Cahier d'un retour au pays natal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cahier d'un retour au pays natal
Auteur Aimé Césaire
Genre poème en prose
Version originale
Langue originale français
Pays d'origine Drapeau de la France France
Version française
Lieu de parution Paris
Date de parution 1939

Cahier d'un retour au pays natal est une œuvre poétique d'Aimé Césaire parue en 1947.

Présentation[modifier | modifier le code]

Rédigé en 1936-1939, le Cahier se présente comme un long texte d'une quarantaine de pages, sous forme de vers libres. Influencé par le surréalisme, il mêle métaphores audacieuses et expression de la révolte. André Breton lui rendra hommage dans son texte Martinique charmeuse de serpents.

Le retour à la Martinique s'accompagne de la prise de conscience de la condition inégalitaire des Noirs.

« Au bout du petit matin, une autre petite maison qui sent très mauvais dans une rue très étroite, une maison minuscule qui abrite en ses entrailles de bois pourri des dizaines de rats et la turbulence de mes six frères et sœurs, une petite maison cruelle dont l'intransigeance affole nos fins de mois et mon père fantasque grignoté d'une seule misère, je n'ai jamais su laquelle, qu'une imprévisible sorcellerie assoupit en mélancolique tendresse ou exalte en hautes flammes de colère; et ma mère dont les jambes pour notre faim inlassable pédalent, pédalent de jour, de nuit, je suis même réveillé la nuit par ces jambes inlassables qui pédalent la nuit et la morsure âpre dans la chair molle de la nuit d'une Singer que ma mère pédale, pédale pour notre faim et de jour et de nuit. »

Cette œuvre poétique est l'un des points de départ de la négritude. Aimé Césaire poursuivra sa dénonciation du racisme et du colonialisme avec son Discours sur le colonialisme.

« ma négritude n'est pas une pierre, sa surdité ruée contre la clameur du jour
ma négritude n'est pas une taie d'eau morte sur l'œil mort de la terre
ma négritude n'est ni une tour ni une cathédrale »

« l'homme-famine, l'homme-insulte, l'homme-torture
on pouvait à n'importe quel moment le saisir le rouer
de coups, le tuer - parfaitement le tuer - sans avoir
de compte à rendre à personne sans avoir d'excuses à présenter à personne
un homme-juif
un homme-pogrom
un chiot
un mendigot »

Réception[modifier | modifier le code]

Par sa puissance incantatoire et sa révolution lucide, le Cahier d'un retour au pays natal s'est imposé comme une œuvre majeure de la poésie francophone du XXe siècle. Étudiée dans les universités, elle est entrée au programme des lycées ainsi qu'au programme de l'ENS Lyon pour 2015 . En 2003 Jacques Martial a créé un spectacle autour d'extraits choisis du texte, et de 2009 à 2011, elle figure au programme de l'agrégation de lettres modernes au sein du thème de littérature comparée intitulé "Permanence de la poésie épique au XXe siècle".

Éditions[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Zurück ins Land der Geburt / Aimé Cesaire, traduction en allemand de Janheinz Jahn, Suhrkamp Verlag, collection Bibliothek Suhrkamp / no 193, 1967, Frankfurt a. M.
  • Cahier d'un retour au pays natal = Return to my native land, Présence Africaine, 1971, Paris, préf. de André Breton, traduction d'Emile Snyder

Études critiques[modifier | modifier le code]

  • Maryse Condé, Cahier d'un retour au pays natal de Césaire, analyse critique, Paris, Hatier Profils, 1978.
  • Combe, Dominique, Aimé Césaire, "Cahier d'un retour au pays natal", Paris, Presses universitaires de France, 1993.
  • Victor Marcellin Hountondji, Le "Cahier" d'Aimé Césaire, événement littéraire et facteur de révolution, Paris, Ed. l'Harmattan, 1993.
  • Germain Kouassi, La Poésie de Césaire par la langue et le style : l'exemple du "Cahier d'un retour au pays natal", Paris, Publibook, 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]