Cacolac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes ; voir : Kaolack et Coca-Cola.
Logo de l'entreprise Cacolac

Cacolac est une boisson lactée au cacao créée en 1954 par les familles Lanneluc et Lauseig à Bordeaux, en France.
Elle est disponible dans 70 % des cafés, hôtels, restaurants (source Cacolac), puis dès 1978 dans les magasins d'alimentation sous forme de bouteille en verre ou en cannette.

Société productrice[modifier | modifier le code]

La société agroalimentaire Cacolac est encore aujourd'hui française et dirigée par la famille du créateur. Elle emploie une quarantaine de personnes. L'usine est actuellement implantée à Léognan depuis l'année 2000[1]. La société Solinest distribue ses produits depuis 2012. Cacolac est une boisson bordelaise née de la collaboration de deux fermes bordelaises en 1946, sous le nom de la Laiterie de la Benauge. La marque est créée en 1954 par Robert Lauseig à Bordeaux[1]. La boisson Cacolac est uniquement distribuée en France. La production a déménagé à Léognan en 2000, alors qu'elle était auparavant située dans le quartier de La Bastide, à Bordeaux. L'entreprise emploie 43 personnes et est toujours dirigée par la même famille. Malgré l'échec de la brique Danone-Cacolac, l'entreprise se porte très bien, grâce à un produit inchangé depuis son lancement.

En mars 2011, la société Cacolac a été rachetée en totalité par Trixaim Investissements holding industriel spécialisé dans la nutrition santé, dont l'intention aujourd'hui est de doubler le chiffre d'affaires sur quatre ans, et d'élargir la gamme en lançant des produits à base de lait bio, de chèvre ou de végétal et en redynamisant le Vanilac, une boisson à base de vanille créée en 1996 mais très peu exploitée. Elle projette aussi de créer de nouveaux produits tels que la barre chocolatée Cacolac[2],[3].

En 2012, la société fait une incursion sur le marché vinicole en embouteillant du vin en canettes d'aluminium sous la marque « Très Vin » destiné à l'exportation[4], grâce à l'autorisation et la licence d'utilisation du procédé Vinsafe de l'entreprise australienne Barokes, obtenues l'année précédente[5].

Recette[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce que l'on peut croire, il s'agit juste de chocolat au lait frais. Mais la saveur est totalement différente des autres boissons lactées du commerce. La valeur énergétique de cette boisson est faible. Elle peut se boire chaude.

Publicité[modifier | modifier le code]

La société Cacolac s'est vue offrir une publicité gratuite quasi quotidienne pendant une certaine époque. En effet, la marionnette du footballeur Jean-Pierre Papin des Guignols de l'info fut présenté comme un grand amateur de la boisson[1]. Danone avait tenté de lancer sur le marché la version fraîche de la boisson en investissant massivement dans des campagnes publicitaires, sans succès.

Actuellement la société bénéficie d'une publicité gratuite car Christophe Beaugrand, l'un des animateurs de Virgin Tonic, boit du Cacolac le matin et en parle régulièrement à l'antenne. Le , il a même demandé qu'un auditeur lui apporte une bouteille au studio de Virgin Radio car il avait oublié son Cacolac quotidien. En récompense, Christophe promettait un billet pour un concert.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Les marques d'Aquitaine, présentation des marques d'entreprises et produits d'Aquitaine, par Olivier Londeix, édition Sud Ouest 2008, sur le site « maison.aquitaine.free.fr » (format pdf)
  2. Cacolac change de propriétaire pour se relancer, article de L'Expansion.com, 25 mars 2011, sur le site « lexpansion.lexpress.fr »
  3. Cacolac change de mains pour prendre un nouveau départ, article des Échos, par Frank Niedercorn , Les Échos n° 20898 du 25 Mars 2011 p. 22, sur le site « www.lesechos.fr »
  4. Aquitaine : Cacolac se lance dans le vin en canette, par Colette Goinière, 6 décembre 2012, L'Usine nouvelle n° 3310, sur le site « www.usinenouvelle.com »
  5. Vin en canette : Cacolac obtient le brevet Vinsafe, article par Alexandre Abellan, 10 août 2011, sur « www.vitisphere.com »

Liens externes[modifier | modifier le code]