Cabildo insulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un Cabildo insulaire (Cabildo Insular en espagnol) est une entité administrative espagnole qui n'existe plus, dans sa forme moderne, qu'aux îles Canaries. Il tire son origine des Cabildos ou conseils de gouvernement qui existaient sous l'Ancien Régime. Ce sont des administrations locales insulaires, présentes sur les îles de El Hierro, Fuerteventura, Gran Canaria, Lanzarote, La Gomera, La Palma et Tenerife.

Présentation[modifier | modifier le code]

Édifice du Cabildo de Tenerife

Ses membres sont élus au suffrage universel direct des citoyens de chaque île. La tête de la liste majoritaire occupe automatiquement la Présidence du cabildo, bien qu'elle puisse être renversée ensuite par une motion de censure[1].

Les cabildos sont créés par la Loi des Cabildos de 1912 et constitués à partir de 1913. Leur modèle s'inspire des cabildos et conseils de gouvernement d'Ancien Régime des îles Canaries et d'Amérique, où ils se sont maintenus jusqu'à la décolonisation au XIXe siècle.

Durant la dictature de Franco, leurs membres sont nommés et leurs fonctions limitées à l'administration insulaire (santé publique, voirie...).

Depuis le retour de la démocratie (après 1975), les cabildos assument des responsabilités de plus en plus étendues : tourisme, sport, industrie, eau potable, chasse et pêche, musées, plages, transports publics et aménagement du territoire ; ils peuvent enfin lever des impôts. Ces changements sont renforcés dans les années 90 avec des transferts de compétences de la part du Gobierno de Canarias.

Ce sont aujourd'hui les institutions publiques de référence dans chacune des îles, comme de véritables gouvernements insulaires.

Tous les cabildos sont regroupés dans la Federación Canaria de Islas (FECAI, "Fédération Canarienne des Iles").

Organisation interne[modifier | modifier le code]

Chaque Cabildo se compose des organes suivants :

  • Présidence
  • Pleno
  • Conseil de gouvernement
  • Commissions informatives
  • Junte

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin Officiel des Canaries, 01/08/1990