Café Procope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Procope.
Café Procope
Entrée du café Procope.
Entrée du café Procope.
Présentation
Type Café-restaurant
Date de construction 1686
Protection  Inscrit MH (1962)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localité Paris
Localisation
Coordonnées 48° 51′ 11″ N 2° 20′ 19.5″ E / 48.85306, 2.33875 ()48° 51′ 11″ Nord 2° 20′ 19.5″ Est / 48.85306, 2.33875 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Café Procope

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Café Procope

Géolocalisation sur la carte : 6e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 6e arrondissement de Paris)
Café Procope

Le café Procope est un célèbre, et l’un des plus anciens, cafés-restaurants de Paris. Il se situe au 13, rue de l'Ancienne-Comédie, dans le 6e arrondissement. Il est également accessible par le passage de la Cour du Commerce-Saint-André.

Café d’artistes et d’intellectuels, il était fréquenté au XVIIIe siècle par Voltaire, Diderot et d’Alembert. Centre actif durant la Révolution française, il reste longtemps un lieu de rencontre d’écrivains et d’intellectuels (Musset, Verlaine, Anatole France), d’hommes politiques (Gambetta) et du « Tout-Paris ».

Historique[modifier | modifier le code]

La genèse[modifier | modifier le code]

Vingt ans après l’introduction d’une boisson tonique du nom de « café » à la cour de France par le sultan Mehmed IV, un Arménien du nom de Grégoire, originaire d’Ispahan, ouvre un café rue Mazarine (près la rue Guénégaud et à côté du théâtre de la Comédie-Française). Lorsque le théâtre quitte cet emplacement pour aller rue des Fossés-Saint-Germain, en 1680, Grégoire déménage son café. Il vient alors s’installer en face et fait prospérer ses affaires en attirant la nombreuse clientèle du monde du spectacle[2].

Le Procope au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le café Procope au XVIIIe siècle :
au second plan, de gauche à droite : Condorcet, La Harpe, Voltaire et Diderot.

En 1670, arrive en France un Sicilien de Palerme, Francesco Procopio dei Coltelli (qui francisera son nom en François Procope-Couteaux). Il travaille comme garçon chez un cafetier arménien du nom de Pascal qui possédait un café rue de Tournon, à la foire Saint-Germain[3], Il se met à son compte deux ans plus tard et, en 1686[4], il rachète à Grégoire son établissement, qu’il fait luxueusement décorer et l'ouvre en 1689[5].

Quelques années plus tard (en 1700), il obtient également une concession perpétuelle de la ville de Paris pour prendre à la fontaine Saint-Germain "quatre lignes d'eau conduites par un tuyau particulier dans son café, alors rue Neuve des Fossés-Saint-Germain, et ce moyennant un versement de 800 livres"[6].

L’établissement, qui porte désormais le nom de Le Procope, devient rapidement l’un des cafés littéraires les plus courus. Il concurrence même le café de la Place du Palais-Royal, fondé cinq ans plus tôt (et qui deviendra le café de la Régence[7]). Après la mort de François Procope en 1716, son fils lui succède.

Le café attire des auteurs comme Voltaire ou Rousseau, qui y ont leurs habitudes[8],[9],[10]. La « légende » du café dit que Diderot y écrivit des articles de l’Encyclopédie, que Benjamin Franklin y prépara « le projet d’alliance de Louis XVI avec la nouvelle République » selon une plaque commémorative[11], et qu’il y aurait conçu des éléments de la future Constitution des États-Unis[12].

