mari Norman, qui était longtemps d'une santé chancelante, mourut le 14 juillet 1956.

Cairine Wilson est morte d'une crise cardiaque à Ottawa le samedi 3 mars 1962 à l'âge de 77 ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]