Ingénieurs et scientifiques de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis CNISF)
Aller à : navigation, rechercher

Ingénieurs et scientifiques de France

Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1992
Identité
Siège Paris
Président François Lureau
Vice-président Philippe Deltombes
Secrétaire général Patricia Bouème
Secrétaire Marie-Christine Creton
Trésorier Jean-Claude Cabre
Site web www.iesf.org

L'association Ingénieurs et scientifiques de France (IESF), dont le nom était Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France jusqu'au 20 janvier 2012[1], est une association relevant de la loi de 1901, apartitaire et aconfessionnelle, qui se veut représentative en France et à l’étranger des ingénieurs et scientifiques de France. Elle fédère plus de 160 associations de diplômés et anciens élèves d'écoles d'ingénieurs et une trentaine de sociétés d'ingénieurs et scientifiques. Elle est présente sur tout le territoire français par le biais de 23 Unions régionales des ingénieurs et scientifiques (URIS) ainsi qu'à l'étranger (13 sections). Par ce biais, IESF compte plus de 160 000 membres directs et indirects, et représente 450 000 ingénieurs et scientifiques.

Présentation générale[modifier | modifier le code]

IESF est l’héritier d'une association reconnue d'utilité publique depuis le 22 décembre 1860 par décret de Napoléon III, Empereur des Français. Dans sa plaquette, IESF se présente comme le représentant du corps social des 800 000 ingénieurs et scientifiques reconnus par leur diplômes ou leurs fonctions : 700 000 ingénieurs diplômés des écoles françaises et 100 000 ingénieurs d’origine universitaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Périodique de la Société des ingénieurs civils publié en juillet 1887

IESF a été créée en 1992[2] de la fusion de trois grandes associations représentatives[3] des ingénieurs et scientifiques français :

Société des ingénieurs et scientifiques de France (ISF)[modifier | modifier le code]

La Société des ingénieurs et scientifiques de France tire ses origines de la Société centrale des ingénieurs civils, fondée le 4 mars 1848.

La Société centrale des ingénieurs civils fut créée à l'initiative d'un groupe d'anciens élèves de l'École centrale des arts et manufactures, son premier président fut Eugène Flachat, ingénieur autodidacte[4]. Le terme d'« ingénieur civil » s'oppose dans ce cas aux ingénieurs de la fonction publique formés au sein de l'École polytechnique et de ses écoles d'applications, civiles ou militaires : est ingénieur civil au XIXe siècle un praticien autodidacte ou ancien élève d'une école d'ingénieurs non fonctionnaire.

En 1850, la société est renommée en « Société des ingénieurs civils de France » puis reconnue d'utilité publique en 1860. En 1880, une majorité de membres de la société étaient centraliens et 20 % étaient Gadzarts[5].

En 1948, apparaît l'Union des associations et sociétés industrielles françaises. En 1978, un premier regroupement est décidé entre la Société des ingénieurs civils de France et l'Union des associations et sociétés industrielles françaises pour créer la Société des ingénieurs et scientifiques de France (ISF).

Fédération des associations et sociétés françaises d'ingénieurs diplômés (FASFID)[modifier | modifier le code]

Après la Société centrale des ingénieurs civils créée en 1848 et acceptant les ingénieurs civils de multiples origines, apparurent des associations spécifiques à chaque école, telles que la Société des ingénieurs Arts et Métiers en 1849[5], l'association des Ponts et Chaussées[6] en 1860, l'Association amicale des anciens élèves de l'École des mines en 1864[7], l'association des anciens élèves de l'École Polytechnique en 1865, l'association des centraux (École centrale Paris) en 1862 [8], l'Association des anciens de l'École centrale lyonnaise (École centrale de Lyon) en 1866 [9], l'Association des anciens élèves de l'Institut industriel du Nord (École centrale de Lille) en 1877 [10], l'association des Supélec en 1924 [11].

Pour regrouper les sociétés d'ingénieurs diplômés ou d'anciens élèves d'écoles d'ingénieurs établies durant la seconde moitié du XIXe siècle et au début XXe siècle, une Fédération des associations et sociétés françaises d'ingénieurs diplômés (FASFID) est créée en 1929. Elle regroupe les associations d'anciens élèves diplômés des écoles d'ingénieurs françaises.

Conseil national des ingénieurs français (CNIF)[modifier | modifier le code]

Le Conseil national des ingénieurs français[12] a été créé en 1957.