Montesquieu fait allusion au café Procope dans la 36e des Lettres persanes[13] :

« Le café est très en usage à Paris : il y a un grand nombre de maisons publiques où on le distribue. Dans quelques unes de ces maisons on dit des nouvelles, dans d’autres on joue aux échecs. Il y en a une où l’on apprête le café de telle manière qu’il donne de l’esprit à ceux qui en prennent : au moins, de tous ceux qui en sortent, il n’y a personne qui ne croie qu’il en a quatre fois plus que lorsqu’il y est entré. »

Le Procope sous la Révolution française[modifier | modifier le code]

Plaque placée en légende d’un portrait de Benjamin Franklin au café Procope

Le club des Cordeliers se réunit au café Procope, avec Danton et Marat comme figures principales. Il en fait alors rapidement un foyer révolutionnaire. Robespierre, dont un portrait figure en vitrine, et les Jacobins y ont également leurs habitudes. Sur un des murs, on trouve une citation de Camille Desmoulins :

« Ce café n’est point orné comme les autres de glaces, de dorures et de bustes, mais il est paré du souvenir de Grands Hommes qui l’ont fréquenté et dont les ouvrages en couvriraient les murs s’ils y étaient rangés. »

Le bonnet phrygien (coiffure des affranchis durant l’Antiquité) y est exhibé pour la première fois, et le mot d’ordre pour l’attaque du palais des Tuileries, le 10 août 1792, en partit. La table que Voltaire utilisait sert d’autel votif lors du passage de ses cendres, en 1794, puis pour les cercueils de Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau et de Jean-Paul Marat, en route pour le Panthéon.

Le Procope au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

De 1821 à 1839, c'est Jean-Baptiste-Godefroy-Modeste Heu (1786-1848, ayant épousé en 1814 la fille de François-Georges Delaunay, créateur du Café Anglais en 1802) qui prend la succession du célèbre Zoppi à la tête du Procope. C'est Heu qui redonne au café Zoppi son enseigne de "Café Procope" qui redevient un café littéraire avec pour clients les romantiques Musset, George Sand, Gautier, Roger de Beauvoir qui écrit en 1835 "le café Procope", les comédiens Frédérick Lemaitre, Marie Dorval et Mademoiselle George, etc.. "au Procope, vous dégustez des glaces, vous grignotez brioches, petits fours, marrons glacés, nougats, angéliques, Heu est un limonadier de grand talent" disent les critiques.

Le 13 décembre 1883, c'est au Procope qu'a lieu la première assemblée du Stade Français[14].

Le Procope depuis le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le Procope a été choisi pour la cérémonie de remise des Prix de l'Humour noir depuis 1954 et du prix Jean-Zay depuis 2005.

Pour rendre hommage aux philosophes du siècle des Lumières, le Groupe « Frères Blanc » a lancé en 2011, le « prix Procope des Lumières », destiné à récompenser l’auteur d’un essai politique, philosophique ou sociétal, écrit en langue française et paru en librairie pendant l’année en cours. L’ouvrage primé doit mettre avant une réflexion nouvelle, voire polémique, sur notre temps, dans la tradition de l’esprit critique, des libertés et de l’humanisme du XVIIIe siècle. Le lauréat reçoit en dotation un chèque d’un montant de 2 000 €, une table au restaurant Le Procope valorisée à 2 400 € sur 12 mois, ainsi qu'une bouteille de champagne millésimé d'une cuvée prestigieuse. Présidé par Jacques Attali, le jury est composé d’André Bercoff, Malek Chebel, François de Closets, Roger-Pol Droit, Caroline Fourest, Alexandre Lacroix, Aude Lancelin et Olivier Poivre d'Arvor[15].

Le premier prix Procope des Lumières récompense en 2012 Ruwen Ogien et son essai L’influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine (Grasset)[16]. La seconde édition a récompensé, le 16 janvier 2013, Clément Rosset pour son essai L’invisible (Éditions de Minuit)[17]. En 2014, Gérald Bronner a reçu le prix Procope des Lumières pour son essai La démocratie des crédules (PUF).

Architecture et décoration[modifier | modifier le code]

Bicorne de Bonaparte.

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 est reproduite sur les murs de l’une de salles. Les portes des toilettes comportent les indications « Citoyens » et « Citoyennes », respectivement pour les hommes et les femmes[18], et de nombreux documents évoquant la Révolution sont présents aux murs. Un chapeau de Napoléon se trouve notamment présenté dans l’entrée.

