Cacharel (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cacharel (couture))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cacharel.
Le logo de la marque de prêt à porter

La marque Cacharel est un distributeur de prêt-à-porter fondée à Nîmes[1] en 1962 par Jean Bousquet, ancien maire de Nîmes[2] durant deux mandats, alors âgé de 30 ans et fils d'un marchand de machines à coudre. La marque Cacharel provient du nom d'un canard de Camargue, le cacharel, qui est le nom local de la sarcelle d'été (Anas querquedula)[3].
La marque se trouve sur du prêt-à-porter femme, ainsi que homme[4] et enfant en 2012[5], mais aussi divers produits (accessoires, lingerie,…) dont principalement du parfum.

Histoire de la marque[modifier | modifier le code]

Dès les débuts de Cacharel, marque de pantalons pour femme à l'origine[6], la démarche de Jean Bousquet[7] fut celle d’un précurseur car il a su conjuguer la création de produits iconiques incarnation d'une période, avec une communication de marque tout à fait inédite/ De façon très innovante pour l'époque, Jean Bousquet a su faire appel à l'ensemble des médias pour créer une communication globale autour de la marque Cacharel.

Plein de ressources il détourne le crépon utilisé en lingerie pour en faire un chemisier. L'idée est audacieuse et séduit immédiatement les femmes à l'âme révolutionnaire. Une photo signée Peter Knapp avec le top modèle Nicole de Lamargé portant le fameux chemisier est publiée en couverture de Elle en 1966. C'est le début du succès[6].

Lorsque Brigitte Bardot noue son chemisier Cacharel sous la poitrine... tout s'enchaîne, le chemisier devient un incontournable et Cacharel trouve sa place dans toutes les garde-robes avec les jupes-culottes, les pulls shetland, et les robes chasubles.

Jean Bousquet fut l'un des premiers à considérer et à développer globalement l'image d'une marque, posant, avec le talent de la photographe Sarah Moon, les jalons d'une identité visuelle marquante et innovante.

Parallèlement, il a su capitaliser sur des produits aujourd'hui emblématiques de la marque. Ainsi la chemise pour femme, le crépon et l'imprimé Liberty à fleurs[8],[9],[10], participèrent à l'élaboration des codes fondateurs du prêt-à-porter en même temps qu'à l'établissement de leur propre légende en tant que best-sellers.

Plusieurs stylistes passeront par la suite chez Cacharel dont sa belle-sœur Corinne Sarrut[6], Emanuelle Khanh, le designer japonais Atsuro Tayama, le duo Mark Eley et Wakako Kishimoto, et les Clemens Ribeiro. Depuis avril 2009 c'était Cédric Charlier (ex Lanvin) qui dirigeait la création femme chez Cacharel avec 4 saisons à son actif, remplacé en 2011 par Ling Liu et Dawei Sun[11].

En novembre 2009, le rapprochement de Cacharel avec le groupe italien Aeffe (Alberta Ferretti, Philosophy, Moschino, Pollini (chaussures et accessoires en cuir), Cédric Charlier,…), par la signature d’un contrat de licence permet à la Maison de se renforcer et déployer sur le plan international.

Aujourd’hui Cacharel est vendu dans sa boutique d’Avignon et le Temporary Shop de Milan, ainsi que dans un réseau de boutiques multimarques et concept-store en France et à l’international (Barneys, Saks, Harvey Nichols, Le Printemps…).

Cinquante ans après sa création, Cacharel reste une marque iconique entrée dans l’histoire du prêt à porter.

La marque dans le monde[modifier | modifier le code]

Pour répondre à la mondialisation du marché, Cacharel, entreprise familiale parisienne, a souhaité se rapprocher d’un acteur majeur du prêt-à-porter international. C’est pourquoi en octobre 2009 Cacharel a signé un accord de partenariat à long terme avec AEFFE, groupe italien spécialisé dans la production et distribution de produits de luxe, de marques propres et sous licence, avec filiales en Europe, États-Unis et Japon. La première collection commune pour l’automne/hiver 2010-2011 a été présentée dans les Show Room de Paris, New York, Milan et Tokyo par AEFFE Groupe en janvier 2010. Selon les accords, Cacharel conserve la responsabilité de la création, des défilés, et de la communication. AEFFE Group est chargé de la fabrication et la distribution des collections. Aujourd'hui la nouvelle collaboration a trouvé son rythme de croisière et Cacharel se déploie à nouveau en France et à l’international avec une présence renforcée dans des nombreux points de ventes sélectifs et bientôt[Quand ?] une nouvelle boutique en propre à Paris.

Le plus de Cacharel[modifier | modifier le code]

La marque Cacharel est présente également dans les parfums et les cosmétiques.
Les parfums Cacharel sont créés sous licence avec le groupe l'Oréal depuis 1975. Le premier parfum sort en 1978[6], dès sa sortie il connaît un succès important, et encore aujourd'hui Anaïs Anaïs est le parfum phare de la marque nîmoise. Autres noms de parfums : LouLou, Amor Amor, Noa, Cacharel pour homme, et le plus récent Scarlett[12].

La licence « Bijoux et Montres Cacharel » est gérée par Christian Bernard Group, et des licences ont été accordées afin de commercialiser des produits dérivés avec la marque Cacharel, comme les cahiers Clairefontaine ou les sous vêtements Eminence[13]. De plus, des collaborations sont réalisées épisodiquement avec d'autres marques, comme par exemple les sacs Eastpak[14] ou le distributeur Uniqlo[15],[16].

En 1997, pour une exposition au Nouveau Musée National de Monaco, Cacharel habille une poupée Barbie.

Cacharel en chiffre[modifier | modifier le code]

80 % : capital détenu par Jean Bousquet (20 % : Novinvest/banque Rothschild)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cacharel quitte définitivement Nîmes » L'Usine Nouvelle, 2 avril 2009
  2. Pas de rapport avec Jean Cacharel, ancien maire de Nîmes également.
  3. Dans son livre, Les Enfants du cinéma, éditions Grasset, 2011, François-Guillaume Lorrain explique que c'est de sa fréquentation du Mas Cacharel de Denys Colomb de Daunant, lieu à la mode en Camargue, que Jean Bousquet tira le nom de sa maison de couture.
  4. Cacharel commercialisait déjà des produits pour hommes, comme des cravates ou des chemises dans les années 1990.
  5. Katell Pouliquen et Valentine Pétry, « Cacharel se sépare de son directeur artistique » L'Express Styles, 30 mars 2011
  6. a, b, c et d « La vie est belle pour Cacharel » L'Express Styles, 10 décembre 2008
  7. « Nîmes a la nostalgie de Cacharel » L'Expansion, 11 octobre 2001
  8. Fabrice Léonard, « Liberty chéri » Le Point, 29 avril 2010
  9. « Un vent de Liberty...histoire d'un best-seller » Le Parisien, 15 mai 2010
  10. Marie Varroud-Vial, « Le Liberty : l'histoire d'un imprimé » Puretrend.com, 17 mai 2010
  11. « Deux jeunes stylistes chinois à la tête de Cacharel » L'Express Styles, 7 juin 2011
  12. « Scarlett, le retour aux sources de Cacharel » Éditions Jalou
  13. « Cacharel n'ouvrira pas son capital malgré ses déboires » L'Expansion, 16 décembre 2009
  14. « Eley Kishimoto, l’affaire est dans le sac » Éditions Jalou
  15. « Cacharel et Uniqlo s'associent pour le printemps » Le Parisien, 12 avril 2011
  16. « Des Tshirts vintage signés par Cacharel en vente chez Uniqlo » La Dépêche, 11 avril 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]