Caïman nain de Cuvier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caïman (animal).

Paleosuchus palpebrosus

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Caïman nain de Cuvier

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Ordre Crocodilia
Famille Alligatoridae
Sous-famille Caimaninae
Genre Paleosuchus

Nom binominal

Paleosuchus palpebrosus
(Cuvier, 1807)

Synonymes

  • Crocodilus palpebrosus Cuvier, 1807
  • Jacaretinga moschifer Spix, 1825
  • Champsa gibbiceps Natterer, 1840
  • Champsa palpebrosa (Cuvier, 1807)
  • Alligator palpebrosus (Cuvier, 1807)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Paleosuchus palpebrosus, Caïman nain de Cuvier ou Caïman nain, est une espèce de crocodiliens de la famille des Alligatoridae[1].

Description[modifier | modifier le code]

Jeunes spécimens

C'est la plus petite espèce de caïman. Il atteint au maximum 150 cm et est totalement inoffensif pour l'homme. Les jeunes sont bruns et s'assombrissent en prenant de l'âge. La tête est brune et la mâchoire inférieure est parsemée de tâches plus foncées.

La taille de la femelle (queue comprise) est de 1,20 m en moyenne, le mâle mesure généralement entre 160 cm et 180 cm (queue comprise).

On repère 8 écailles dorsales à l'endroit le plus large du dos, 4 écailles dorsales entre les deux membres arrières. Il possède 16 écailles ventrales dans la rangée longitudinale la plus large reliant les deux flancs.

Les écailles nuccales, quant à elles, se déclinent en 4 rangées, juste derrière la tête de l'animal : la première rangée, la plus proche de la tête, juste après les deux rangés d'écailles postoccipitales, possède 2 écailles, la seconde et la troisième en comptent entre 3 et 4 selon l'individu et les deux dernières rangées sont composées de 2 écailles.

Le Caïman nain de Cuvier possède entre 78 et 82 dents selon l'individu. La mâchoire supérieure compte 4 dents pré-maxillaires, entre 15 et 16 maxillaires et sur la mâchoire inférieure il y a entre 21 et 22 dents mandibulaires.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Reproduction[modifier | modifier le code]

La reproduction de ce reptile est sexuée et de type ovipare. La femelle pond entre 10 et 25 œufs qu'elle place dans un nid en humus. L'incubation des œufs dure environ 90 jours.

Pour l'instant mal-connue, l'écologie de cette espèce semble montrer que l'un des parents vient chercher les petits à la naissance pour les élever.

Nourriture[modifier | modifier le code]

Les jeunes se nourrissent de petits crustacés et autres invertébrés adaptés à leur taille ( coléoptères ... ). Les adultes, quant à eux, mangent des poissons ainsi que des crustacés.

Appellations, noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

En français, Paleosuchus palpebrosus porte plusieurs noms vernaculaires : Caïman nain de Cuvier, Caïman rouge, Caïman à front lisse, Caïman nain. En Anglais, on le nomme Cuvier's Dwarf caiman, en Brésilien : Jacare Curua, en Sranatongo : Redikaaiman et en Wayampi : Yakale.

Menaces et conservation[modifier | modifier le code]

Il est classé dans l'Annexe II du CITES. Il est sur la liste rouge de l'UICN : LRlc (risque faible, le moins important ). Le nombre de spécimens dans la nature est estimé à un million. La possession de ce Caïman requiert obligatoirement un certificat de capacité. Sa reproduction en captivité est extrêmement rare : selon le quotidien Le Soir du 13 nov. 2013, 12 caïmans nains de Cuvier sont nés entre fin oct. et début nov. 2013 dans l'élevage Mike's Reptipark de Tournai (province de Hainaut, Belgique) ; certains d'entre eux seront confiés à des parcs animaliers spécialisés (Ferme des Reptiles, en Ariège et à Alligator Bay, au Mont-Saint-Michel, organismes qui avaient suivi de près le processus de reproduction).

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Cuvier, 1807 : Sur les différentes especes de crocodiles vivans et sur leurs caracteres distinctifs. Annales du Muséum national d'histoire naturelle, vol. 10, p. 8-86 (texte intégral).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :