Cabrières-d'Aigues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cabrières.
Cabrières-d'Aigues
Image illustrative de l'article Cabrières-d'Aigues
Blason de Cabrières-d'Aigues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Apt
Canton Pertuis
Intercommunalité Communauté territoriale du Sud Luberon
Maire
Mandat
Geneviève Jean
2014-2020
Code postal 84240
Code commune 84024
Démographie
Gentilé Cabriérains, Cabriéraines
Population
municipale
852 hab. (2011[1])
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 47′ 07″ N 5° 29′ 52″ E / 43.7852777778, 5.4977777777843° 47′ 07″ Nord 5° 29′ 52″ Est / 43.7852777778, 5.49777777778  
Altitude 375 m (min. : 300 m) (max. : 1 122 m)
Superficie 18,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Cabrières-d'Aigues

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Cabrières-d'Aigues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cabrières-d'Aigues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cabrières-d'Aigues
Liens
Site web http://www.cabrieresdaigues.com

Cabrières-d'Aigues est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont les Cabriérains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au pied sud du Luberon, au niveau de la partie centrale dite du Grand Luberon, dont elle possède le point culminant, le sommet du Mourre Nègre à 1 122 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Situation de Cabrières-d'Aigues
Rose des vents Auribeau Castellet
Saint-Martin-de-Castillon
Saint-Martin-de-Castillon Rose des vents
Cucuron N La Motte-d'Aigues
O    Cabrières-d'Aigues    E
S
Cucuron Sannes La Motte-d'Aigues

Géologie[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Sur la commune de Cabrières d'Aigues se situe l'étang de la Bonde, un plan d'eau de 30 h., dont l'origine remonte au XVe siècle, lorsque le seigneur Fouquet d'Agoult fit construire un aqueduc pour irriguer ses terres. L'étang est donc artificiel mais il est alimenté par la source du Mirail au pied du Mourre Nègre. La profondeur de l'étang est de 3 à 5 mètres.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en latitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare. Protégée par le Massif du Luberon, la commune est partiellement abritée du mistral.

Relevé météorologique de la région de Pertuis
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,2 4,1 6,5 9,1 13 16,6 19,1 19 15,8 13,5 7,4 4,3 11
Température moyenne (°C) 7,1 8,3 11,1 13,7 17,9 21,6 24,3 24,1 18 17 11,2 8,1 15,2
Température maximale moyenne (°C) 11 12,7 15,7 18,3 22,8 26,8 29,7 29,5 25 20,5 15 11,9 18,2
Précipitations (mm) 35,3 21,3 21,9 40,6 27,6 14,6 8,2 18,3 57 52,3 39,1 25,6 287,6
dont pluie (mm) 33 18 21 40,6 27,6 27,6 8,2 18,3 57 52,3 37 23 280
dont neige (cm) 2 3 0,5 0 0 0 0 0 0 0 1,5 2 9
Source : Relevé météo de Pertuis[3]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
11
3,2
35,3
 
 
 
12,7
4,1
21,3
 
 
 
15,7
6,5
21,9
 
 
 
18,3
9,1
40,6
 
 
 
22,8
13
27,6
 
 
 
26,8
16,6
14,6
 
 
 
29,7
19,1
8,2
 
 
 
29,5
19
18,3
 
 
 
25
15,8
57
 
 
 
20,5
13,5
52,3
 
 
 
15
7,4
39,1
 
 
 
11,9
4,3
25,6
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Répartition des sols[modifier | modifier le code]

La répartition des sols de la commune est la suivante[4] (donnée pour un total de) :

Type d'occupation Pourcentage Superficie (en hectares)
Zones urbaines 1,53 % 29,16
Zones agricoles 42,82 % 817,97
Zones naturelles 55,60 % 1 062,00
Total 100 % 1 465,97

Les zones naturelles (plus de la moitié du territoire) sont principalement formées par les forêts méditerranéennes couvrant le petit Luberon. Les zones agricoles sont formées de vergers de fruitiers (oliviers, amandiers, etc), des champs de lavandin et des vignes (AOC Côtes du Luberon).

Logement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vient du latin capra : chèvre ou du roman cabra pour Cabrières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fief de Cabrières relevait du comté de Forcalquier au XIIe siècle. Lorsque ce comté perd son indépendance en 1209, à la mort de Guillaume II, un de ses neveux, Guillaume de Sabran tente de le relever. Après une lutte de dix ans, il passe un accord à Meyrargues le 29 juin 1220 avec Raimond Bérenger IV, comte de Provence et lui aussi héritier du comté de Forcalquier. Par cet accord, la moitié sud du comté, dont Cabrières, lui est donnée. Guillaume de Sabran conserve sa moitié de comté jusqu'à sa mort, vers 1250[5].

Cabrières-d'Aigues (autrefois Cabrières-du-Comtat), fait partie des villages vaudois du Luberon.

Le roi René confirma le 13 février 1459 le rattachement de Cabrières-d'Aigues, La Motte-d'Aigues et Villelaure à Pertuis[6].

À la fin du XVe siècle, des vaudois du Luberon s’installent dans ces montagnes, invités par les seigneurs du lieu, heureux de trouver des paysans pour peupler leurs terres désertes, en leur promettant des exemptions fiscales.

Le village fait ainsi partie de la quarantaine de localités, de part et d'autres du Luberon[7] dans lesquelles s'installent au moins 1400 familles de vaudois des Alpes, soit environ 6000 personnes, venues des diocèses alpins de Turin et d'Embrun entre 1460 et 1560, selon l'historien Gabriel Audisio. Les deux-tiers de ces futurs Vaudois du Luberon sont arrivés entre 1490 et 1520 et la plupart subissent le massacre de Mérindol, qui détruit 24 villages et cause 3000 morts.

À Cabrières-d'Aigues, les 80 familles qui s'installent en 1495 viennent toutes de la vallée de Freissinières où a eu lieu sept plus tôt la Croisade contre les vaudois de 1488 et deux tiers des arrivants à Cabrières figurent sur la liste des habitants de Freissinières alors poursuivis pour hérésie, qui est conservée dans les archives du Parlement de Grenoble[8]. Si l'on prend les 292 patronymes identifiés à Lourmarin, Cabrières-d'Aigues, et les trois villages rejoints en 1505, La Motte-d'Aigues, Saint-Martin-de-la-Brasque et Peypin-d'Aigues, 245 viennent des sites vaudois des Alpes, soit 84%[8].

En 1530, le dominicain Jean de Roma dirige une campagne de lutte contre les hérétiques : les pillages et meurtres se succèdent, jusqu’à l’intervention du roi, alerté par la tournure des événements (l’Inquisiteur s’enrichissant des pillages)[9].

En 1532, le pape fait enlever les femmes et les enfants du village[10]. Les hommes tentent de les libérer mais sont battus par les troupes du pape, ce qui provoque un soulèvement spontané des villages vaudois qui, sous la conduite d’Eustache Marron, remportent quelques succès.

Cabrières d'Aigues, en avril 1545, fut incendié sur ordre du Capitaine Paulin de La Garde et du Parlement d'Aix-en-Provence. Les survivants se réfugièrent au hameau de Saint-Jean-de-Robians. Mais l'esprit de la Réforme perdura, et en 1682, les protestants du village furent rescencés au nombre de 600[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 janvier 2011 Claude Favet PS  
janvier 2011 en cours Genevieve Jean    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et juridiques[modifier | modifier le code]

Cabrières-d'Aigues est une des quatorze communes du canton de Pertuis qui totalise 32 492 habitants en 2006. Le canton fait partie de l'arrondissement d'Apt depuis 1801 (sauf de 1926 à 1933 où ce fut Cavaillon) et de la cinquième circonscription de Vaucluse depuis 2010 (avant l'ordonnance no 2009-935 du 29 juillet 2009 elle appartenait à la deuxième circonscription de Vaucluse). Cabrières-d'Aigues fait partie du canton de Pertuis depuis 1801 après avoir fait partie du canton de Cucuron de 1793 à 1801[12].

Cabrières-d'Aigues fait partie de la juridiction d’instance d’Apt, mais du greffe détaché Pertuis, et de grande instance, de prud'hommale, de commerce et d' affaires de Sécurité sociale d’Avignon[13].

Environnement[modifier | modifier le code]

Collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et protection et mise en valeur de l'environnement dans le cadre de la Communauté de communes Luberon-Durance.

