CPR-1000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le CPR-1000 (REP chinois amélioré) est un réacteur à eau pressurisée de génération II+, basé sur la conception du réacteur français REP de 900 MWe de Framatome à trois boucles de refroidissement importé dans les années 1990, amélioré pour atteindre une puissance électrique nette de 1 000 MWe (1080 MWe brut) et une durée de vie de 60 ans.

Le CPR-1000 est construit et exploité par China Guangdong Nuclear Power Company. Pour la seconde tranche, 70 % des équipements sont fabriqués en Chine, avec un objectif de 90 % à terme. Le CPR-1000 est en développement rapide avec 15 tranches en construction en juin 2010[1]. Le 15 juillet 2010, le premier CPR-1000 chinois, Ling Ao-3, est connecté au réseau[2], en ayant débuté les essais de divergence le 11 juin 2010[3].

Quatre réacteurs à eau pressurisée déjà construits à la centrale nucléaire de Daya Bay et à la centrale nucléaire de Ling Ao sont parfois dénommés CPR-1000, mais ils sont plus proches de la conception du REP de 900 MWe français, avec une puissance nette inférieure à 1 000 MWe et constitué essentiellement de composants importés[4].

Areva conserve certains droits de propriété industrielle sur le CPR-1000, ce qui limite les possibilités d'exportation par la Chine[1]. Le Financial Times a rapporté que Areva envisageait sa commercialisation à destination de pays ne possédant pas encore de centrales nucléaires[5],[6]. Mais d'après Les Échos, c'est plutôt EDF qui envisageait d'accompagner la vente du CPR-1000 hors de la Chine, et se serait heurté à un veto du gouvernement français pour des raisons de sureté[7] (pour mémoire, Areva a déjà dans sa gamme un réacteur de puissance proche de celle du CPR-1000, l'ATMEA).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Nuclear Power in China », World Nuclear Association,‎ 2 juillet 2010 (consulté le 18 juillet 2010)
  2. (en) « First power at China’s Ling Ao », Nuclear Engineering International,‎ 16 juillet 2010 (consulté le 17 juillet 2010)
  3. (en) « Reactor starts up at Ling Ao II », World Nuclear News,‎ 11 juin 2010 (consulté le 18 juillet 2010)
  4. (en) « Fuel loading starts at new Chinese reactor », World Nuclear News,‎ 22 avril 2010 (consulté le 18 juillet 2010)
  5. (en) Peggy Hollinger, « Areva considers producing cheaper reactors », Financial Times,‎ 15 janvier 2010 (lire en ligne)
  6. (en) Peggy Hollinger, « Energy: Cooling ambitions », Financial Times,‎ 19 octobre 2010 (lire en ligne)
  7. « EDF tenté de recourir à d'autres technologies nucléaires que celles d'Areva », Les Echos,‎ 2010 (lire en ligne)

Source originale partielle[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]