Cabinet de Nauru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Politique à Nauru.

Le Cabinet est l'organe exécutif du gouvernement de Nauru.

Il est régi par la Constitution[1], établie au moment de l'indépendance du pays en 1968. Les articles 16 à 19 prévoient qu'après chaque élection législative, le Parlement élise un Président, choisi parmi les députés, qui formera alors un Cabinet consistant en quatre à cinq ministres qu'il choisit parmi les députés. Le Président préside le Cabinet, qui est responsable devant le Parlement, ce dernier pouvant le destituer par une motion de censure.

Cabinet actuel[modifier | modifier le code]

Baron Waqa est élu président le 11 juin 2013, suite aux législatives du 8 juin. Le 13 juin, il nomme le Cabinet suivant[2]:

Ministre Poste
Baron Waqa Président de la République
Ministre des Services publics, des Affaires étrangères et du Commerce extérieur, du Changement climatique, de la Police, et des Services d'urgence
David Adeang Ministre assistant le président ; ministre des Finances et du Développement durable, de la Justice, de la Eigigu Holdings Corporation et de la Nauru Air Corporation
Valdon Dowiyogo Ministre de la Santé, des Transports, du Sport, et des Pêcheries
Aaron Cook Ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Environnement, de la RONPHOS, et de la Nauru Rehabilitation Corporation
Charmaine Scotty Ministre de l'Intérieur, de l'Éducation et de la Jeunesse, et de la Gestion des terres
Shadlog Bernicke Ministre de la Nauru Phosphate Royalties Trust, des Télécommunications, et de la Nauru Utilities Corporation

Cabinets précédents[modifier | modifier le code]

Cabinet Scotty (2004-2007)[modifier | modifier le code]

Ministre Poste[3]
Ludwig Scotty Président de la République ;
Ministre du Service public et de l'Aviation civile
David Adeang Ministre Assistant le Président ;
Ministre des Affaires étrangères, de l'Intérieur, et des Finances
Godfrey Thoma Ministre de la Justice, des Pêcheries et de l'Autorité des Ressources marines,
de l'Immigration, et des Sports
Kieren Keke Ministre de la Santé, des Femmes, du Trafic maritime,
et de la Nauru Rehabilitation Corporation
Baron Waqa Ministre de l'Éducation et de la Formation professionnelle, de la Jeunesse,
des Travaux publics et de RONTEL (Republic of Nauru Telecommunication Corporation)
Frederick Pitcher Ministre du Développement de l'Île et de l'Industrie, du Nauru Phosphate Royalties Trust,
de la Culture et du Tourisme, et de l'Environnement

Cabinet Stephen (2007-2011)[modifier | modifier le code]

Le Cabinet ci-dessous émane d'un changement de majorité en 2007, confirmée lors de la dix-huitième législature, élue en avril 2008. Le gouvernement est maintenu à la suite de deux élections législatives en avril et en juin 2010[4].

Ministre Circonscription Poste
Marcus Stephen Ewa/Anetan Président de la République ;
Ministre de la Police et de l'Intérieur
Mathew Batsiua Boe Ministre de la Santé, de la Justice et des Sports
Sprent Dabwido Meneng Ministre des Transports et des Télécommunications
Roland Kun Buada Ministre de l'Education et de la Jeunesse, et des Pêcheries
Kieren Keke Yaren Ministre des Finances, des Affaires étrangères et du Commerce,
et Ministre chargé d'assister le Président
Frederick Pitcher Ubenide Ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Environnement ;
Ministre chargé du RONPHOS et de REHAB ;
Ministre des Services publics

Cabinet Pitcher (2011)[modifier | modifier le code]

À la suite de la démission du Président Marcus Stephen le 10 novembre 2011, sa majorité présidentielle nomma Frederick Pitcher à sa succession. Il n'y eut pas de changement de majorité. Un cabinet fut nommé, mais les détails n'ont pas été publiés. On sait néanmoins que Stephen obtint un poste de ministre[5], et que Mathew Batsiua fut ministre des Affaires étrangères[6]. Kieren Keke, l'ancien ministre des Affaires étrangères, reçut un autre poste, tandis qu'un ministre (sans plus de précision) démissionna volontairement[7]. Ce cabinet ne dura que six jours.

1er Cabinet Dabwido (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Le 15 novembre 2011, Sprent Dabwido rejoignit les rangs de l'opposition, provoquant un changement de majorité et accédant à la présidence de la République[8],[9]. Il nomma le Cabinet suivant[10] :

Ministre Poste
Sprent Dabwido Président de la République ;
Ministre du Service public, des Affaires étrangères et du Commerce extérieur,
de la Police et des Services d'Urgence, et de l'Intérieur
David Adeang Ministre des Finances et du Développement durable, de la Justice,
et de la Nauru Rehabilitation Corporation
Shadlog Bernicke Ministre des télécommunications, du Nauru Phosphate Royalties Trust
et de la Nauru Utilities Corporation
Rykers Solomon Ministre du Commerce, de l'Industrie, de l'Environnement et des Pêcheries
Baron Waqa Ministre de l'Éducation, de la Santé et des Sports
Godfrey Thoma Ministre des Transports et de la Republic of Nauru Phosphate Company

2nd Cabinet Dabwido (2012-2013)[modifier | modifier le code]

Le 11 juin 2012, le président de la République, Sprent Dabwido, limoge tous ses ministres, et nomme un nouveau Cabinet, composé de députés de l'Opposition. Il explique avoir agi parce que son gouvernement ne soutenait pas les réformes constitutionnelles qu'il proposait en vue d'une plus grande stabilité des institutions : un nombre impair de députés pour éviter tout blocage du Parlement ; un président de Parlement politiquement neutre, choisi en dehors de l'assemblée ; un code de conduite pour les députés ; une commission d'ombudsman ; et un département d'audit renforcé. Le nouveau Cabinet est le suivant[11],[12],[13] :

Ministre Poste[14]
Sprent Dabwido Président de la République
Ministre des Services publics, des Services d'urgence, de la Police, de l'Intérieur, et du Changement climatique
Kieren Keke Ministre des Affaires étrangères et du Commerce, de la Santé, et des Sports
Roland Kun Ministre des Finances et du Développement durable, et de l'Éducation
Marcus Stephen Ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Environnement, de la Nauru Phosphate Royalties Trust, et de la Pêche
Dominic Tabuna Ministre de la Justice, de la RONPHOS, et de la Nauru Rehabilitation Corporation
Riddell Akua Ministre des Transports et des Télécommunications, de la Nauru Utilities Corporation, et de la Nauru Air Corporation

Le 7 février 2013, Kieren Keke, Ministre des Affaires étrangères et du Commerce, de la Santé, et des Sports, démissionne sans immédiatement donner (en public) de raison[15]. Peu après, le ministre des Finances Roland Kun démissionne lui aussi, et le ministre du Commerce Marcus Stephen est limogé, sans raison officielle. Cet éclatement du gouvernement serait toutefois du à un désaccord autour du rétablissement d'un centre de détention australien sur l'île[16].

Roland Kun reprend par la suite ses fonctions, étant nommé ministre des Finances, des Affaires étrangères, de la Justice et des Douanes[17]. Il participe à un gouvernement constitué également les membres suivants[17],[18] :

Kun démissionne à nouveau le 28 mai, lorsque le Président Dabwido décrète l'état d'urgence afin d'accélérer la tenue d'élections législatives. Dabwido indique lors d'une allocution à la population que l'état des finances du pays nécessite qu'un nouveau budget soit adopté par le Parlement au plus vite. Kun, n'ayant pas été consulté par le président avant d'entendre cette allocution dans les médias, apporte un démenti et démissionne pour protester[19]. Le ministère de la Justice est restitué à Dominic Tabuna[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Constitution de Nauru
  2. (en) "President Waqa names his cabinet", gouvernement de Nauru, 13 juin 2013
  3. (en) "Assignment of Responsibility for the Business of Government", Mission permanente de Nauru aux Nations unies, 26 octobre 2004
  4. (en) "News: Parliament stalemate", Parlement de Nauru, 6 juillet 2010
  5. (en) "Nauru’s new president says corruption allegations baseless", Radio New Zealand International, 11 novembre 2011
  6. (en) "Asylum plan on course despite Nauru power shift", ABC Radio Australia, 10 novembre 2011
  7. (en) "Nauru's new chief still keen on refugee centre", Pacific Islands News Association, 15 novembre 2011
  8. (en) "Another president ousted in Nauru", Sydney Morning Herald, 15 novembre 2011
  9. (en) "Third President for Nauru in six days", Radio New Zealand International, 15 novembre 2011
  10. (en) "New Nauru leader strong on government reforms", ABC Radio Australia, 17 novembre 2011
  11. (en) "Nauru President teams up with Opposition and names new Cabinet", Radio New Zealand International, 11 juin 2012
  12. (en) "Nauru President ready to compromise to get reform legislation through", Radio New Zealand International, 11 juin 2012
  13. (en) "Nauru parliament sits after dramatic Cabinet dismissmal", Radio Australia, 12 juin 2012
  14. (en) "New Cabinet Ministers for Nauru", Ambassade de France aux Fidji, 13 juin 2012
  15. (en) "Nauru foreign minister Keke resigns", Radio New Zealand International, 8 février 2013
  16. (en) "Nauru in chaos as ministers quit", The Australian, 16 février 2013
  17. a et b (en) "Kun tells why I resigned as finance minister", Islands Business, 30 mai 2013
  18. a et b Composition du gouvernement, gouvernement de Nauru, début 2013
  19. (en) "Nauru's media banned from reporting on politics during national election", Radio Australia, 29 mai 2013