La commune, de par la communauté de commune, fait partie du Syndicat mixte intercommunautaire pour l'étude, la construction et l'exploitation d'unités de traitement des ordures ménagères de la région de Cavaillon (Sieceutom).

La commune fait partie du Syndicat intercommunal à vocations multiples (SIVOM) Durance-Luberon qui est un Établissement public de coopération intercommunale (EPCI) qui regroupe 21 communes des 23 communes (Lourmarin et Vaugines n'en font pas partie) des deux cantons de Pertuis et de Cadenet a pour compétence la distribution de l'eau et l'assainissement. Il a été créé en en 1989 par transformation du syndicat intercommunal crée en 1946 mais qui n'avait comme compétence que la distribution de l'eau. Il comprend 42 membres (deux par commune). Son président est Maurice Lovisolo (vie-président du Conseil général de Vaucluse)[14]. Le prix de l'assainissement est variable dans chaque commune ( à cause de la surtaxe communale) alors que celui de l'eau est identique[15].

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Cabrières-d'Aigues en 2009[16]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 10,90 % 0,19 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 12,00 % 0,25 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 35,06 % 0,25 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 20,36 % 13,00 % 3,84 %

La Part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[17]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le recensement de 1826, qui ne serait qu'une réactualisation de celui de 1821, n'a pas été retenu.
Le recensement de 1871 a été, pour cause de guerre, repoussé à l'année 1872.
Le recensement de 1941, réalisé selon des instructions différentes, ne peut être qualifié de recensement général, et n'a donné lieu à aucune publication officielle.
Les résultats provisoires du recensement par sondage annuel réalisé en 2004, 2005 et 2006 selon les communes sont tous, par convention, affichés à 2006.

En 2011, la commune comptait 852 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
416 464 504 468 487 585 566 503 552
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
534 548 555 553 515 452 403 373 408
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
405 419 404 326 311 302 307 300 332
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
352 415 400 429 532 651 805 819 841
2011 - - - - - - - -
852 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[18].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Cabrières d'Aigues a une école primaire publique Les Vergers [19], ensuite les élèves sont affectés au Collège Albert Camus à La Tour d'Aigues[20],[21], puis le lycée Val de Durance[22] à Pertuis (enseignement général) ou lycée Alexandre Dumas[23] à Cavaillon soit lycée Alphonse Benoit[24] à L'Isle-sur-la-Sorgue (enseignements techniques).

Sports[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune produit des vins AOC Luberon. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément le label Vin de pays d'Aigues[25]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble des communes du Luberon, le tourisme joue un rôle, directement ou indirectement, dans l'économie locale.

On peut considérer trois principales sortes de tourisme en Luberon. Tout d'abord, le tourisme historique et culturel qui s'appuie sur un patrimoine riche des villages perchés ou sur des festivals. Ensuite, le tourisme détente qui se traduit par un important développement des chambres d'hôtes, de l'hôtellerie et de la location saisonnière, par une concentration importante de piscines et par des animations comme des marchés provençaux. Enfin, le tourisme vert qui profite des nombreux chemins de randonnées et du cadre protégé qu'offrent le Luberon et ses environs[26].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bas-relief d'époque gallo-romaine : commerce du vin sur la Durance
  • Bas-relief de Cabrières d'Aigues : trouvé au début du XIXe siècle par un agriculteur, Toussaint Guérin, et mis en valeur par un notaire passionné d'archéologie (Me Marc Deydier, 1845-1920). L'original se trouve aujourd'hui au Musée Calvet d'Avignon.
  • Chapelle des mille fleurs : dans le quartier du "château", elle consiste en un sous-sol d'une bâtisse sur l'escalier de laquelle des curieuses plaques de cuivre portant les armoiries de Nîmes sont incrustées.
  • Église de Saint-Jean (vestiges): Il s'agirait d'un relais Templier en pleine nature autour duquel s'étendait un cimetière en pleine terre. Des ossements humains (en particulier un crane) en ont été retirés à flanc de talus. Quant aux pierres de cette chapelle, elles auraient été exportées en Amérique du Nord et aucun vestige n'est plus observable à ce jour.
  • Au nord du village le coteau descendant sur "le Clos" a fait la joie de nombreux enfants qui allaient gratter à flanc de coteau pour découvrir des dents de squale ou des ossements (plus rares) et, bien sûr, des myriades de coquillages (pecten, ostrea, ...). La réserve naturelle géologique a amené l'interdiction de creuser la falaise.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • les Gaussen : la famille Gaussen a donné de grands hommes à la France : un pasteur devenu sur le tard linguiste et professeur de rhétorique (philosophie) pour nourrir sa famille (le pastorat n'étant pas assez lucratif), deux médecins militaires (Charles, mort dans 103° année et son fils Henri, tué à 25 ans au front en 1947 à Hanoï et dont la tombe est au cimetière de Cabrières) et un grand savant (botaniste-biogéographe) (Henri Gaussen).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason de Cabrières-d'Aigues

