Cabrera (îles Baléares)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cabrera.

39° 09′ N 2° 57′ E / 39.15, 2.95 ()

Le port de Cabrera

Cabrera est une île de l'archipel espagnol des Baléares. Elle est située au sud de Majorque dont elle dépend administrativement. L'île fait partie de la municipalité de Palma de Majorque.

Un peu d'histoire[modifier | modifier le code]

Cabrera fut utilisée comme camp de réclusion pour les prisonniers français durant les Guerres napoléoniennes.

Ainsi que le relatent les mémoires du général Baron de Marbot, après la capitulation de Baylen le 18 juillet 1808, les 25 000 hommes de l'armée du général Dupont furent d'abord entassés sur des pontons stationnés dans la rade de Cadix ; mais une fièvre épidémique fit de tels ravages parmi eux que les autorités espagnoles, craignant que Cadix n'en fût infesté, reléguèrent les survivants dans l'île déserte de Cabrera, qui ne possédait ni eau ni maison.

Seuls 2 000 hommes survécurent à ce qui est considéré par certains historiens comme le premier camp de concentration de l'histoire. Chargé de rapatrier les survivants, l'enseigne de vaisseau Louis Pujol a laissé un témoignage poignant des conditions de séjour dramatiques qu'il y découvrit[1].

Un parc naturel[modifier | modifier le code]

Cabrera forme un petit archipel avec les îles et îlots de: Na Foradada, Na Pobra, Illot Pla, Na Plana, L'Esponja, Illa dels Conils, Na Redona, Illa de ses Bledes, Cabrera elle-même (la plus grande île), L'Imperial et les Estells de Fora (cités du Nord au Sud). L'archipel est classé comme un parc national (Parque Nacional del Archipiélago de Cabrera) de 100 km2 (dont 13 km2 de terre) comprenant un musée, un château du XIVe siècle et un office de tourisme. On peut y faire de la randonnée.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Enseigne de vaisseau Louis Pujol : « Le rapatriement des prisonniers de Cabrera (1814) », Revue rétrospective, premier semestre 1890, p.357-360 (site Gallica)