Caecilius de Calé Acté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Caecilius de Calé Acté (en grec ancien Καικίλιος Καλακτῖνος / Kaikilios Kalaktinos ; avec l'ethnique de Καλὴ Ἀκτή / Kalè Akté, cité localisée près de Caronia) ou Caecilius Calactensis[1], est un orateur et critique littéraire sicilien de l'époque d'Auguste (fin Ier siècle av. J.-C. - début du Ier siècle ap. J.-C.). Son nom de naissance semble être Archagathus. Il aurait pris le nom de son maitre, membre de la famille des Metelli[2].

Sur le caractère stylistique des dix orateurs[modifier | modifier le code]

Parmi ses très nombreux ouvrages disparus, on compte Sur le caractère stylistique des dix orateurs en hommage au style des Grands Anciens[3], dans lequel il dresse la liste canonique des orateurs attiques : Lycurgue, Andocide, Isée, Hypéride, Dinarque, Antiphon, Lysias, Démosthène, Eschine, Isocrate. Cette liste sera reprise, plus tard, dans la Vie des dix orateurs du pseudo-Plutarque[4].

Autres œuvres disparues[modifier | modifier le code]

  • Contre les phrygiens
  • Démonstration que chaque mot d'un langage élégant ont été dit,
  • Comparaison de Demosthenes et de Ciceron,
  • En quoi les styles attique et asiatique sont différents,
  • Comparaison de Demosthenes et de Aeschines,
  • Sur Demosthenes,
  • Sur les choses dites avec consistance et inconsistance.
  • Sur les guerres serviles (connu par la mention d’Athénée, Le banquet des philosophes, VI, 21)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Fragments[modifier | modifier le code]

  • Cecilio di Calatte, Frammenti di critica letteraria, retorica e storiografia, éd. par Irene Augello, Rome, 2006 (ISBN 978-88-548-0752-5).
  • Fragmente der griechischen Historiker. Zeitgeschichte, 2 B, éd. par Felix Jacoby, Berlin, 1927, n° 183 (t. I) ; repr. 1997 (ISBN 90-04-08180-1).
  • Caecilius Calactinus, Caecilii Calactini fragmentorum editionis prooemium, éd. par Ernest Ofenloch, Leipzig, 1907 (en ligne) ; repr. 1967.
  • Cæcilius Calactinus, dans Fragmenta historicorum graecorum, 3, éd. grecque et trad. latine par Karl Müller, Paris, 1849, p. 330-332 (Scriptorum graecorum bibliotheca, 40) (en ligne) ; repr. Frankfurt am Main, 1975.

Sources anciennes et byzantines[modifier | modifier le code]

  • Souda, s. v. Κεκίλιος (Caecilius), n° kappa, 1165 (en ligne).

Études[modifier | modifier le code]

  • Neil O’Sullivan, Caecilius, the “Canons” of Writers, and the Origins of Atticism, dans Roman Eloquence : Rhetoric in Society and Literature, sous la dir. de William J. Dominik, Londres, 1997, p. 32-49 (ISBN 0-415-12544-8) (en ligne partiellement).
  • Françoise Desbordes, La rhétorique antique. L'art de persuader, Paris, 1996, part. p. 247 (ISBN 978-2010187216).
  • Ian Worthington, The Canon of the Ten Attic Orators, dans Persuasion : Greek rhetoric in action, Londres et New York, 1994, p. 244-263 (ISBN 0-415-08139-4) (en ligne partiellement).
  • William Rhys Roberts, Caecilius of Calacte, dans American Journal of Philology, 18(3), 1897, p. 302–312 (en ligne payant).
  • Julius Brzoska, Caecilius [2], dans Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Band III,1 [Halbband 5], 1897, col. 1174-1188 (en ligne).
  • Filippo Caccialanza, Cecilio di Calatte e l'Ellenismo a Roma nel secolo di Augusto, dans Rivista di Filologia e di Istruzione Classica, 18, 1890, p. 1-73 (en ligne).
  • Leonhard Schmitz, Caeci'lius Calacti'nus or Caeci'lius Calantianus, dans Dictionary of Greek and Roman Antiquities, dir. de William Smith, Londres, 1870, p. 528 (en ligne dans l'éd. de 1890).
  • Theophilu Burckhardt-Biedermann, Caecili rhetoris fragmenta collegit, disposuit, commentatus [Dissertatio : Basel : 1863], Basel, Balmer et Riehm impresserunt, 1863 (en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon la forme internationale de la BnF.
  2. selon l'Encyclopedia Britannica, 4-4, 1911, p. 933.
  3. Dans la lignée de son ami Denys d'Halicarnasse. Cf. Carine Duteil-Mougel (CNRS), Introduction à la rhétorique, site Texto, 2005 (en ligne).
  4. Voir, par exemple, pseudo-Plutarque, 832e. Voir, par exemple, quelques détail sur Félix Dürrbach dans son introduction à L'orateur Lycurgue, Paris, 1890, p. 1-3 (en ligne).