Cabasse (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Cabasse (homonymie)

Cabasse

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Cabasse

Création 1950
Dates clés 1952 : le Diphone
1992 : présentation du SCS
Fondateurs Georges Cabasse
Forme juridique Société anonyme avec conseil d'administration
Siège social Drapeau de France Plouzané (Bretagne(France)
Direction Guy Bourreau
Activité Électronique
Produits Équipement audio
Société mère Canon
Effectif 35 (2011)
Site web www.cabasse.com
Fonds propres 1 500 000 € (2011)
en augmentation + 7,09 %
Dette 3 913 200 €
Increase Negative.svg + 23,73 %
Chiffre d’affaires 9 158 100 € (2011)[1]
en augmentation + 7,87 %
Résultat net 80 100 € (2011)
en diminution - 74,19 %

Cabasse, entreprise française créée en 1950 par Georges Cabasse, spécialisée dans la fabrication d'enceintes acoustiques haut de gamme.

Cabasse est connue notamment pour son rôle de pionnier dans l'acoustique moderne et la fabrication d'enceintes coaxiales, dont l'entreprise s'est fait une spécialité après plusieurs décennies de recherches et d'innovation. En outre, la garantie à vie de ses haut-parleurs a grandement contribué à l'image de marque de l'entreprise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les pionniers de l'acoustique moderne[modifier | modifier le code]

Le fondateur de l'entreprise, Georges Cabasse, physicien et musicien, est le descendant de plusieurs générations d'artisans luthiers français (depuis 1740). Il se passionna dès sa jeunesse pour la musique, assistant à de nombreux concerts de piano qui développèrent chez lui une sensibilité à la qualité de la reproduction sonore. Il commença à fabriquer des haut-parleurs et réalisa des enregistrements avec le souci de reproduire le son aussi près que possible de la réalité ; chose qui, à son étonnement, n'était pas la priorité des fabricants de l'époque, qui selon lui "étaient peu sensibles à la distorsion". Le vrai démarrage de l'activité de Georges Cabasse se produisit en 1952 avec la sonorisation du cinéma le Grand Rex à Paris, la première salle de France équipée en Cinémascope, pour laquelle il fabriqua le Diphone, un haut parleur coaxial de 36 cm (12 cm pour l'aigu). Il créa La Maison du haut-parleur, qui réalisait des réparations et des échanges de haut-parleurs. Ses affaires démarrèrent progressivement, et Cabasse participa en avril 1957 à la première "Semaine de la haute-fidélité", exposition sous l'égide de la Revue du son et de la Radiodiffusion-télévision française (RTF), en compagnie de Pathé-Marconi, Philips, Ducretet-Thomson, Avialex, Filson, Gaillard, Film & Radio et Teppaz. En 1958, Cabasse réalisa la première enceinte avec plusieurs amplificateurs intégrés. L'entreprise Cabasse en développement se basa ensuite à Brest en 1959, et construit l'une des plus grandes chambres sourdes du monde (2 000 m²), pour réaliser les tests nécessaires à la mise au point des enceintes.

1960 - 1990 : pérennisation et innovation[modifier | modifier le code]

L'entreprise suivit alors la ligne conductrice inspirée de son créateur Georges Cabasse : la fabrication d'enceintes privilégiant le rendement, la linéarité acoustique et le réalisme de reproduction. Les innovations se succédèrent avec plusieurs séries d'enceintes et le travail avec les professionnels dans le cadre de productions spéciales. Cabasse collabore avec la Marine nationale en 1965 pour équiper les ponts de leurs bateaux et fabriquer des enceintes sous marines. En 1974, l'usine brestoise de la marque est ravagée par un incendie. Par la suite, les recherches permettent notamment de développer un dôme rigide appliqué aux haut-parleurs de médium aigu (DOM4 et DOM12) puis couplés pour des enceintes hi-fi professionnelles en 1975 (pour Radio-France). En 1980, la structure « nid d'abeille » permet à Cabasse d'appliquer leurs dômes rigides aux haut-parleurs bas médium à grave pour des diamètres de 17 à 55 cm. En 1986, la mousse alvéolaire est développée, peu de temps après la Duocell, une structure de membrane en mousse thermoformée.