Objets et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Objets et Répertoire français des ingénieurs[modifier | modifier le code]

La vocation première d'IESF est l'apport au monde des ingénieurs et scientifiques d'une force représentative équivalente à celles d'autres catégories socio-professionnelles (Ordres des avocats, médecins, etc.), qui est décrite par l'association comme indispensable à la défense de leurs intérêts propres. Le fonctionnement d'IESF s'articule autour de deux axes principaux, à savoir :

  1. la promotion, le maintien et la défense des intérêts moraux, culturels, économiques des ingénieurs et scientifiques - par formation ou par les fonctions qu'ils exercent ;
  2. l'amélioration de l'impact des progrès scientifiques et techniques sur le développement économique et social français, en s'appuyant sur les patrimoines nationaux humain, culturel et matériel dans les domaines abordés.

IESF construit (par le biais des renseignements fournis par ses membres directs et indirects) et propose au public le Répertoire français des ingénieurs (accessible par internet sur le site d'IESF). Le but de ce répertoire est le référencement des ingénieurs français (plus de 300 000 noms) ainsi que la protection de l'appellation d'« Ingénieur » des usages abusifs qui peuvent en être fait, ainsi que de permettre la reconnaissance mutuelle des Ingénieurs au niveau mondial. À cet effet, IESF classe les ingénieurs en plusieurs catégories distinctes :

  • Ingénieurs Diplômés (ID), c'est-à-dire ceux qui sont titulaires d'un diplôme d'ingénieur délivré par une école habilitée à cet effet après examen par la Commission des titres d'ingénieur ;
  • Ingénieur Reconnu d'origine Scientifique (IRS), c'est-à-dire ceux titulaire au moins d'un DESS ou DEA ou d'un master scientifique universitaire ou d'un titre scientifique inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles au niveau I ou d'un titre reconnu niveau I par l'État ;
  • Ingénieur Universitaire Master (IUM), c'est-à-dire ceux titulaire au moins d'un DESS ou DEA ou d'un master scientifique universitaire ou d'un titre scientifique inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles au niveau I ou d'un titre reconnu niveau I par l'État ;
  • Ingénieur Reconnu (IR), c'est-à-dire ceux titulaire d'un diplôme sanctionnant deux années d'études supérieures scientifiques et qui ont exercé, pendant une certaine durée, des fonctions d'ingénieurs.

Les ingénieurs diplômés d'une école ou université étrangère peuvent aussi être référencés en tant que ID(E) (Ingénieur diplômé à l'étranger).

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le fonctionnement d'IESF s'articule autour de plusieurs pôles, à savoir :

  • Information : l'évolution du marché de l'emploi, et en particulier de l'emploi des ingénieurs et scientifiques, a conduit IESF à proposer à ses adhérents des services liés à la recherche d'emploi ou aux difficultés au travail (assistance).
  • Communication : en 2007, le CNISF a lancé sa nouvelle signature « Ingénieurs et Scientifiques de France » destinée afin de rendre visible la véritable communauté de formations et de métiers que recouvre le CNISF, de valoriser les professions d’ingénieurs et scientifiques et de susciter de nouvelles vocations.
  • Action : IESF, en raison de ses objets, s'est fixé pour missions et objectifs :
    • la représentation des ingénieurs et scientifiques de France auprès des instances nationales françaises.
    • la diffusion de l'information des progrès scientifiques et techniques.
    • la promotion le rôle fondamental des sciences et techniques dans le développement social et économique.
    • de favoriser la création et le rapprochement d'associations dans des secteurs nouveaux.
    • de favoriser la promotion des réalisations techniques et scientifiques françaises (en particulier par la création de récompenses) à l'étranger.
    • la proposition d'expertise sur des sujets d'intérêts public et la contribution aux décisions.
    • la facilitation de l'exercice de l'activité associative aux membres d'IESF, ainsi que de leur apporter des règles spécifiques.
    • l'entretien de « relations étroites » avec les autres organismes représentatifs des ingénieurs et scientifiques au niveau européen et mondial.
  • Participation : considérant les objectifs d'IESF, les commissions internes sont un cadre de réflexion pour IESF qui permet d'élaborer des recommandations qu'il « estime devoir émettre » dans les domaines relevant de l'intérêt général, des sciences et des techniques. D'un point de vue historique, IESF a ainsi joué un grand rôle dans le maintien du système des Grandes Écoles au début des années 1980 (réforme du Gouvernement Pierre Mauroy).

Représentations[modifier | modifier le code]

IESF est représenté au sein de différents organismes officiels :

  • Commission des titres d'ingénieur (CTI).
  • Jurys d'examen des Ingénieurs Diplômés par l'État (DPE).
  • Institut national de la propriété industrielle (INPI).
  • Commission nationale française (CNF) pour l'UNESCO.
  • Commission Armées-Jeunesse.

Éthique de l'ingénieur[modifier | modifier le code]

L'association a mis au point en 2001 une charte d'éthique de l'ingénieur. Cette charte souligne dans son préambule que les ingénieurs ont un rôle essentiel dans la diffusion d'informations sur les possibilités réelles et sur les limites des techniques, et dans l’évaluation des avantages et des risques qu’elles engendrent. Elle précise qu'il devient de plus en plus impératif que les ingénieurs clarifient et explicitent les repères qui servent de référence à leur comportement[13].

