Caboclo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de Múrilo Sá Toledo représentant la naissance d'un Caboclo

Caboclo ou caboco est, au Brésil, le nom par lequel on désigne les métis descendant d'Européens blancs et d'Amérindiens. Ils forment de nos jours la population la plus importante du bassin amazonien.

Présentation[modifier | modifier le code]

D'un point de vue anthropologique, le terme de caboclo est contesté par la communauté scientifique qui le considère comme trop vague.

La fête des Caboclos (Dia do Caboclo) est célébrée le 24 juin, officiellement dans l'État de l'Amazonas.

Origines[modifier | modifier le code]

Une vague de métissage dont sont issus les premiers caboclos a lieu pendant la période d'exploitation du caoutchouc, lorsque de jeunes Brésiliens blancs de souche européenne quittent le Nordeste pour travailler en Amazonie. Ne bénéficiant d'aucune permission de sortie, ils se voient contraints de prendre des épouses Amérindiennes.

Étymologie et variantes[modifier | modifier le code]

Albert Eckhout: femme Mameluca (vers 1641-1644).

Luís da Câmara Cascudo (1898-1986), dans le Dictionnaire du Folklore Brésilien (Dicionário do Folclore Brasileiro), défend la graphie « caboco », c'est-à-dire sans la lettre « l », qui selon lui a dû être introduite par l'usage, sans justification étymologique, comme en attestent les origines en langue Tupie du terme : kaa'boc, (qui vient de la forêt) ou kari’boca, (fils de l'homme blanc).

« Caboclo » est ainsi synonyme de « caboco », mais aussi de « mameluco », « cariboca » et « curiboca ».

Mameluco : mot d'origine portugaise désignant la première génération de métis issus d'unions entre Européens et Amérindiens. Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, le terme désigne les bandeirantes, chasseurs d'esclaves œuvrant à l'intérieur des terres de l'Amérique du Sud, de l'Atlantique au pied des Andes, du Paraguay à l'Orénoque, terres occupées par les Guaranís. Il se peut que le terme ait été d'usage au Portugal dès le Moyen Âge, dérivant du mot arabe de Mamlūk, désignant les Mamelouks

Il peut également être synonyme de :

Tapuiu : terme péjoratif utilisés par certains peuples indigènes pour désigner de manière générique les membres d'autres groupes ethniques.

Caipira, roceiro, sertanejo (habitant du Sertão). Le personnage de Jeca Tatu, créé par Monteiro Lobato, a été immortalisé dans la musique populaire et au cinéma.

Le terme de caboco peut également être utilisé dans la religion du Candomblé, le Catimbó, la Macumba et la Umbanda.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Adams, C., Murrieta, R., & Neves, W. A. (2006). Sociedades caboclas amazônicas: modernidade e invisibilidade (1a ed.). Sâo Paulo: Annablume. ISBN 8574196444 and ISBN 9788574196442
  • Murrieta, R. S. S., Dufour, D. L., & Siqueira, A. D. (1999). Food consumption and subsistence in three Caboclo populations on Marajo Island, Amazonia, Brazil. Human Ecology, 27(3), 455-475.
  • Nugent, S. (1993). Amazonian caboclo society: an essay on invisibility and peasant economy. Providence, RI: Berg. ISBN 0854967567
  • Luís da Câmara Cascudo, Luís da Câmara - Dicionário do folclore brasileiro. Rio de Janeiro, Ministério da Educação e Cultura / Instituto Nacional do Livro, 1954.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Mulato : individu né d'un père blanc et d'une mère noire ou inversement.
  • Cafuzo : individu né d'un père noir et d'une mère indienne ou inversement.

Lien externe[modifier | modifier le code]