Le développement des coaxiales[modifier | modifier le code]

Ce travail poussé sur les matériaux constitutifs des haut-parleurs conduira la marque vers une série de nouvelles innovations, rendues possibles par la qualité de ces matériaux. L'entreprise présenta le principe SCS, en 1992 : Source à cohérence spatiale. Selon le SCS, tous les haut-parleurs de l'enceinte sont sur un même axe, formant une portion de sphère pulsante lors de la reproduction de sons. Ce principe donnera naissance à de nombreuses enceintes de la marque dont l'Atlantis, une enceinte de 30 cm SCS 3 voies. Les chaînes de télévision TF1, France 2, France 3 et Canal+ acquirent des Cabasse coaxiales pour sonoriser leurs studios. La fin des années 1990 marque également l'accession d'Olivier Cabasse au poste de président de l'entreprise en lieu et place de son père Georges.

Une nouvelle génération de tweeters est dévoilée en 1997, les DOM 30 et DOM 40 destinés à couvrir les fréquences médium et aigües, ainsi que de nouveaux dômes coaxiaux BC 12, le tout monté sur des enceintes de tailles diverses selon les gammes.
Dans la continuité de développement de haut-parleurs coaxiaux, le TC22 (3 voies coaxial) est mis au point en 2002.
L'entreprise traverse alors des difficultés, et Jean-François Gautier (ex-PDG de Salomon) en rachète 70 % et devient PDG. Cabasse s'oriente alors vers une stratégie d'internationalisation et de renouvellement de sa gamme d'enceintes, pour profiter de l'engouement pour le home cinema.

En 2001, la marque Cabasse est rachetée et devient la SA Cabasse Industrie. Elle est mise en redressement judiciaire en avril 2003 et liquidée judiciairement en juillet de cette même année.

En 2003, l’entreprise s'installa dans de nouveaux locaux, sur le technopôle de Brest-Iroise, et en a profité pour construire une chambre sourde (la dernière datant de 1960) et de moderniser son site de production de bois à Saint-Bonnet-Tronçais (Allier).

Les ingénieurs de Cabasse parviennent ensuite à ajouter une 4e voie de basses à leur TC23 avec un woofer de 55 cm (le QC55), le tout constituant l'enceinte Sphère, dévoilée en mai 2006 à l'occasion d'une démonstration dans ses locaux de Brest.

Le 26 septembre 2006, le groupe japonais Canon annonce le rachat de Cabasse[2]. Depuis quelques années, c'était l'usine Canon de Liffré qui assemblait les enceintes Cabasse et s'occupait du service après-vente et de la logistique. Kazuhiro Otsubo est nommé PDG de l'entreprise.

Projets spécifiques[modifier | modifier le code]

Outre son activité dans la haute-fidélité pour usage domestique, Cabasse a travaillé pour offrir des solutions au monde professionnel :

  • La Géode, sonorisée par Cabasse en 1984 à l'aide de clusters 4 voies et de filtres spéciaux, le tout formant 12 points de diffusion, plus 4 subwoofers (55 cm).
  • En 1998, la marque équipe le porte-avions Charles de Gaulle : le rendement maximal est privilégié avec des enceintes pavillon pouvant délivrer 117 dB.

Cabasse sonorisa également l'hôtel de ville de Paris, la cathédrale de Chartres, l'Opéra Comique de Paris, et le palais du roi du Maroc.

  • L'entreprise collabore en 2002 avec Renault et son équipementier Sofar-Sofaita pour équiper la berline Vel Satis d'enceintes, le montage étant effectué par l'équipementier.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. CABASSE à Plouzane sur SOCIETE.COM
  2. « Canon acquiert la société française de technologies acoustiques Cabasse », Canon, 2006

Lien externe[modifier | modifier le code]