Réflexion sur la structure[modifier | modifier le code]

L'association a lancé en 2011 un groupe de travail sur la « structure professionnelle des ingénieurs », animé par François Lureau. Cette réflexion est motivée par les sollicitations croissantes des pouvoirs publics sur une série de problèmes liés à l'exercice de la profession : protection de la clientèle, normes, politique de sécurité, accompagnement de la formation tout au long de la vie... Elle devrait aboutir à la constitution d'une structure officielle, par exemple un Ordre des ingénieurs et scientifiques[14]. Il y a un besoin important de déontologie, en raison d'une implication plus importante des ingénieurs dans les sciences du vivant, où les questions de pratique et de limite se posent avec insistance[15] .

Unions régionales, associations et sociétés[modifier | modifier le code]

URIS[modifier | modifier le code]

IESF est représenté par ses Unions régionales d'ingénieurs et scientifiques sur tout le territoire français[16] :

  • Ain-Rhône (URISAR)
  • Alsace (URISAl)
  • Aquitaine (URISA)
  • Auvergne (URIS-A)
  • Basse-Normandie (URISBN)
  • Bassin de l'Adour (URISBA)
  • Bourgogne (URISB)
  • Bretagne (URISBr)
  • Centre (URISC)
  • Champagne-Ardenne (URIS C-A)
  • Côte d'Azur (URISCA)
  • Dauphiné-Savoie (URISDS)
  • Forez-Velay (URIS-FV)
  • Franche-Comté (URISFC)
  • Haute-Normandie (URISHN)
  • Languedoc-Roussillon (URIS-LR)
  • Limousin (URIS L)
  • Lorraine (URIS Lor)
  • Midi-Pyrénées (URISMiP)
  • Nord-Pas de Calais (URIS NPC)
  • Pays de la Loire (URISPL)
  • Picardie (URISP)
  • Poitou-Charentes (URISPOC)
  • Provence (URISPr)

L'Île-de-France (DIF) est représentée directement par le siège d'IESF.

Sections étrangères[modifier | modifier le code]

IESF est représenté par ses sections étrangères dans les pays suivants :

Associations[modifier | modifier le code]

Sociétés[modifier | modifier le code]

Prix d'IESF[modifier | modifier le code]

En France, la filière technique et scientifique est en perte de vitesse chez les jeunes. La communauté des ingénieurs y est peu valorisée. Le manque de formation, d’information et par voie de conséquence d’objectivité du public placent d’emblée l’ingénieur en position de cible privilégiée lorsque l’actualité scientifique et technique fait débat. Ce constat a conduit en 2004 le Conseil National des Ingénieurs et des Scientifiques de France (CNISF) et les magazines professionnels L'Usine nouvelle et Industrie et technologies à s’associer pour lancer et organiser un prix intitulé : « Le prix de l'Ingénieur de l’année ». Cette initiative est destinée à valoriser et mieux faire connaître auprès du plus grand nombre la profession d’ingénieur. Le grand prix 2010 est ainsi attribué à Jacques Lewiner[17].

Chaque année, depuis 2001, le Prix Chéreau-Lavet, aujourd’hui « Prix de l'Ingénieur-inventeur, Prix Chéreau-Lavet » récompense un ingénieur-inventeur français qui, en suivant l’émergence de nouvelles techniques et en les appliquant à son domaine d’activités, est à l’origine d’innovations dont les retombées tant économiques que sociales sont significatives.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Statuts de l'association
  2. Décret du 19 mars 1992
  3. CNISF : Fusion de trois associations représentatives des ingénieurs
  4. [Mémoire Société des Ingénieurs civils de France]
  5. a et b (en) Eda Kranakis, Constructing a bridge: an exploration of engineering culture, design, and research in nineteenth-century France and America, Inside technology, MIT Press, 1997 (ISBN 0-262-11217-5 et 978-0-2621-1217-8) 453 pages
  6. Ponts
  7. Intermines
  8. Centraliens de Paris
  9. Centraliens de Lyon
  10. Centraliens de Lille
  11. Supélec
  12. (en) Peter Meiksins, Chris Smith, et Boel Berner, Engineering labour: technical workers in comparative perspective, Verso, 1996 (ISBN 1-85984-994-6 et 978-1-8598-4994-1), 296 pages
  13. Charte d'éthique de l'ingénieur
  14. Livre blanc des ingénieurs et scientifiques de France, p. 36
  15. Structure professionnelle des ingénieurs
  16. Liste des Unions régionales d'IESF
  17. Grand prix 2010 de l'Ingénieur de l’année

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]