La façade avec ses balcons en fer forgé, ainsi que la toiture correspondante, ont fait l’objet d’une inscription aux monuments historiques par un arrêté du 20 janvier 1962[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Accès[modifier | modifier le code]

Le Procope est accessible par les lignes (M)(4)(10) à la station Odéon ainsi que par la ligne de bus RATP 58 63 70 86.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA00088496 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Jean Leclant, « Le café et les cafés à Paris (1644-1693) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 6, no 1,‎ 1951, p. 1-14 (lien DOI?).
  3. Christian Benoit, 250 réponses aux questions d’un flâneur parisien : En hommage à Léon-Paul Fargue (1878-1947), poète et “piéton de Paris”, Le Gerfaut,‎ 2007, 260 p. (ISBN 978-2-914622-82-0, lire en ligne), p. 165.
  4. Ou en 1685, d’après Benoit, op. cit.
  5. Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, vol. 12.
  6. Archives nationales, MC/ET/VIII/1581, dossier 68, concession sous forme de parchemin datée du 16 septembre 1700.
  7. Sur le Procope et le café de la Régence, voir Lemaire, op. cit. et Jacques Protat, Le Cabaret new-yorkais : Prolégomènes à l’analyse d’un genre spectaculaire, thèse de doctorat, université de Bourgogne, Faculté de sciences humaines, École doctorale 202, Département de sciences de l’information et de la communication, décembre 2004, 716 p., p. 41.
  8. Auguste Lepage, Les cafés artistiques et littéraires de Paris, Paris, Martin Boursin,‎ 1882, 317 p. (lire en ligne), chap. II (« Le Café Procope »), p. 35–42.
  9. Jacques Demougin (dir.), Dictionnaire historique, thématique et technique des littératures, vol. 2 : L-Z, Paris, Larousse,‎ 1986, 1862 p. (ISBN 2-03-508302-8).
  10. Gérard-Georges Lemaire, Les cafés littéraires : Vies, morts et miracles, Paris, La Différence,‎ 1997 (ISBN 2-7291-1170-0).
  11. Il s’agit du Traité d’amitié et de commerce, conclu entre le Roi et les États-Unis de l’Amérique septentrionale le 6 février 1778 conclu et signé par Conrad Alexandre Gérard, syndic royal de la ville de Strasbourg et secrétaire du Conseil d’État, et Benjamin Franklin, Silas Deane et Arthur Lee, députés du Congrès général des États-Unis de l’Amérique septentrionale. Voir Traité d’alliance franco-américaine de 1778.
  12. Il s’agit là probablement plus d’une légende que d’une vérité historique.
  13. Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, Lettre 36. Usbek à Rhédi, à Venise, sur Wikisource.
  14. Jean Durry, «  Les cafés des sports », dans Delphine Christophe (dir.) et Georgina Letourmy (dir.), Paris et ses cafés, Paris, Action artistique de la ville de Paris, coll. « Paris et son patrimoine »,‎ 2004, 243 p. (ISBN 2-913246-50-8), p. 189.
  15. « Le prix Procope des Lumières ».
  16. « Ruwen Ogien lauréat du Prix Procope des Lumières 2012 », L'Express, 1er février 2012.
  17. « Clément Rosset lauréat du Prix Procope des Lumières 2013 », L'Express, 17 janvier 2013.
  18. Les hommes pourront lire sur le mur de leurs commodités une citation attribuée à Voltaire : « Les femmes sont comme les girouettes ; quand elles sont rouillées elle se fixent » (d’après une réplique de Lisette dans Le Dépositaire, acte IV, scène 1). Voltaire a utilisé cette image à plusieurs reprises, l’appliquant à lui-même : « Je suis assez semblable aux girouettes, qui ne se fixent que quand elles sont rouillées », écrit-il au comte d’Albaret dans une lettre du 10 avril 1760.

Sur les autres projets Wikimedia :

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]