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'argent à la chèvre saillante de sable.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1986,‎ 1986 (ISBN 2903044279)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (réed.), 1997,‎ 1997 (ISBN 284406051X)
  • Elisabeth Sauze & Jean-Pierre Muret, Cabrières-d'Aigues la Vaudoise, Lauris, Editions Pour Le Luberon,‎ 2001 (ISBN 2-912097-33-1[à vérifier : isbn invalide])
  • Alfred Maille, Pertuis et ses environs, Paris, Res Universis,‎ 1989, 158 p. (ISSN 0993-7129)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Populations légales 2010 de la commune de Cabrières-d'Aigues », INSEE
  2. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  3. « Relevé météo de Pertuis », MSN Météo
  4. (fr) « Cabrières-d'Aigues », Parc du Luberon
  5. Mariacristina Varano, Espace religieux et espace politique en pays provençal au Moyen Âge (IXe-XIIIe siècles). L'exemple de Forcalquier et de sa région, thèse soutenue à l'université d'Aix-Marseille I, 2011, p. 486.
  6. Alfred Maille, op. cit., p. 55.
  7. "Guide historique du Luberon vaudois", par Gabriel Audisio, page 17, Éditions du Parc naturel régional du Luberon mars 2002
  8. a et b "Guide historique du Luberon vaudois", par Gabriel Audisio, page 18, Éditions du Parc naturel régional du Luberon mars 2002
  9. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8), p. 120
  10. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8), p. 122
  11. Robert Bailly, op. cit., p. 109.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. « Les Juridictions judiciaires de Vaucluse », Ministère de la Justice et des Libertés
  14. « Historique du SIVOM », SIVOM Durance-Luberon
  15. « Prix de l'eau et de l'assainissement au sein du SIVOM »
  16. « Impots locaux à Cabrières-d'Aigues », taxes.com
  17. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  19. Enseignement publique primaire en Vaucluse
  20. Carte scolaire du Vaucluse
  21. « Site du collège Albert Camus », Académique Aix-Marseille,‎ 2010
  22. « Site du lycée Val de Durance », Académique Aix-Marseille,‎ 2010
  23. « Site du lycée Alexandre Dumas », Académique Aix-Marseille,‎ 2010
  24. « Site du lycée Alphonse Benoit », Académique Aix-Marseille,‎ 2010
  25. Le label Vin de pays d'Aigues concerne les communes suivantes dans le département de Vaucluse : Ansouis, Apt, Auribeau, La Bastide-des-Jourdan, La Bastidonne, Les Beaumettes, Beaumont-de-Pertuis, Bonnieux, Buoux, Cabrières-d'Aigues, Cabrières-d'Avignon, Cadenet, Caseneuve, Castellet, Cavaillon, Cheval-Blanc, Cucuron, Gargas, Gignac, Gordes, Goult, Grambois, L'Isle-sur-la-Sorgue, Joucas, Lacoste, Lagarde-d'Apt, Lagnes, Lauris, Lioux, Lourmarin, Maubec, Ménerbes, Mérindol, Mirabeau, La Motte-d'Aigues, Murs, Oppède, Pertuis, Peypin-d'Aigues, Puget, Puyvert, Robion, Roussillon, Rustrel, Saignon, Saint-Martin-de-Castillon, Saint-Martin-de-la-Brasque, Saint-Pantaléon, Saint-Saturnin-d'Apt, Sannes, Saumane, Sivergues, Les Taillades, La Tour-d'Aigues, Vaugines, Viens, Villars, Villelaure, Vitrolles-en-Luberon.
  26. Voir Massif du Luberon